Aujourd'hui : Dimanche, 12 juillet 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Presse arménienne : Revue du 23 au 25 avril 2016
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 28 avril 2016.



Ambassade de France en Arménie

Revue de la presse arménienne du 23 au 25 avril 2016

Commémoration du Génocide


Le 24 avril, le peuple arménien à travers le monde a commémoré le 101ème anniversaire du Génocide arménien commis sous l’Empire ottoman. Des centaines de milliers d’Arméniens et de touristes ont défilé toute la journée vers le Mémorial du Génocide pour y déposer des fleurs devant la flamme éternelle. Le matin, le président Sarkissian, accompagné de nombreux membres du Gouvernement, du Catholicos Karékine II, du corps diplomatique, de Charles Aznavour et de George Clooney se trouvant à Erevan, s’est rendu au Mémorial du Génocide pour rendre hommage aux victimes. Le soir du 23 avril, a eu lieu la traditionnelle marche aux flambeaux : des dizaines de milliers d’Arméniens, principalement des jeunes, ont marché du centre-ville d’Erevan jusqu’au Mémorial, brandissant les drapeaux d’Arménie et du HK. Les drapeaux de Turquie et d’Azerbaïdjan ont été brulés. Des cérémonies de commémoration de l’anniversaire du Génocide ont eu lieu à travers le monde, dans de nombreuses capitales et villes, dont Paris et plusieurs villes françaises. Les chaines arméniennes ont largement rendu compte des commémorations organisées dans diverses villes françaises, dont à Paris en présence du Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Harlem Désir. Les médias arméniens rendent aussi compte d’une manifestation organisée à Istanbul.

Dans un message au peuple arménien, le Président Sarkissian a noté qu’en cent ans, la politique de déni de la Turquie n’a pas changé, comme n’a pas changé son attitude hostile envers tout ce qui est arménien. A partiellement changé, selon le Chef de l’Etat, la société turque : aujourd’hui elle connaît sa propre histoire mieux qu’elle ne la connaissait hier, et demain elle la connaîtra mieux qu’aujourd’hui, si les médias et la liberté d’expression ne sont pas étouffés en Turquie et si des députés, des personnalités publiques et des éditeurs ne sont pas fusillés ou arrêtés. « Ces jours-ci, les émotions et les préoccupations concernant les événements du début avril ne se sont pas encore calmées. L’Azerbaïdjan a déclenché une nouvelle guerre contre l’Artsakh, mais a été refoulé, en subissant des pertes. La vraie intention, plutôt le rêve de l’Azerbaïdjan est la conquête de l’Artsakh et le nettoyage de la population arménienne, dont une partie serait exterminée et l’autre partie déportée. Aujourd’hui, le jour du 24 avril 2016, je déclare à l’intention du monde entier qu’il n’y aura d’extermination ou de déportation au Haut-Karabakh. Nous ne permettrons pas un nouveau génocide des Arméniens. En disant nous, j’ai en tête la nation arménienne avec toutes ses composantes et l’unité nationale », a déclaré le Président Sarkissian.

Les médias arméniens ont reproduit le message annuel du Président Obama à l’occasion du 24 avril, dans lequel le Président américain, en dépit de nombreux appels d’élus et de la communauté arménienne, a une fois encore contourné le terme de « génocide », utilisant, comme les années précédentes, l’appellation arménienne « Mets Yeguern » (grand massacre). « Aujourd’hui nous nous souvenons des massacres à grande échelle des Arméniens au début du 20e siècle, le Mets Yéghern au cours duquel 1,5 million d’Arméniens ont été déportés et exécutés dans les derniers jours de l’Empire ottoman ». M. Obama a rappelé le rôle de l’Ambassadeur américain dans l’Empire ottoman, Henry Morgenthau, sa défense des Arméniens lors des « journées noires de 1915 » et l’invention du terme « génocide » par Raphaël Lemkin. Il a rappelé qu’il a toujours évoqué son point de vue personnel sur les évènements de 1915, insistant sur le fait que « son point de vue n’avait pas changé ». « Nous encourageons ceux qui tentent de donner un éclairage sur les pages noires du passé à commencer par les historiens Arméniens et Turcs, jusqu’au Pape François. Nous sommes aux côtés du peuple arménien disséminé de la diaspora pour commémorer le Mets Yéghern ».

