Aujourd'hui : Dimanche, 22 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Le N.Y.Times met le négationnisme turc KO
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction de l'Ă©ditorial de Harut Sassounian paru en anglais dans The California Courier le 19 Avril 2007.



De Harut Sassounian
The California Courier
Sassounian's column du 19 Avril 2007


L’Ambassadeur turc aux Nations Unies a dû être fier de lui, puisqu’il a réussi à faire reporter temporairement une exposition photographique de l’ONU sur le génocide rwandais, après avoir découvert une unique phrase qui disait: “un million d’Arméniens ont été assassinés en Turquie.”
L’Ambassadeur Baki Ilkin et son gouvernement ne se doutent pas que cette tentative d’élimination d’une simple référence, qui ne décrit même pas les massacres des Arméniens comme un génocide, et qui aurait sans doute échappée à l’attention de la plupart des visiteurs, leur explosera au visage d’une façon inattendue et importante.
Comme il a déjà été dit dans cette chronique, la Turquie, sans le vouloir, est le meilleur publiciste du génocide arménien, de par son objection obsessive à sa mention par qui que ce soit, où que ce soit.
La plainte turque envers cette mention “d’assassinats” arméniens, dans le cadre de l’exposition sur le Rwanda, a fait l’objet d’un article de l’Associated Press. Le long reportage qui décrit de façon extensive les faits concernant le génocide arménien, a été publié par le journal, dans le monde entier. En essayant de se débarrasser d’une ligne inoffensive, que la majorité des gens n’aurait pas remarquée, les officiels turcs ont réussi à ce que plusieurs articles sur le génocide arménien soient publiés dans des centaines de journaux de par le monde ! Comme le rapportait AP: “Les historiens estiment que 1.5 million d’Arméniens furent tués par les Turcs ottomans au moment de la Première Guerre mondiale, un événement largement reconnu par les spécialiste des génocides, comme étant le premier génocide du 20e siècle.”
Avec cette réaction inconsidérée, le gouvernement turc a réussi à confirmer, auprès de millions de lecteurs, son image répressive, à éveiller l’antagonisme du gouvernement rwandais, et à énerver le Aegis Trust, basé au Royaume-Uni, qui avait participé à l’organisation de cette exposition. Il a également éveillé la colère d’officiels arméniens, d’habitude modérés. Le ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, a foudroyé le gouvernement turc en déclarant : “Cela ne suffit pas au gouvernement de Turquie de penser qu’il peut cacher son histoire à son propre peuple. À présent, il étend sa campagne pour couvrir et déformer (l’histoire) dans de telles proportions, qu’il a fait annuler une exposition sur le génocide rwandais, intitulée ‘Les leçons du Rwanda.’”
Le New York Times a également parlé de l’objection turque et de la controverse qui a eu lieu eu égard à cette annulation de l’exposition aux Nations Unies, et, tout comme AP, il a donné des références directes sur le génocide arménien.
Cependant, la plus grosse surprise arrive. Le 13 avril, le N.Y. Times a publié un article très dur, concernant les efforts obsédants que fait la Turquie pour nier le génocide arménien. Ce fut un coup si fort, que le négationnisme turc ne s’en remettra peut-être pas.
L’éditorial dont le titre était, "La Turquie et la dissimulation de l’ONU," contenait ce passage : “Il y a plus de 90 ans, lorsque la Turquie faisait encore partie de l’Empire ottoman, les nationalistes turcs ont lancé une campagne d’extermination qui a fait 1,5 million de victimes arméniennes. Ce fut le 1er génocide du 20e siècle… La Turquie tente depuis longtemps de nier le génocide arménien. Et même dans la République Turque d’aujourd’hui, qui n’a pas pris part aux tueries, l’utilisation du mot génocide en référence à ces événements est illégale et condamnable par la loi. Il est étrange de noter que les dirigeants de la Turquie n’ont pas encore compris qu’à chaque fois qu’ils tentent de censurer une discussion sur le génocide arménien, ils ne font qu’attirer davantage l’attention sur le sujet et ce faisant, ils relient ainsi la Turquie démocratique d’aujourd’hui au crime désormais lointain.”

Un même éditorial fut publié par le International Herald Tribune, avec un titre encore plus dur : “Complicité avec le négationnisme turc aux Nations Unies.”
Tandis que les officiels des Nations Unies ruminent une solution, qui leur permette de ne pas perdre la face, pour que l’exposition ait quand même lieu, les Rwandais, les Arméniens et tous ceux qui chérissent la vérité devraient s’interroger sur le rôle douteux joué par le porte-parole des Nations Unies Farhan Haq, dans toute cette affaire. Il a été cité par AP la semaine dernière, disant que l’exposition photographique avait été annulée, car elle n’était pas correctement documentée.
Mr. Haq a été également beaucoup cité par les négationnistes turcs, car il aurait dit qu’en 2000 “les Nations Unies n’avaient pas approuvé ou soutenu un texte qui décrivait l’expérience arménienne comme un génocide.” La semaine dernière, sa citation par l’AP était la suivante : “Les Nations Unies n’ont pas exprimé de position quelconque sur les incidents qui ont eu lieu bien avant la création des Nations Unies.”
Ces deux affirmations sont totalement fausses, car l’ONU a pris position sur le génocide juif, qui, tout comme le génocide arménien, s’est déroulé avant la création des Nations Unies en 1945. De plus, il y a déjà eu de longues discussions à propos du génocide arménien à l’ONU depuis plus d’une douzaine d’années, discussions qui ont culminé avec un texte adopté en 1985 par la Sous Commission des Nations Unies sur la Prévention de la Discrimination et la Protection des minorités. En début de semaine, l’auteur a parlé à M. Haq et il lui a demandé s’il se rendait compte que les comités des droits de l’homme à l’ONU avaient déjà traité de la question du génocide arménien. Il a dit savoir que diverses institutions des droits de l’homme à l’ONU avaient discuté de ce sujet et avaient adopté des textes qui se rapportaient au génocide arménien. En ce qui concerne la déclaration que les négationnistes turcs lui attribuent, il a dit avoir simplement déclaré qu’il n’y avait jamais eu de Résolution à l’Assemblée générale des Nations Unies sur le génocide arménien.
L'ambassadeur de l'Arménie aux Nations unies peut maintenant vouloir entrer en contact avec le bureau du Secrétaire général d'ONU, et lui demander de faire une déclaration précisant que les institutions des droits de l’homme aux Nations Unies avaient bien traité le génocide arménien et avaient adopté un texte en 1985 qui le dénommait par le mot génocide.
On ne met pas en doute le fait que l’exposition sur le Rwanda sera rouverte aux Nations Unies avec la référence au génocide arménien. En la faisant annuler temporairement pour se débarrasser de cette référence, les officiels turcs ont, une fois de plus, fait de la publicité par inadvertance pour le génocide arménien auprès d’un public mondial, bien au-delà des quatre murs des Nations Unies.

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN (2007) - www.collectifvan.org

Photo : LÂ’Ambassadeur turc Baki Ilkin



Retour Ă  la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org