Aujourd'hui : Mardi, 18 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Angela Merkel en Arménie : Genocide or not genocide ?
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Pendant sa visite à Erevan, la chancelière Merkel s’est rendue au Mémorial du génocide arménien. Elle a déposé une gerbe à la mémoire de 1,5 million de victimes arméniennes et a planté un arbre dans le parc adjacent. Toutefois, Merkel a évité d’utiliser le terme de génocide à Erevan, décrivant les massacres de masse commis par les Turcs de « crimes atroces envers les Arméniens » qui « ne peuvent ni ne doivent être oubliés. » Elle a également déclaré qu’elle était allée au Mémorial du génocide arménien » selon l’esprit de la résolution adoptée en 2016 au Bundestag. Elle a expliqué que le langage utilisé était « une classification politique et non juridique. (…) Les dirigeants arméniens auraient pu parler à la chancelière Merkel d’un rapport récent de Ben Knight, de la Deutsche Welle (DW), sur les armes fournies par le Reich allemand aux forces ottomanes pour commettre le génocide arménien. » Le Collectif VAN vous livre la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 30 août 2018.



Malgré une visite encourageante en Arménie, la chancelière Merkel n’a pas prononcé le mot génocide

De Harut Sassounian
Éditeur, The California Courier
www.TheCaliforniaCourier.com
Éditorial du 30 août 2018

La semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel est allée en Géorgie, en Arménie et en Azerbaïdjan. Les articles des médias indiquent que sa visite en Arménie et ses réunions avec les dirigeants ont été très constructives. Les relations commerciales, culturelles et politiques arméno-allemandes vont se développer. La visite d’Angela Merkel a donné une impulsion très nécessaire au nouveau gouvernement démocratique.

L’un des points délicats que les Arméniens et la communauté internationale ont suivi avec attention a été le commentaire de la chancelière Merkel sur le génocide arménien. En 2016, le Parlement allemand (Bundestag) a adopté à une quasi unanimité une résolution reconnaissant le génocide arménien et a déclaré que « L’Empire allemand est partiellement complice de ces événements. »

Immédiatement après l’adoption de la résolution sur le génocide arménien, la Turquie a rappelé son ambassadeur de Berlin et a menacé de couper ses relations avec l’Allemagne. Les liens restent tendus entre les deux pays pour diverses raisons, mais devraient s’améliorer avec la visite en Allemagne du président turc Recep Tayyip Erdogan, prévue fin septembre.

Pendant sa visite à Erevan, la chancelière Merkel s’est rendue au Mémorial du génocide arménien. Elle a déposé une gerbe à la mémoire de 1,5 million de victimes arméniennes et a planté un arbre dans le parc adjacent. Toutefois, Merkel a évité d’utiliser le terme de génocide à Erevan, décrivant les massacres de masse commis par les Turcs de « crimes atroces envers les Arméniens » qui « ne peuvent ni ne doivent être oubliés. » Elle a également déclaré qu’elle était allée au Mémorial du génocide arménien » selon l’esprit de la résolution adoptée en 2016 au Bundestag. Elle a expliqué que le langage utilisé était « une classification politique et non juridique. »

En dépit des bonnes intentions de Merkel envers l’Arménie et de ses déclarations très positives, j’espère que les responsables arméniens lui ont rappelé que le terme correct pour qualifier l’extermination planifiée de 1,5 million d’Arméniens est « génocide » et pas simplement « crimes atroces ».

Les dirigeants arméniens auraient pu parler à la chancelière Merkel d’un rapport récent de Ben Knight, de la Deutsche Welle (DW), sur les armes fournies par le Reich allemand aux forces ottomanes pour commettre le génocide arménien.

Selon la DW, « le principal fabricant allemand de petites armes, Mauser, a fourni des millions de fusils et de pistolets à l’Empire ottoman pendant les deux guerres mondiales. Elles ont été utilisées pour le génocide avec le soutien actif des officiers allemands. » De plus, citant un rapport de « Global Net – Stop au commerce des armes », la DW a déclaré que « l’armée turque était aussi équipée de centaines de canons produits par l’entreprise Krupp, basée à Essen, qui ont été utilisés lors de l’assaut turc sur les résistants arméniens réfugiés sur le Musa Dagh en 1915. »

L’auteur du rapport de Global Net, Wolfgang Landgraeber, a écrit que « Mauser avait vraiment le monopole des armes pour l’Empire ottoman ».

La DW a révélé que « de nombreux récits originaux cités dans le rapport émanaient de lettres du major Eberhard Wolffskehl qui était stationné à Ourfa, ville du sud-ouest de la Turquie, en octobre 1915. La ville était majoritairement peuplée d’Arméniens qui s’étaient barricadés chez eux pour se protéger de l’infanterie turque. Wolffskehl était le chef de cabinet de Fakhri Pacha, commandant adjoint de la 4e armée ottomane, qui avait été appelée en renfort. »

Dans une lettre à sa femme, le major Wolffskehl se vante sans vergogne des tueries d’Arméniens commises par les troupes allemandes à Ourfa. « Ils [les Arméniens] occupaient en grand nombre les maisons situées au sud de l’église. Lorsque notre artillerie a tiré sur les maisons et tué de nombreuses personnes à l’intérieur, les autres ont essayé de se retirer dans l’église. Mais… ils ont contourné l’église en passant par la cour ouverte de celle-ci. Notre infanterie avait déjà atteint les maisons à gauche de la cour et abattu les gens qui couraient dans la cour. Au total, l’infanterie, que j’ai utilisée pour mener l’attaque principale… s’est bien acquittée de sa tâche et a avancé avec vivacité. »

Landgraeber a également rapporté que « Si les entreprises allemandes ont fourni les armes, et les soldats allemands leur expertise sur la façon de les utiliser, les officiers allemands ont également jeté les bases idéologiques » pour le génocide arménien.
L’attaché de la marine allemande, Hans Humann, membre du corps des officiers germano-turc et ami intime du ministre de la guerre de l’Empire ottoman, Enver Pacha, a écrit : « Les Arméniens seront plus ou moins exterminés, puisqu’ils ont conspiré avec les Russes. C’est dur, mais utile. ».

En outre, Landgraeber a écrit dans son rapport sur « le maréchal prussien Colmar von der Goltz, une figure clé, qui est devenu un conseiller militaire crucial à la Cour ottomane en 1883, qui s’est vu faire du lobbying pour l’industrie des armes allemande, et qui a soutenu tant Mauser que Krupp dans leurs efforts pour obtenir des commissions turques. (Il s’est une fois vanté dans son journal : ‘Je peux affirmer que sans moi, le réarmement de l’armée turque avec des modèles allemands n’aurait pas eu lieu’). » Goltz « l’a aidé à convaincre le sultan d’essayer de mettre fin à la question arménienne une bonne fois pour toute ! »

Les citations mentionnées ci-dessus étayent la résolution du Bundestag de 2016, selon laquelle l’Allemagne s’était rendue complice du génocide arménien, et la reconnaissance en 2015 par le président allemand Joachim Gauck, de « la coresponsabilité » de l’Allemagne pour le génocide arménien. La chancelière Merkel aurait dû appeler le génocide arménien par le mot correct : génocide !


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 30 août 2018 - www.collectifvan.org



Lire aussi :

New report details Germany's role in Armenian genocide

German arms exports for genocide in armenia (Version courte)

Case 01: Armenian Genocide with german weapons (Version longue)

“Germany will support Armenia” – German Chancellor Angela Merkel’s visit




Retour à la rubrique


Source/Lien : The California Courier



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org