Aujourd'hui : Mercredi, 23 janvier 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Presse arménienne : Revue du 6 décembre 2018
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – Le Collectif VAN vous propose de lire cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie le 8 décembre 2018.


Ambassade de France en Arménie

Revue de la presse arménienne du 6 décembre 2018

La mise sur écoute du Premier ministre par intérim Nikol Pachinian et du Service de sécurité nationale domine la presse du jour.

Mise sur écoute du Premier ministre par intérim Nikol Pachinian et du Service de sécurité nationale/ Tous les journaux rendent compte de la mise sur écoute du Premier ministre par intérim Nikol Pachinian et du chef du Service de sécurité nationale, Artur Vanetsian. La vidéo de l’enregistrement a été mise en ligne le 05 décembre. Intitulée « Comment la justice arménienne marche, partie 2 », il s’agirait de la suite de la vidéo de l’enregistrement de la conversation téléphonique entre le chef du Service de sécurité nationale Artur Vanetsian et le chef du Service d’enquête spéciale Sassoun Khachatrian publié le 11 septembre (cf. revue du 12 septembre 2018, revue du 13 septembre 2018). Le Premier ministre par intérim Nikol Pachinian a confirmé l’authenticité de l’enregistrement et a qualifié l’enregistrement d'une «guerre déclarée contre l'État arménien». « Ceux qui ont provoqué cette guerre subiront une défaite écrasante » a déclaré N. Pachinian. Ce fichier audio de 7 minutes représente un montage de trois appels téléphoniques d’Artur Vanetsyan à N. Pachinian de Suisse en juillet dernier, le sujet des conversations étant les accusations criminelles portées contre l'ancien président Robert Kocharian et Youri Khachaturov, alors Secrétaire général de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). A. Vanetsian indique dans l’enregistrement qu’Y. Khachaturov ne devrait pas être arrêté pour l'instant car cela causerait «de graves problèmes avec les Russes». Selon A. Vanetsian les représentants des services de renseignement étrangers russes et du FSB avaient indiqué souhaiter qu’ Y. Khatchatourov ne soit pas arrêté. A. Vanetsian avance que cette arrestation serait considérée par les Russes comme une «grande gifle face à l’autorité de l’OTSC». «C’est comme détenir le secrétaire général de l’OTAN». L’enquête contre R. Kocharian a été également traitée par N. Pachinian et A. Vanetsian quelques heures à peine avant la publication de l’autorisation du tribunal à arrêter l'ancien président pour avoir utilisé illégalement les forces armées contre des manifestants de l'opposition en 2008. A. Vanetsian indique que le juge de Kocharian l'a appelé et a fait part de sa peur de permettre l’arrestation. A. Vanetsian indique avoir rassuré le juge. Selon la presse, l’enregistrement a été délibérément rendu public la veille des élections parlementaires et de la prise de décision de la cour d’appel sur la nouvelle arrestation de l’ancien Président Robert Kocharian demandée par le Parquet général. Le quotidien Jamanak note que les conversations téléphoniques divulguées de A. Vanetsian avec le responsable d’un autre organe chargé de l’application des lois, Sasun Khachatrian, ont été rendues publiques avant la tenue d’une autre élection : les élections municipales d’Erevan. Selon Jamanak, les dernières fuites vont davantage « polariser » la course parlementaire arménienne. Le quotidien Joghovourd ne doute pas que les personnalités de l’ancien régime sont derrière cet enregistrement.