Un message à l’occasion de l’anniversaire du Génocide arménien a été publié par le PM canadien Justin Trudeau, rappelant que le Sénat du Canada et la Chambre des communes ont adopté des résolutions qualifiant ces événements de Génocide.

Le Président turc Recep Erdogan a, quant à lui, transmis, le 24 avril, un message à Aram Atechian, Archevêque de l’Eglise arménienne de Constantinople, à l’occasion de la célébration d’une messe en mémoire des victimes de 1915. « Je suis très heureux que la commémoration et le partage des douleurs vécues par les Arméniens ottomans se fassent une nouvelle fois en Turquie, lieu où cette cérémonie est la plus symbolique. Dans la volonté de nous rappeler et de partager notre histoire commune, nous allons continuer à préserver les souvenirs des Arméniens ottomans. Nous allons continuer à oeuvrer pour que les Turcs et les Arméniens se souviennent de la culture du vivre ensemble vieille de 1000 ans. Nous continuerons à développer l’amitié et la paix entre nos deux populations qui partagent une historie commune et des traditions semblables, face à ceux qui veulent introduire la haine entre nous et qui veulent politiser l’histoire pour nous éloigner », a-t-il écrit dans son message adressé à l’Archevêque arménien.

Réagissant au message du Président turc, le vice-Ministre des AE, Chavarche Kotcharian l’a qualifié de nouvelle manifestation du négationnisme. Selon lui, la Turquie poursuit ses tentatives de traiter les victimes de la guerre et celles d’un génocide prémédité. Selon lui, c’est le négationnisme de la Turquie qui creuse le fossé entre les deux peuples, dont le meilleur moyen d’éradication est la prise en compte de son propre histoire et le repentir.

Forum international « Contre le crime de Génocide »

Le 23 avril, Erevan a accueilli la deuxième édition du Forum international « Contre le crime de Génocide », dont la première édition avait lieu en avril 2015. Plusieurs centaines d’invités, des chercheurs, des historiens, des spécialistes du droit international et des juristes, des hommes politiques et des députés venus du monde entier y ont pris part. L’acteur Georges Clooney se trouvant à Erevan pour la remise du prix Aurora de l’initiative « 100 Lives » a également participé au forum. 70 médias internationaux ont couvert cet événement.

Dans un discours, le Président Sarkissian a noté que le peuple arménien a commémoré le centenaire du génocide non pas par un deuil, mais par un message de reconnaissance et de renaissance adressé au monde entier, ainsi que par la détermination qu’au XXI siècle la République d’Arménie sera l’un des meneurs de la lutte contre le crime de génocide.

L’année 2015 a été marquée par la solidarité de nombreux chefs d’Etat, de Parlements, d’organisations internationales et religieuses, d’individus de grand renom avec la cause arménienne. La prévention des génocides relève de la responsabilité de tous et de toute la communauté internationale. Le Président Sarkissian a évoqué l’inadmissibilité du négationnisme qui est un « coup douloureux » pour les survivants du génocide et pour leurs descendants : « nier signifie tuer les victimes une deuxième fois ».

