Aujourd'hui : Dimanche, 21 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Quelles sanctions contre l’animatrice de France Bleu qui se réjouit du décès d’Aznavour ?
Publié le : 03-10-2018










































































Communiqué - Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] - 03 octobre 2018

Le Collectif VAN réagit aux propos inqualifiables postés le 1er octobre 2018 sur les réseaux sociaux, suite au décès de Charles Aznavour, et demande des sanctions exemplaires à France Bleu contre Nathalie Mazet, animatrice du Réseau France Bleu Vaucluse.

L'animatrice de France Bleu Vaucluse, Nathalie Mazet, a tenu le lundi 1er octobre 2018 au soir sur les réseaux sociaux des propos que France Bleu a qualifiés à juste titre d'"injurieux et diffamatoires" à l’encontre de Charles Aznavour.

Qu'on en juge plutôt : "Aznavour sexiste, raciste de droite bon débarras" a posté Mme Mazet le soir même du décès de l'artiste de 94 ans dont la disparition a ému le monde entier, sauf elle.

Le lendemain matin, France Bleu a réagi par un tweet condamnant les propos de son animatrice :

"France Bleu ne cautionne pas les propos injurieux et diffamatoires émis par notre animatrice hier soir à l’encontre de Charles Aznavour. Ces propos diffusés sur les réseaux sociaux ont été tenus à titre personnel. France Bleu se joint à l’hommage unanime rendu à ce grand artiste."

Si France Bleu a publié rapidement ce texte sur Twitter, le média a en revanche attendu la soirée du 2 octobre pour lui dédier un post sur Facebook : dans l’intervalle, ces quelques lignes de désaveu n'y apparaissaient qu'en réponse aux réactions indignées des internautes, cachées dans le fil des commentaires d’autres informations. Il serait impératif que France Bleu publie sur son site un communiqué en bonne et due forme, diffusé à la presse, et que la station y annonce les mesures exemplaires qu’elle compte prendre.

Comme on le constate à regret, France Bleu se garde pudiquement de citer l'animatrice concernée – qui a un rôle important puisqu’elle apparaissait sur son profil Facebook comme la personne qui « gère France Bleu Vaucluse » - ce qui contribue à amplifier le malaise causé par des excuses qui n'en sont pas. Et pour cause : France Bleu se retranche derrière le fait que ces propos auraient été tenus à titre personnel. Une position qui pose question : Nathalie Mazet aurait-elle eu une telle audience publique si elle ne s'affichait sur les réseaux sociaux comme "animatrice de France Bleu Vaucluse" ?

Quand bien même l'argument de la faute privée serait recevable, la radio de service public peut-elle garder dans ses rangs une journaliste dont les propos sont qualifiés par son employeur d'"injurieux et diffamatoires" ?

Quelles sont - selon les critères de France Bleu - les limites qu'un journaliste n'aurait pas le droit de franchir dans ses propos "personnels" ? Outre les injures et la diffamation gratuites, le fait de se réjouir "à titre personnel" de la mort d'un être humain quel qu'il soit, serait-il admissible ?

Puisque Mme Mazet n'a pas jugé bon de présenter ses arguments, si ce n'est ses excuses, il aurait été intéressant de connaître au moins ses sources.

Charles Aznavour serait donc sexiste. Serait-ce pour avoir été ému par le drame de Gabrielle Russier et lui avoir consacré - à contre-courant de la société française de l'époque - sa chanson Mourir d'aimer en 1971 ?

Charles Aznavour serait un "raciste de droite" : l'ensemble du parcours de l'homme et de l'artiste contredit cette assertion d'autant plus stupide qu'elle suggère, en miroir, l'existence d'un racisme de gauche. Or la gauche a toujours été en pointe dans le combat contre ce fléau.

Ce ne sont pas les activités d'aide à la résistance du jeune Charles Aznavour - dont la famille communiste, rescapée du génocide arménien, proche de Missak Manouchian, cachait à Paris des Juifs traqués par les nazis - qui peuvent valoir aujourd'hui à Monsieur Aznavour d'être ainsi insulté post-mortem.

Pas plus qu'il ne peut s'agir du fait que ses deux filles, Séda et Katia - qui auraient donc été imperméables à l'influence de leur « raciste » de père - ont épousé respectivement un Juif-américain et un Franco-maghrébin originaire du Val Fourré à Mantes-la-Jolie, ville dont Charles Aznavour était "Ambassadeur d'honneur". Ni le fait qu’Aznavour avait appelé en 2002 à manifester contre l’élection de Jean-Marie Le Pen.

Ce n'est pas non plus la grande connivence d'Aznavour avec les rappeurs, et l'admiration réciproque qu'ils avaient les uns pour les autres, qui lui vaut de subir cette injure gratuite.

