Aujourd'hui : Vendredi, 14 décembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Rapport de la FIDH : les crimes commis contre les Yézidis
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire ce Communiqué de presse de la Fédération internationale des droits de l'Homme publié le 25 octobre 2018.











FIDH

Crimes sexuels contre les Yézidies : des djihadistes étrangers doivent être poursuivis pour génocide et crimes contre l’humanité

25/10/2018 RAPPORT

Irak

Issu d’une enquête de terrain, un rapport publié aujourd’hui par l’organisation Kinyat et la FIDH décrit l’exercice de légitimation, d’organisation et de planification de la traite sexuelle des captives Yezidies par l’organisation État Islamique (Daesh) en Irak et en Syrie. Il appelle à l’inclusion des charges de crimes sexuels constitutifs de génocide et de crimes contre l’humanité dans la poursuite des djihadistes étrangers par les juridictions nationales et internationales, poursuites jusqu’à présent limitées à la lutte contre le terrorisme.

Le rapport qui sort aujourd’hui est basé sur le travail d’enquête mené par l’organisation de documentation Kinyat, qui documente depuis 2014 les crimes commis contre les Yézidis, et par une série d’entretiens menés par la FIDH et Kinyat avec des survivantes, lors de deux missions d’enquête en Irak.

Il contribue à mettre en lumière les graves crimes perpétrés à l’encontre des captives Yezidies notamment par des ravisseurs étrangers. Des djihadistes français, allemands, américains, saoudiens, libyens, tunisiens, libanais, palestiniens, yéménites et chinois figurent parmi les nationalités documentées par Kinyat et la FIDH.

Avec la prise de Mossoul par Daesh le 10 juin 2014, débute une campagne visant à « purifier » la région de ses éléments « non islamiques » et chiites. Le 3 août 2014, les combattants de Daesh attaquent la région du Sinjar, obligeant 130 000 Yézidis à fuir vers les zones kurdes. Sans possibilité de repli, des dizaines de milliers de personnes sont contraintes de se réfugier dans les monts du district de Sinjar, dans des conditions dantesques : le manque d’eau, de nourriture, d’ombre, et de matériel médical feront au moins 1700 morts.

L’attaque contre le Sinjar marque le début d’une campagne brutale, visant à éliminer l’identité Yézidie. Ce projet génocidaire entraîne crimes de masse, conversions forcées à l’Islam, dispersions brutales des familles et réduction en esclavage des femmes et enfants survivants, considérés comme des butins de guerre. Les crimes commis contre les Yezidis ont été largement médiatisés par Daesh, qui les a mis en scène et utilisés comme outil de propagande, afin de s’attirer de nouvelles recrues et terroriser les populations.

Au préalable, ces crimes contre l’humanité avaient été légitimés via une série de justifications théologiques et juridiques autour des notions de « Sabaya » (butin de guerre) et surtout d’« Al Sabi » (capture et esclavage des femmes et enfants de mécréants). Cette rhétorique a été développée dans les revues de Daesh ainsi que dans des fascicules théologiques spécifiquement consacrés à l’esclavage, avec une focalisation particulière sur l’esclavage sexuel.

Dans le même temps, la traite de femmes et enfants Yezidis – systématiquement séparés des hommes - a été organisée et planifiée. De nombreuses captives furent vendues sur des marchés aux esclaves et sur des sites internet spécialisés, via les applications Telegram et Signal. Un des groupes de revente en ligne, appelé « The Great Mall of the Islamic State », compta jusqu’à 754 membres. Il permettait d’acheter des femmes ou des enfants, avec des descriptions explicites sur leur âge ou apparence physique, au milieu des annonces de ventes d’armes ou de voitures.

Télécharger le rapport ICI




Retour à la rubrique


Source/Lien : FIDH



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org