Aujourd'hui : Samedi, 24 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Azerbaïdjan : un "Corruptistan" mondialisé à l'heure de la moralisation programmée
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Dans son enquête mondiale de 2016 sur la corruption, Transparency International plaçait l’Azerbaïdjan parmi les nations les plus corrompues – 123e sur 176 pays. Il existe tant de scandales financiers impliquant les Aliyev qu’il est dur d’en pointer un en particulier ; mais l’un des plus grands implique l’achat par les trois enfants Aliyev, d’un bien immobilier de luxe à Dubaï, pour 75 millions de dollars, selon le Washington Post. Heydar Aliyev, le fils du président Aliyev qui avait alors 11 ans, a acheté des villas sur le front de mer pour une valeur de 44 millions de dollars en 2009 ! " Nota CVAN : rappelons que des élus locaux et des parlementaires français mènent avec acharnement un lobbying visant à promouvoir ce pays corrompu et la famille Aliyev au pouvoir. Alors qu'est annoncée une loi de moralisation de la vie politique, ces pratiques qui - pour être d'un autre âge sont néanmoins mondialisées - seront-elles interdites en France ? Et de quelle teneur sera la realpolitik du nouveau président Emmanuel Macron face à l'Azerbaïdjan, dont le président est qualifié de "prédateur des droits de l'homme" par RSF ? Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 11 mai 2017.

Légende photo : La famille Aliyev il y a quelques années.


La famille Aliyev pille les revenus pétroliers de l’Azerbaïdjan

De Harut Sassounian
The California Courier
www.TheCaliforniaCourier.com
Éditorial du 11 mai 2017

Le gouvernement de l’Azerbaïdjan répartit ses milliards de dollars de revenus du pétrole et du gaz de quatre façons : 1) Pots-de-vin ; 2) Vol par la famille du président Aliyev et ses sbires ; 3) Achats militaires ; et 4) Autres affaires budgétaires. Il n’est pas surprenant que la majorité de la population de l’Azerbaïdjan vive dans un état d’abjecte pauvreté, en dépit des milliards de pétrodollars que gagne l’autocratie d’Aliyev.

La semaine dernière, nous avons parlé de la corruption azérie au Conseil de l’Europe et ailleurs dans le monde. Cette semaine, nous allons présenter des exemples portant sur les vastes sommes volées par la famille Aliyev et les membres du clan au pouvoir. Un rapport du Département d’État américain sur les droits de l’homme se référait à « la corruption persuasive » du régime toujours plus autoritaire de l’Azerbaïdjan. Dans son enquête mondiale de 2016 sur la corruption, Transparency International plaçait l’Azerbaïdjan parmi les nations les plus corrompues – 123e sur 176 pays.

Le mois dernier, la journaliste Daphne Caruana Galizia a révélé sur son site que les trois plus grands clients de la banque Pilatus à Malte viennent d’Azerbaïdjan : Kamaladdin Heydarov, ministre azéri des Situations d’urgence, suivi par le jeune fils et la fille du président Aliyev, dont les noms sont Heydar Aliyev et Leyla Aliyeva.

Galizia a écrit : « Heydar Aliyev [le fils du président] a d’abord essayé d’ouvrir un compte à la Banque Valetta à Malte, mais cela lui a été refusé au motif qu’il est une personne politique très exposée de l’un des pays les plus corrompus du monde, et qu’il présente un sérieux risque de blanchiment d’argent. » Elle poursuit : « 60% des dépôts financiers de la banque Pilatus appartiennent à des personnes azéries exposées politiquement. » Nous pouvons donc en déduire avec certitude que les montants déposés par ces trois Azéris s’élèvent à des millions de dollars !

Il est intéressant de constater que le propriétaire de la banque Pilatus est un Iranien du nom de Seyed Ali Sadr Hashemenijad qui « a été filmé par une caméra en train d’emmener des sacs de documents du site de sa banque jeudi dernier en fin de journée [20 avril 2017], accompagné de la gestionnaire des risques bancaires, Antoniella Gauci. »

Malheureusement, la banque maltaise n’est pas la seule dans laquelle les Aliyev et leur clan ont caché un tas d’argent. Il existe une multitude de compagnies offshore établies par les Aliyev et leurs intermédiaires pour blanchir de vastes montants d’argent liquide, et il est donc difficile de remonter aux dirigeants de l’Azerbaïdjan.

Il existe tant de scandales financiers impliquant les Aliyev qu’il est dur d’en pointer un en particulier ; mais l’un des plus grands implique l’achat par les trois enfants Aliyev, d’un bien immobilier de luxe à Dubaï, pour 75 millions de dollars, selon le Washington Post. Heydar Aliyev, le fils du président Aliyev qui avait alors 11 ans, a acheté des villas sur le front de mer pour une valeur de 44 millions de dollars en 2009 ! Ses deux sœurs, Leyla et Arzu Aliyeva, ont acheté plusieurs autres villas pour 31 millions de dollars. Ces propriétés ont été payées « d’avance ». Comment des enfants aussi jeunes peuvent-ils avoir 75 millions de dollars, étant donné qu’ils n’ont pas de revenus et que le salaire annuel du président Aliyev est seulement de 228 000 dollars !

