Aujourd'hui : Lundi, 24 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La "christophobie" monte en Turquie
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous propose la traduction d'un article paru en anglais dans Turkish Daily News du 20 avril 2007. La solution à court terme à la christophobie, est que nous, les Turcs, commencions à nous élever contre elle avec plus de vigueur. Notre État tout puissant ne manque nullement de détermination lorsqu'il s'agit de punir les insultes (et parfois même les critiques!) contre la "turcité" et ses fondements sacrés. Il devrait également commencer à punir ceux qui répandent la haine contre les citoyens chrétiens ou juifs, Arméniens, ou Kurdes.

Assez de christophobie


Vendredi 20 avril 2007
De Mustafa Akyol

Bien que le crime haineux de Malatya ait été perpétré par quelques jeunes fanatiques, il y a bien d’autres personnes "respectables" que l’on peut blâmer

Des monstres sont entrés dans les locaux d’un éditeur de Bible à Malatya l’autre jour. À l’intérieur, ils ont trouvé trois personnes innocentes : deux missionnaires chrétiens et un employé. Ils ont attaché les pieds et les mains de leurs victimes. Ils les ont torturés, puis ils les ont égorgés. Ce fut encore une journée de barbarisme dans la partie sombre de l’histoire turque.

Ce crime haineux, sur lequel la police enquête toujours, est le dernier en date de l’horrible série d’attaques menées contre les chrétiens de notre pays. Et bien qu’il ait été perpétré par de jeunes fanatiques, y a bien d’autres personnes "respectables" que l’on peut blâmer.
Bien sûr, ces personnes n’ont pas soutenu (et ne soutiendraient pas) ce carnage, mais elles ont, sans aucun doute possible, inspiré les tueurs en propageant sans cesse une idéologie malsaine : la christophobie, soit, la peur des chrétiens et de du christianisme.

Il n’est pas difficile de comprendre que si vous répandez systématiquement un sentiment de peur et de haine à l’encontre d’un groupe spécifique, vous pavez le chemin de la violence envers ce groupe. Si vous propagez, par exemple, que les juifs sont diaboliques et qu’ils tentent de dominer le monde en infiltrant les nations, ou ce genre d’inepties, vous vous trouverez très vite avec des ‘héros’ autoproclamés qui dessineront des swastikas sur les tombes juives, qui harcèleront les citoyens juifs et qui attaqueront leurs synagogues. De la même façon, si vous décrivez l’islam comme une religion de violence et si vous dressez un portrait des musulmans comme étant des terroristes potentiels, c’est un appel au crime envers les minorités musulmanes dans les pays non musulmans.

Tomber dans la Charia ?

Ceci est également vrai pour la christophobie, une manie qui monte en Turquie depuis quelque temps. Certains occidentaux supposent que cette manie est directement liée à l’Islam. Un lecteur aux USA, qui a envoyé un email au TDN aujourd’hui, dénonçait les meurtres et nous accusait (nous, les journaliste turcs) de "permettre à votre merveilleux pays séculaire de tomber dans le fascisme de la Charia."

Et bien, ce n’est pas le cas. Premièrement, la Turquie "ne tombe pas dans la Charia", et il n’existe aucune étude sociale qui indique cela. Deuxièmement, la christophobie n’est pas un résultat direct de la présence de l’Islam dans la société turque. Nous avons, bien sûr, des islamistes christophobes, et je ne serai pas surpris si les tueurs s’avéraient être des leurs. Mais, nous avons aussi des christophobes séculaires. J’ai écrit à ce sujet il y a deux ans, dans la revue américaine National Review Online, un article intitulé "Dieu et la Turquie," et l’on pouvait lire :

'''Les missionnaires chrétiens infiltrent notre pays ! LÂ’Islam nous glisse entre les doigts !' Ces mots représentent l’épitomé dÂ’un débat brûlant en Turquie ces dernières semaines. Ce qui rend ces mots plus surprenants que jamais, cÂ’est quÂ’ils nÂ’ont pas été prononcés par un musulman conservateur, mais par Rahşan Ecevit — la femme influente de Bülent Ecevit, lÂ’ex-Premier ministre de la Turquie, le gourou de toujours de la gauche, et de son idéologie séculaire. Personne nÂ’a entendu Mme Ecevit sÂ’inquiéter de lÂ’avenir de lÂ’Islam auparavant : au contraire, elle parlait de la ‘menaceÂ’ quÂ’il représentait.

De fait, Mme Ecevit nÂ’est pas la seule turque séculaire que les missionnaires chrétiens rendent furieuse, et dont le seul 'crime' est de distribuer gratuitement des Bibles dans les rues turques et dÂ’ouvrir des chapelles pour la toute petite communauté chrétienne de Turquie. Ces dernières années, les cercles hyper séculaires, qui se définissent par leur attachement au 'Kémalisme' - le noyau dur de lÂ’idéologie nationaliste prétend représenter lÂ’opinion du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk — sont engagés dans un effort concerté contre le complot imaginaire qui viserait à 'christianiser' la Turquie. Même Doğu Perinçek, un vétéran maoïste et un athéiste juré, se rallie au front de la croisade anti-chrétienne."