Charles Aznavour était connu pour sa tolérance, sa curiosité et son ouverture aux autres. Précurseur, il l'a été aussi avec sa main tendue au peuple turc qu'il n'a jamais voulu rendre responsable du génocide arménien de 1915 ni du négationnisme d'État de la Turquie. Il a pourtant essuyé bien des critiques car, on peut le dire, ses déclarations étaient assez mal comprises des Arméniens de la diaspora à une époque où le dialogue entre les sociétés civiles turque et arménienne n'était pas de mise.

Alors ? En 2015, le chanteur d'origine arménienne, dont la famille maternelle a été décimée un siècle auparavant par un racisme d'État, est bouleversé par la crise en Syrie, situation tragique dont les minorités du Levant - Arméniens, Assyro-Chaldéens, Yezidi - rescapées du premier génocide du XXe siècle, font à nouveau les frais : il annonce vouloir accueillir des migrants chez lui. En janvier 2018, Aznavour explique pourquoi il faut accueillir les migrants en France mais lâche au micro de Laurent Delahousse le mot malheureux de "tri" : il peut y avoir "des génies parmi ces gens" dit-il, "on pourrait faire un tri intéressant" avait-il ajouté, déclenchant un tollé sur les réseaux sociaux.

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt

Si la formulation n'était évidemment pas heureuse, est-il besoin d'expliquer que le souci de Charles Aznavour était avant tout de convaincre les Français opposés à l'accueil des réfugiés ? Il voulait leur rappeler que "nombre de nos artistes, de nos amis et des grands noms, de la peinture, de la littérature ou de la chanson" étaient des migrants, comme lui et sa famille. Et qu'ils avaient contribué à l'aura de la France.

C'est ni plus ni moins ce que disent en boucle tous les observateurs qui commentent aujourd'hui dans les médias la disparition du dernier géant de la chanson française, en opposant son parcours exemplaire aux anathèmes des Zemmour et compagnie.

Encore fallait-il pour le comprendre ne pas être l'idiot regardant le doigt lorsque le sage désignait la lune.

Pendant que l'obscure Nathalie Mazet réduisait en 41 caractères la vie d'un artiste adulé aux quatre coins de la planète, tandis qu’elle salissait l'éthique d'un homme ayant voué les 30 dernières années de sa vie à l'action humanitaire au secours d'un peuple martyr, les hommages multiculturels à Aznavour se multipliaient comme une traînée de poudre, de Quincy Jones à Barbra Streisand en passant par Bob Dylan, Liza Minelli, et le monde du rap. L'émotion est universelle pour saluer cet artiste élevé au statut d’icône. Et nul doute que s'ils étaient encore de ce monde, les amis et artistes qui ont interprété les chansons d'Aznavour, tels que Ray Charles et Sammy Davis Junior, masqueraient par leurs éloges la petite rengaine hideuse de ce tweet de caniveau.

Le tweet de Nathalie Mazet relayé par un négationniste du génocide arménien

Tandis que le tweet de Nathalie Mazet provoquait une tempête sur les réseaux sociaux où certains internautes - dont un grand nombre émanant des courants d'extrême-droite - en ont profité pour critiquer férocement le service public et ses journalistes qualifiés "de gauche", une autre récupération problématique interpellait la diaspora arménienne de France.

Ainsi, après avoir commis un tweet visant à assimiler Charles Aznavour au terrorisme de l'ASALA, un jeune étudiant français - connu pour son négationnisme acharné du génocide arménien, son souci de nuire aux Arméniens, et son admiration de la fachosphère turque des Loups Gris - s’est empressé de relayer un tweet approuvant les « opinions » de Nathalie Mazet (on apprend à l’occasion, que se réjouir de la mort de quelqu’un serait donc une opinion).

Cet aspirant-historien, financé par un think tank d’Ankara – et qui, grâce à ces subsides, poursuit en justice quiconque le compare à Faurisson - pourrait-il devenir « animateur » des réseaux de France Bleu s'il se contentait de s'exprimer « à titre personnel » ? La question mérite d'être posée.
A titre informatif, voici ce qu'il publie contre les Arméniens sur le site raciste et négationniste Turquie News : « Seul un combat cohérent pour éliminer radicalement leur présence dans la vie politique des pays occidentaux — notamment par des procès pour injure, diffamation, incitation à la haine raciale, ainsi que par un effort sans relâche d’information — permettra de résoudre la « question arménienne ».

Des sanctions exemplaires et publiques

Alors que la République Française s'apprête à offrir vendredi matin un hommage national à Charles Aznavour dans la Cour des Invalides, il appartient à France Bleu, station du service public, de prendre les sanctions qui s'imposent et de les faire connaître publiquement.

Signalons que la "journaliste" de France Bleu aurait supprimé son tweet : les comptes Facebook et Twitter de Nathalie Mazet sont d'ailleurs désormais masqués ou désactivés. Bon débarras. Mais cela ne suffit pas.


Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux - France





Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Décès de Charles Aznavour : tweets injurieux et diffamatoires




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org