Aujourd'hui : Lundi, 23 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La manipulation des médias par les lobbyistes de l'Azerbaïdjan
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - "Depuis plusieurs années, des articles louant généreusement l’Azerbaïdjan et critiquant sévèrement l’Arménie sont publiés dans des journaux américains, israéliens et européens. La plupart de ces articles sont écrits par des non-azéris lucrativement rémunérés par le gouvernement azéri. (...) Il y a de nombreuses personnes engagées par l’Azerbaïdjan pour écrire des textes de propagande dans les médias occidentaux au nom de la « kleptocratie caspienne »" : notons que c'est également le cas en France où des "experts" et des journalistes - dont les voyages sont grassement payés par Bakou - font régulièrement et sans vergogne la promotion de cette dictature si généreuse. Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 3 août 2017.


Comment les agents payés par l’Azerbaïdjan manipulent les médias américains


De Harut Sassounian
The California Courier
www.TheCaliforniaCourier.com
Éditorial du 3 août 2017

Depuis plusieurs années, des articles louant généreusement l’Azerbaïdjan et critiquant sévèrement l’Arménie sont publiés dans des journaux américains, israéliens et européens. La plupart de ces articles sont écrits par des non-azéris lucrativement rémunérés par le gouvernement azéri.

Un homme, Casey Michel, a eu le courage de révéler cette combine dans un long article intitulé La manipulation des médias américains par l’Azerbaïdjan. Il a mené des recherches approfondies, reliant plusieurs de ces auteurs pro-azéris aux activités de lobbying magistralement financées par l’Azerbaïdjan.

Dans une tentative « visant à blanchir son image dictatoriale... le gouvernement autocratique d’Ilham Aliyev a utilisé des conseillers en communication, des journalistes dupés, et a mené l’une des offensives les plus éhontées pour abuser des failles du lobbying américain par tout gouvernement étranger », écrit Michel.

Certaines de ces plumes engagées chantent les louanges de l’Azerbaïdjan et induisent en erreur l’opinion publique en agissant comme si elles étaient des parties tierces non impliquées, faisant des analyses objectives de la situation en Azerbaïdjan. Mais en réalité, ces auteurs sont sur les fiches de paie du régime azéri ou de sa compagnie énergétique, la SOCAR. Voici quelques exemples concrets :

L’ex-député Dan Burton, qui a été payé pour être le chef de l’Alliance Amérique Azerbaïdjan, a écrit au moins trois éditoriaux dans le Washington Post, le Washington Times et le Daily Caller, disant que l’Azerbaïdjan était un pays merveilleux, sans révéler qu’il était payé par Bakou ! Heureusement, Burton a quitté son poste quand l’Azerbaïdjan a arrêté de le payer !

Michel mentionne ensuite Jason Katz, le propagandiste pro-azéri le plus prolifique et le fondateur de The Tool Shed Group, une agence américaine de lobbying engagée par l’Azerbaïdjan. Katz a écrit une série d’articles dans le Huffington Post, encensant la « démocratie » en Azerbaïdjan, affirmant que le pays est « une société orientée vers l’Occident, séculaire, ouverte, cosmopolite et progressiste. »

À son crédit, Katz avait initialement annoncé dans ses articles qu’il était un « haut conseiller pour la République d’Azerbaïdjan. » Toutefois, peu après, Katz a commencé à dissimuler son lien avec le gouvernement azéri. Depuis la fin 2013, Katz a écrit au moins neuf articles louant le régime d’Aliyev, quatre d’entre eux pour Roll Call et trois pour The Hill, et dans l’un d’eux il déclare bêtement que « les États-Unis peuvent beaucoup apprendre d’une nation comme l’Azerbaïdjan », a rapporté Michel. Katz a aussi écrit un article scandaleux dans le National Review au début de l’année 2014 « mettant le gouvernement arménien sur le même pied d’égalité que les Taliban ! » Dans les neuf articles, Katz n’a jamais mentionné que son agence The Tool Shed Group était payée par l’Azerbaïdjan.

Michel a déployé de grands efforts pour révéler les agissements de Katz, en contactant divers médias et en les informant des initiatives de lobbying de Katz pour le compte de l’Azerbaïdjan. La plupart de ces organes de presse ont fait des corrections après la publication des articles de Katz, en indiquant la proche affiliation de Katz avec l’Azerbaïdjan.

Par exemple, suite aux informations de Michel, le National Review a rajouté une note au-dessous du nom de Katz, révélant que Katz est un consultant pour des États étrangers, « y compris le gouvernement d’Azerbaïdjan. » The Hill a aussi inséré une note de l’éditeur après le nom de Katz, révélant que « Katz est payé pour fournir des conseils stratégiques à l’Azerbaïdjan. Cette note a été ajoutée après que l’enregistrement de Katz en tant qu’agent pour une puissance étrangère a été signalé au journal The Hill. »

Non seulement ces articles induisent en erreur les lecteurs américains au sujet de l’Azerbaïdjan, mais ils nuisent aussi lorsqu’ils sont republiés dans la presse azérie comme preuves de la haute estime dans laquelle les Américains tiennent les Azerbaïdjanais !

Mallory Moss, la femme de Katz, a changé de tactique et s’est mise à écrire des articles anti-arméniens à propos du conflit de l’Artsakh (Karabagh), au milieu de l’année 2014. Elle en a écrit un pour le Capitol Weekly et deux pour TheHill, prétendant être une infirmière ! Michel a découvert que Mallory Moss avait enregistré sous son nom le site BakuWoman.com qui a été réenregistré sous le nom de Jason Katz. « L’organisation des enregistrements indique que Moss était The Tool Shed Group », a rapporté Michel. Les éditoriaux de Mallory Moss auraient dû être listés en vertu du Foreign Agent Registration Act au Département américain de la Justice ! Lorsque Michel a expliqué à The Hill le lien entre Mallory Moss, Jason Katz et The Tool Shed Group, The Hill a ajouté une note de l’éditeur sous son article : « Une agence qui est payée pour fournir des conseils stratégiques à l’Azerbaïdjan a soumis cet article. La note a été ajoutée après que l’information a été signalée à The Hill. »
Enfin, Michel mentionne le cas de la professeure Brenda Shaffer qui a écrit des articles pro-azéris pour The New York Times et The Washington Post. Dans les deux cas, elle a omis de mentionner qu’elle était une conseillère ou une consultante pour la compagnie énergétique publique d'Azerbaïdjan, la SOCAR. À la suite de cela, les deux journaux ont publié une note de l’éditeur révélant sa relation financière avec la SOCAR !

Il y a de nombreuses autres personnes engagées par l’Azerbaïdjan pour écrire des textes de propagande dans les médias occidentaux au nom de la « kleptocratie caspienne », ainsi que Michel décrit le pays. Malheureusement, nous ne sommes pas en mesure de citer ces propagandistes sans avoir de solides preuves sur les rémunérations que leur verse l’Azerbaïdjan.

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 3 août 2017 – www.collectifvan.org


Nota CVAN : Casey Michel est un journaliste basé à New York. Il a récemment reçu un diplôme de maîtrise de l'Institut Harriman de l'Université de Columbia, où il a étudié la manipulation médiatique post-soviétique dans la presse occidentale. Blog de Casey Michel : http://www.caseymichel.com/


Lire aussi :

AzerbaijanÂ’s American Media Manipulation - 10 juin 2016, par Casey Michel

"Publi-reportage" pro-azéri sur Causeur : Le flop de Bakou

Dossier du Collectif VAN : L'Azerbaïdjan, une dictature nationaliste et négationniste





Retour à la rubrique


Source/Lien : The California Courier



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org