Selon le Président, comme l’ont montré les événements des dernières années au Proche Orient, la question de la prévention des génocides demeure actuelle et urgente de nos jours. Au cours des dernières années, le monde suit avec terreur comment les terroristes de l’Etat Islamique persécutent et décapitent des gens innocents, y compris des femmes et des enfants. « Le monde est bouleversé par ces actes barbares, alors que leurs auteurs ne sont qu’un groupe de brigands contre lequel il faut lutter avec des missiles. Mais si contre les brigands on lutte avec des missiles, une question se pose, c’est celle de savoir quelle doit être la responsabilité des Etats qui commettent des crimes identiques. Que diriez-vous d’un Etat, qui, étant un sujet à part entière du droit international, membre de l’ONU, du CE et d’autres structures, signataire de plusieurs conventions humanitaires, ne cède pas, par ses actes, aux terroristes de l’Etat islamique. Quelques semaines avant, lors d’une offensive à grande échelle contre le HK, les soldats azerbaïdjanais ne se sont pas contentés de lancer seulement des tirs : ils ont mutilé des personnes âgées, décapité des soldats arméniens, montrant tout cela sur des réseaux sociaux… N’est-il pas étrange qu’un tel pays, qui mène une telle politique barbare et viole toutes les normes de la civilisation, accueille ces jours-ci un forum portant le nom « Alliance des civilisations ». Est-ce un comportement acceptable ? ». Et d’ajouter que nous devons parvenir à ce que de telles manifestations de haine n’aient pas de place de nos jours et à ce que tout pouvoir politique s’abstienne d’un tel comportement, en craignant pour leur responsabilité…

Prenant la parole lors du Forum, le célèbre acteur George Clooney, membre de la Fondation « Aurora » (100 Lives) a affirmé que « nous ne pouvons nier ce qui s’est passé il y a 101 ans ! ». Selon lui, « le génocide arménien ne fait pas seulement partie de l’histoire de l’Arménie, mais de celle du monde entier, et la douleur d’un peuple est celle de toute l’humanité ». « Pour lutter contre les génocides il faut arrêter de dire simplement « plus jamais », mais il faut des actions.

Lorsqu’au Conseil de sécurité de l’ONU, je donnais mon avis sur le mot « génocide », j’ai compris qu’il était difficile dans le monde actuel d’utiliser ce terme. J’avais l’impression qu’ils voulaient que j’utilise l’expression « crimes de masse ». C’est le même cas pour le génocide des Arméniens. L’on ne saurait réfuter la réalité. C’est un génocide. Il n’y a pas d’autres mots pour cela ».

Conflit du HK

En dépit de l’engagement d’arrêter les hostilités, les combats se sont intensifiés depuis samedi après-midi et se sont poursuivis toute la nuit du 23 au 24 avril. Selon le « Ministère » de la Défense, les forces azerbaidjanaises ont utilisé des mortiers, des obusiers et roquettes (plus de 250 tirs), visant non seulement les positions des forces du HK, mais aussi la localité de Talish. Un soldat arménien a été grièvement blessé le 23 avril. L’Azerbaïdjan a de son côté annoncé que les tanks des forces du HK auraient tenté de lancer une offensive. Selon Bakou, les forces azéries auraient abattu un tank arménien.

Stepanakert, comme Erevan, ont aussitôt nié avoir perdu un tank. Le porte-parole du Ministère arménien de la Défense, Artsroun Haroutiounian, a qualifié cette annonce de « fruit de l’imagination » de l’adversaire. Ce 25 avril, le « Ministère » de la Défense du HK fait savoir que les tirs se sont poursuivis la nuit du 24 au 25 avril (120 tirs). Les forces azerbaïdjanaises ont lancé une roquette anti-char SPIKE en direction de Martakert (nord-est de la ligne de contact). Les forces du HK ont riposté en « forçant » l’adversaire à se taire.

Lors d’un point de presse au mémorial du Génocide, le 24 avril, le Ministre de la Défense, Seyran Ohanian a déclaré qu’aujourd’hui il ne voyait aucune possibilité de concession : « Dans les conditions actuelles, il n’est pas question de céder une parcelle de terre ». Selon le Ministre, on ne pourra parler de concessions que lorsqu’un climat de confiance sera instauré et lorsqu’un véritable dialogue sera établi. Le Ministre a assuré qu’en dépit des combats sur la ligne de contact, la situation était contrôlée par les forces armées du HK.

