Aujourd'hui : Dimanche, 16 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Un génocide qui interpelle l'Amérique
Publié le :

Actualité | International

De notre correspondant à Washington PHILIPPE GÉLIE.

Publié le 30 mars 2007Actualisé le 30 mars 2007 : 08h33

Rubrique International

Contrairement à la France, les États-Unis hésitent à qualifier officiellement les massacres de 1915.

LES ÉTATS-UNIS vont-ils rejoindre la vingtaine de pays ayant dénoncé officiellement le génocide arménien ? Mercredi, la commission des affaires étrangères du Sénat a fait un premier pas en adoptant une résolution qui condamne l'assassinat du journaliste turc d'origine arménienne Hrant Dink en janvier, soulignant qu'il était poursuivi par la justice turque pour son combat en faveur de la reconnaissance du génocide de 1915. Deux autres résolutions, beaucoup plus explicites, attendent d'être examinées par le Sénat et la Chambre des représentants. Déposées par le sénateur Dick Durbin et le représentant Adam Schiff, élu dans une circonscription de Californie à forte minorité arménienne, elles ont reçu le soutien de près de 200 membres du Congrès. « C'est la meilleure chance que nous ayons depuis dix ans de faire adopter ce texte », estime le député Schiff, même s'il n'est pas certain que la proposition soit jamais débattue et soumise à un vote.

La dernière fois que la petite communauté arménienne des États-Unis (385 500 personnes selon le recensement officiel) avait été aussi près de voir ses efforts de lobbying récompensés, c'était en 2000. Juste avant un débat à la Chambre, Bill Clinton était intervenu auprès de la majorité républicaine pour obtenir le report indéfini de la question. Comme l'Administration Bush après lui, il mettait en avant les intérêts stratégiques américains dans le maintien de bonnes relations avec la Turquie, membre de l'Otan et l'un des rares alliés musulmans de Washington. Depuis, la guerre en Irak a encore accru l'importance stratégique d'Ankara : environ la moitié de la logistique destinée à l'Irak transite par le territoire ou l'espace aérien turc, et la base aérienne d'Incirlik sert de tête de pont pour l'approvisionnement des troupes en Afghanistan.

Les risques d'une détérioration « durable »

Le mois dernier, le ministre turc des Affaires étrangères, Abdullah Gül, et le général Yasar Büyükanit, chef d'état-major, sont venus à Washington mettre en garde les Américains contre une détérioration « durable » des relations bilatérales en cas de résolution au Congrès. Kenneth Hachikian, président du Comité national arménien américain, fait valoir que les mêmes menaces avaient été dirigées contre la France avant l'adoption de la loi en 2001, mais que les échanges entre Paris et Ankara avaient augmenté de 22 % l'année suivante.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Figaro



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org