En d’autres mots, la christophobie, comme l’antisémitisme, a des partisans tant religieux que séculaires. Et, d’un autre côté, des cercles islamiques importants, en Turquie (comme le mouvement populaire Fethullah Gülen), sont plutôt amicaux et proches des chrétiens et d’autres groupes non musulmans.

Islamo-nationalisme :

Tout ceci signifie que la christophobie ne peut pas être liée directement à l’Islam. Mais elle ne lui est pas complètement étrangère non plus.
Je pense que tant en Turquie que dans le monde musulman en général, il existe deux courants de christophobes, et des actes, dont les liens avec l’Islam devraient être soigneusement étudiés.

Le premier courant est ce que j’appellerai l’islamo-nationalisme. Ses adhérents perçoivent l’Islam comme une partie importante de leur identité nationale et ils voient les peuples de différentes confessions comme des menaces envers lui. Ces menaces peuvent être les "impérialistes" des USA et de l’UE —les 370 000 protestants séculaires qui se sont rassemblés à Ankara samedi dernier les voient ainsi— ceux qui sont perçus comme la "cinquième colonne," et cela inclut les libéraux pro-occidentaux et les minorités non musulmanes. Et surtout, les musulmans convertis au christianisme, profondément haïs, car passés à l’ennemi.

Veuillez noter que ces islamo-nationalistes ne sont peut-être pas très islamiques : pour eux, lÂ’Islam est identité et non théologie. En Turquie, ce courant de pensée est très bien représenté par lÂ’extrême droite turque, aussi connue sous le nom des "Loups Gris". Mehmet Ali Ağca — un autre habitant de Malatya — qui a tiré sur le Pape en 1979, les assassins du père Santoro et de Hrant Dink étaient des militants de ce courant. Ils haïssent les non musulmans, mais ils peuvent tout aussi bien haïr des musulmans non turcs, tels que les Kurdes.

Pour ces personnes, ce que le Coran et la tradition islamique disent sur le christianisme n’est pas très important. Leur haine est basée sur des questions politiques, sur lesquelles ils peuvent tomber d’accord avec des séculaires, tels les"Kémalistes" de Turquie.

Interdiction dÂ’apostasie :

La seconde source de christophobie et de violence anti-chrétienne dans les sociétés musulmanes est un résultat plus direct de l’Islam comme religion. On trouve là quelques concepts traditionnels des lois de l’Islam, telle que l’interdiction d’apostasie.

Bien que le Coran ne décrète pas qu’une personne qui abandonne l’Islam et qui choisit une autre religion doive être punie, la Charia traditionnelle, qui est une loi post-coranique créée dans les premiers siècles de l’Islam, applique une horrible sentence : la peine capitale. Selon cette loi, toute personne qui abandonne l’Islam peut être tuée — une punition à laquelle l’Afghan converti au christianisme, Abdur Rahman, a échappé de peu l’an dernier, grâce à l’intervention de la communauté internationale.

La raison invoquée par les juristes islamiques de punir l’apostasie par la mort au Moyen Âge, était que la religion et l’État étaient inséparables à leurs yeux. Et donc, une défection à Islam était considérée comme une trahison envers l’État. Ces concepts n’ont plus aucune signification de nos jours, bien sûr, et ils vont de fait à l’encontre de l’un des préceptes de base du Coran : "Nulle contrainte en religion (…)" (2:256)

Il est également important de faire remarquer que l’interdiction d’apostasie a été abolie par l’Empire ottoman, par un Édit de la Réforme en 1856. "Toutes les formes de religion sont et seront librement pratiquées dans mes Etats," avait proclamé le Sultan. "On ne devra empêcher aucun sujet de mon Empire d’exercer la religion qu’il professe." Malheureusement, certaines parties du monde islamique, et même, certains musulmans en Turquie, sont tragiquement arriérés comparés à l’esprit ottoman.
Peut-être devraient-ils essayer de re-comprendre l’Islam en se penchant sur ce verset négligé du Coran, qui explique que le pluralisme sur la terre est le désir de Dieu:

« " (…) A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre.
Si Allah avait voulu, certes, Il aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais Il veut vous éprouver en ce qu’il vous donne. Concurrencez-vous donc dans les bonnes œuvres (…)" (5:48)

La solution à court terme à la christophobie, est que nous, les Turcs, commencions à nous élever contre elle avec plus de vigueur. Notre État tout puissant ne manque nullement de détermination lorsqu’il s’agit de punir les insultes (et parfois même les critiques!) contre la "turcité" et ses fondements sacrés. Il devrait également commencer à punir ceux qui répandent la haine contre les citoyens chrétiens— ou juifs, Arméniens, ou Kurdes etc. —. Cette haine non seulement aboutit à d’horribles bains de sang, mais c’est également une honte qui rejaillit sur tous les Turcs, bien plus efficacement qu’une insulte pourrait le faire.

©Traduction C.Gardon pour le Collectif VAN - www.collectifvan.org


Turquie : menaces de mort sur les Arméniens d'Istanbul





Retour à la rubrique


Source/Lien : Turkish Daily News



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org