L’article du Washington Post révélant ces détails scandaleux a expliqué que « la précipitation de transférer des avoirs outre-mer, souvent sans faire grand cas de services en retour, est une caractéristique courante de nombreux pays producteurs de pétrole, où les élites corrompues s’assurent que leurs richesses sont en sûreté en cas d'aléas politiques internes. »

Le site de l’OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project - le Projet d’enquête sur la Corruption et le Crime organisé) comprend des dizaines d’articles sur des exemples majeurs de corruption en Azerbaïdjan. En 2012, l’OCCRP a désigné le président Ilham Aliyev comme « Personnalité de l’Année » pour ses « liens avec le crime et la corruption ». L’OCCRP a rapporté que Mehriban Aliyeva, la femme du président Aliyev, est « propriétaire, directrice et actionnaire d’un réseau de compagnies offshore qui auraient été utilisées par la famille pour mener des affaires lucratives portant sur des millions de dollars. »

De fait, le président Aliyev et sa famille possèdent une multitude de propriétés très chères partout dans le monde. L’OCCRP a rapporté qu’un immeuble situé à Bucarest en Roumanie, acheté 7,3 millions de dollars, est devenu le siège de la Fondation Heydar Aliyev, qui porte le nom du père du président Ilham Aliyev, président de l’Azerbaïdjan de 1993 à 2003. La Fondation est dirigée par la famille du président Aliyev. Selon l’OCCRP, l’achat de cet immeuble a impliqué des « transactions offshore, des liens avec des officiels corrompus et le crime organisé, des délits d’initiés et un culte de la personnalité particulier pour un dirigeant décédé. » Les Aliyev possèdent également des immeubles de grande valeur à Londres (d'au moins 25 millions de dollars), à Moscou (de 10 millions de dollars), à Dubaï et dans la République tchèque.

Enfin, selon l’OCCRP, les filles du président Aliyev, Leyla et Arzu, possèdent certains des hôtels les plus luxueux de Bakou, y compris le Four Seasons, le Sheraton et le Marriott, entre autres.

Un expert immobiliser azéri a déclaré à l’OCCRP que « les hôtels haut de gamme de Bakou que possède la famille ou dont elle est très proche sont estimés à 10 milliards de dollars. »

L’OCCRP a conclu que la dynastie Aliyev a été impliquée dans « de nombreuses opérations secrètes sur plusieurs continents ces dernières années. En se servant de compagnies offshore et d’intermédiaires, la famille présidentielle s’est emparée de pans considérables de l’économie azérie – dont les mines d’or, le tourisme, les compagnies de téléphonie et les banques – tout en achetant des biens de luxe dans divers États européens et du Golfe. »

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 11 mai 2017 – www.collectifvan.org


Lire aussi :

Corruption: Azerbaïdjan, terre d'influence...

Conseil de l’Europe : Nouvelles accusations de corruption contre l’Azerbaïdjan

La corruption de l'Azerbaïdjan s'arrête aux frontières de la France

La demande UDI de commission d’enquête sur l’Azerbaïdjan rejetée à l’Assemblée nationale

Botox, caviar et corruption : bienvenue en Azerbaïdjan pour les premiers Jeux européens !

Azerbaïdjan. Le président Aliev, champion de la corruption

Dossier du Collectif VAN : L'Azerbaïdjan, une dictature nationaliste et négationniste


///////

Lire aussi (en anglais) :

La journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia mène une croisade contre la corruption et le manque de transparence financière qui gangrène son pays. Son site regorge d'articles sur les liens troubles entre Malte et l'Azerbaïdjan :

BREAKING/Malta: Pilatus BankÂ’s main client is AzerbaijanÂ’s Minister for Emergency Situations

GUEST POST: This year, the cost of power generation has doubled because of the corrupt deal with Electrogas and Azerbaijan

BREAKING/Malta: Son and daughter of AzerbaijanÂ’s ruler are clients of Pilatus Bank

US$1.017 million in single transaction from Azerbaijan-owned company to Egrant Inc

Pour d'autres articles, tapez "Azerbaijan" (en anglais) sur le moteur de recherche de son site daphnecaruanagalizia.com

Transparency International

Le site de l’OCCRP (L'ONG Organized Crime and Corruption Reporting Project désigne l'Azerbaïdjan sous le nom de "Corruptistan").





Retour à la rubrique


Source/Lien : The California Courier



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org