Visite de SergueĂŻ Lavrov

Les quotidiens de samedi rendent compte de la visite du Ministre russe des AE, Sergueï Lavrov, qui s’est entretenu avec le Président Sarkissian et son homologue Edward Nalbandian. Le conflit du HK et l’escalade du début avril ont été au coeur de ces entretiens. Le Chef de l’Etat a noté que la visite du Ministre russe, ainsi que celle du PM Dmitri Medvedev, il y a quelques semaines, se passaient à un moment très difficile pour la région, cette situation ayant été créée par les actions « irresponsables » de l’Azerbaïdjan. « En déclenchant des actions militaires à grande échelle contre le Haut-Karabakh, l'Azerbaïdjan a prouvé encore une fois que le Karabakh et l'Azerbaïdjan ne sauraient avoir rien en commun.

L'Azerbaïdjan, qui a utilisé toute sa force militaire, a reçu une réponse adéquate. Les actions de l'Azerbaïdjan ont conduit le processus de négociations dans un endroit très lointain », a déclaré le Président Sarkissian. Il a suggéré que les médiateurs auraient empêché les « actions irresponsables de l’Azerbaïdjan » s’ils avaient ouvertement tenu Bakou pour responsable des violations de la trêve les précédentes fois. « Malheureusement, les Azerbaïdjanais ont estimé qu’ils pouvaient violer les accords signés en 1994-1995 en tout impunité, ainsi que les engagements qui ont été atteints au cours de longues négociations. Nous avons commencé cette phase de négociations en 2007. Neuf années de suite, nous avons été un participant actif, en nous efforçant de trouver des solutions mutuellement acceptables. Nous avons essayé d'être constructifs. Nous étions convaincus que le conflit pourrait être résolu exclusivement sur la base de compromis, par des moyens pacifiques, mais aujourd'hui, nous avons ce que nous avons. Pour cette raison, votre point de vue est très important pour moi et je pose la question de savoir pourquoi ces événements se sont-ils produits ?», a-t-il demandé. M. Lavrov, quant à lui, a estimé urgent le retour des parties à la table des négociations et le maintien du cessez-le-feu. Il a répété une fois encore que les accords signés en 1994 et 1995 étaient d’une validité indéterminée et constituaient le fondement de la trêve. « Il est urgent à l’heure actuelle de mettre en place l’accord que vous et le Président Aliev aviez agréé il y a cinq ans concernant l’instauration de mécanismes d’enquête sur les incidents frontaliers et des mesures visant à établir la confiance entre les parties. Un retard supplémentaire dans la mise en oeuvre de ces décisions serait une erreur », a déclaré le Ministre russe. Selon lui, des instructions relatives à ces décisions avaient été données à l’OSCE et la partie russe souhaitait que la présidence allemande de l’OSCE s’engage activement dans la mise en oeuvre de ces décisions. Le Ministre russe a dit comprendre pleinement le souci du Président arménien et se rendre compte à quel point il était difficile de retourner à la table des négociations. « Cependant, je crois que si nous réussissions de progresser un petit peu dans les négociations, à savoir agréer les principes fondamentaux, cela aurait contribué au processus de règlement ».

Lors d’une conférence de presse avec le Ministre russe, Edward Nalbandian a noté qu’un « coup sérieux » a été porté au processus des négociations. Il a dit espérer que la communauté internationale saura ramener l’Azerbaïdjan à la raison, car la partie arménienne était profondément convaincue qu’il n’y avait pas d’alternative aux négociations. M. Lavrov a réitéré qu’au moment actuel il était urgent de ne pas permettre la reprise des hostilités et de faire de la sorte que les accords des années 94 et 95 soient strictement respectés. Interrogé sur la prise de position pro-azerbaïdjanaise de la Turquie les jours de l’escalade, le Ministre russe a dénoncé l’attitude « inacceptable » de la Turquie face au conflit du HK. « Les déclarations faites par les autorités turques sont tout à fait inacceptables pour une simple raison : c’étaient des appels à la guerre, non pas à la paix ». Interrogé de savoir laquelle des parties n’a pas agréé le document de Kazan, le Ministre russe a répondu sobrement : « L’Arménie n’a pas rejeté le document de Kazan ».

Les quotidiens estiment que les déclarations faites à Erevan par M. Lavrov sont très importantes dans la mesure où il a été clairement dit que les accords du cessez-le-feu sont d’une durée indéterminée, que la Turquie a joué un rôle déstabilisateur dans la région et que ce n’est pas l’Arménie qui a rejeté le document de Kazan. Aravot regrette néanmoins que M. Lavrov se soit abstenu d’indiquer laquelle des parties était à l’origine des hostilités.

Lors d’un point de presse au mémorial du Génocide, le 24 avril, Edward Nalbandian, a rejeté les informations véhiculées dans les médias selon lesquelles la Russie aurait fait pression sur la partie arménienne pour céder des territoires à l’Azerbaïdjan. Selon lui, M. Lavrov s’est penché, lors de sa visite à Erevan, sur la mise en place de mesures de confiance dans la zone du conflit. Il a dénoncé ces informations comme « sans fondement ». Selon le Ministre, les principes fondamentaux du règlement du conflit ont été rédigés par les trois pays coprésidents et demeurent aujourd’hui la base des négociations. Selon M. Nalbandian, le Ministre russe n’a pas apporté un plan de paix distinct et il a lui-même déclaré à plusieurs reprises qu’il n’existait pas de « plan Lavrov ». Selon M. Nalbandian, le fait que Bakou a conduit dans l’impasse le processus des négociations, se livrant à nouveau à des hostilités, signifie que les propositions des médiateurs ne répondent pas à ses intérêts et attentes.

Politique intérieure

Manifestation dispersée par les forces anti-émeutes/
Les quotidiens rendent compte d’une action de protestation, le 22 avril, du mouvement civil de la jeunesse « Nous sommes les maitres de notre pays ». Alors que les manifestants ont tenté de s’approcher du Palais présidentiel, les forces anti-émeutes leur ont bloqué la route. Cette action de protestation avait pour objectif de protester contre toute tentation du pouvoir de céder aux exigences présumées de restitution à l’Azerbaïdjan des territoires avoisinant le Haut-Karabakh. Ils demandaient en outre aux autorités de rémunérer correctement les familles des soldats décédés et blessés, de renvoyer certains membres du Gouvernement, ainsi que de contraindre les oligarques à verser au budget de l’Etat, chacun, 5 M USD, pour acheter des armes modernes pour l’armée. 42 manifestants ont été interpellés par les forces anti-émeutes pour avoir « entravé l’ordre public ». Des journalistes ont été molestés et une caméra de télévision brisée…

Affaires extérieures

Le 23 avril, le président Sarkissian s’est entretenu au téléphone avec le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon/
Le Secrétaire général s’est excusé de son obligation de reporter sa visite en Arménie dans le cadre d’une visite régionale. M. Ban Ki Moon a confié au président arménien tout son soutien pour le règlement pacifique du conflit du HK dans le cadre du GDM. Serge Sarkissian a de son côté affirmé que depuis longtemps les citoyens d’Arménie attendent la visite du Secrétaire général de l’ONU et s’est dit confiant que cette visite se réalisera prochainement.

France-Arménie

Le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes en Arménie ce 25 avril/
Novoyé Vrémia, Joghovourd, RFE/RL, plusieurs agences de presse font état du visite du Secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, M. Harlem Désir, à Erevan, le 25 avril. Le secrétaire d’Etat d’entretiendra avec le Président Sarkissian et le Ministre des AE, Edward Nalbandian. Il visitera aussi le mémorial du Génocide arménien.

RĂ©daction : Meri Hakobian




Retour Ă  la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Revue de la presse armĂ©nienne du 23 au 25 avril 2016



Source/Lien : Ambassade de France en Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org