Débat préélectoral télévisé / La presse rend compte du débat télévisé des candidats en tête des listes de tous les partis et alliances politiques participant aux élections législatives du 9 décembre. La presse qualifie ce débat télévisé en direct d’historique, car il s’agit du premier du genre en Arménie. Vigen Sarkissian, du parti Républicain d’Arménie, Souren Sahakian, du parti socio-démocrate «Décision du citoyen», Armen Roustamian, du parti Dachnak, Nikol Pachinian, de l’alliance «Mon pas», Edmon Maroukian, du parti «Arménie lumineuse», Levon Chirinian, du parti «Renaissance chrétienne populaire», Louciné Haroïan, du parti «Progrès national», Aram Sarkissian, de l’alliance «Menq/Nous», Arthur Baghdassarian, du parti «Etat de droit», Varoujan Avestissian, du parti «Sasna Tsrer/ Enragés de Sassoun» et Gagik Tsaroukian du parti «Arménie prospère» ont discuté pendant trois heures et demie des défis politiques, économiques et de sécurité auxquels le pays est confronté. Le Premier ministre par intérim a de nouveau décrit les élections comme « un chapitre final de la révolution de velours». Nikol Pachinian a réaffirmé que lors des prochaines élections les pots-de-vin de vote et les fraudes seraient interdits. Les journaux notent que le débat a été marqué par des échanges verbaux amers entre le Premier ministre Nikol Pachinian et le républicain Vigen Sarkissian qui se sont affrontés à plusieurs reprises au cours de la discussion, échangeant des récriminations et s'interrompant mutuellement. Selon Jamanak à force de s’affronter, les participants du débat n’ont pas présenté de solutions détaillées aux problèmes de l’Arménie. Nikol Pachinian a qualifié ses politiques socioéconomiques de succès, affirmant que son gouvernement avait réduit certaines taxes, augmenté les allocations pour lutter contre la pauvreté et abaissé les taux hypothécaires des jeunes familles. Il a également affirmé avoir éliminé la «corruption systémique». Vigen Sarkissian quant à lui a vivement critiqué le bilan du nouveau gouvernement et a déclaré que le parti Républicain était le seul parti à contester sérieusement Nikol Pachinain et à le contenir. Selon V. Sarkissian, le 9 décembre « les Arméniens vont décider si leur pays deviendra la dictature d’un seul homme ou un parlement équilibré ». Selon V. Sarkissian, Nikol Pachinian continue les principales décisions politiques prises par le gouvernement des Républicains, notamment l'adhésion de l'Arménie à l'Union économique eurasienne dirigée par la Russie. V. Sarkissian a reproché au gouvernement le ralentissement de la croissance économique en Arménie depuis avril et a l’accusé « d’empoisonnement de la liberté d’expression, de création de graves menaces pour le Haut Karabakh et de dégâts portés aux relations entre l’Arménie et la Russie ». Citant l’enregistrement de la conversation téléphonique divulguée entre N. Pachinian et A. Vanetsian, V. Sarkissian a affirmé que les tribunaux locaux agissaient sur ordre du Premier ministre. A quoi Nikol Pachinian a répondu que si c'était vraiment le cas, 90% des membres du parti Républicain se retrouveraient en prison. Nikol Pachinian a de nouveau accusé l'ancien gouvernement d'avoir systématiquement «pillé» le pays. Les journaux notent que V. Sarkissian a également fait face à des attaques verbales de plusieurs autres participants au débat à ce sujet. Le dirigeant des Dachnak A. Rustamyan a interrogé Nikol Pachinian sur sa position sur le conflit du Haut Karabakh, mais ne semblait pas convaincu par les assurances du Premier ministre par intérim qu’aucun accord de paix avec l’Azerbaïdjan ne pourrait être mis en pratique sans l’approbation de la population. Selon Nikol Pachinian le conflit doit être résolu par la reconnaissance internationale de « l'Artsakh » (Haut Karabakh) et les négociations sont menées pour deux objectifs principaux: reconnaissance du droit des peuples du Haut Karabakh à l’autodétermination et création de garanties internationales pour la sécurité du Haut Karabakh ». Le chef du parti « Arménie lumineuse » Edmon Maroukian a indiqué que ces dernières temps, une campagne noire a été menée dans le pays, qui comprenait également le Haut Karabakh. Selon le chef du parti « Etat de droit », Artur Baghdassarian, la priorité au règlement du conflit est le mandat principal du peuple. Varujan Avetissian, du parti « Sasna Tsrer/Enragés de Sassoun », a déclaré que le conflit ne devait pas être résolu par l'indépendance du Haut Karabakh, mais par son union avec l'Arménie. A. Rustamyan de Dachnak a vanté la ligne dure de son parti sur le conflit et, en particulier, sur son opposition aux grandes concessions territoriales à Bakou. Le dirigeant du parti « Arménie prospère », l’oligarque Gagik Tsarukian, s’est abstenu de critiquer les autorités actuelles ou anciennes, mais a été attaqué de manière inattendue par le chef du parti « Arménie lumineuse » Edmon Maroukian qui a questionné l’éthique de l’implication de l’oligarque dans la vie politique et a déclaré que le parti « Arménie Prospère » avait peu abouti bien qu’il ait terminé deuxième lors des trois dernières élections législatives. Selon E. Maroukian, la politique doit être séparée du business. Gagik Tsaroukian a répondu qu’il a construit sa fortune par ses propres moyens et a rappelé à E. Maroukian quand ce dernier était venu chez « Arménie prospère » pour demander leur soutien pour accéder au parlement. Le sujet de la justice transitionnelle a été également débattu. Selon Nikol Pachinian, la création de mécanismes de justice transitionnelle est importante compte tenu de la situation actuelle du système judiciaire pour créer un pouvoir judiciaire vraiment indépendant. Souren Sahakian du parti socio-démocrate «Décision du citoyen» a évoqué le sujet du capital illégal accumulé en Arménie qui jusqu’ici était protégé par la présence des propriétaires de ces capitaux dans la vie politique. Nikol Pachinian a précisé que le retour des capitaux doit être effectué selon la législation et a indiqué qu’il y a déjà plusieurs personnes qui veulent retourner à l’Etat des fonds. Souren Sahakian a proposé de « pardonner » à ces propriétaires en échange des capitaux et de l’interdiction de leur entrée dans la vie politique. Traitant le sujet des personnalités de l’ancien régime qui veulent faire des « dons à l’Etat », le chef de l’alliance « Menq/Nous » a proposé d’utiliser l’expérience britannique de la « Loi sur le vent » adoptée par le gouvernement de Margaret Thatcher qui gère le retour des fonds volés à l’Etat. Selon Varoujan Avetissian, les fonctionnaires impliqués dans la corruption doivent être privés du droit d’occuper des fonctions publiques à vie. Nikol Pachinian a indiqué plus tard sur sa page Facebook qu'il est nécessaire d'insérer dans le code électoral une disposition prévoyant la tenue de débats télévisés au niveau des plus hauts responsables des listes participant aux élections.

Commentaire de Maria Zakharova sur la déclaration du porte-parole du Premier Ministre/ Les journaux indiquent que la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères russe Maria Zakharova a indiqué que la déclaration de l’assistant du Président russe, Yuri Ouchakov, selon lequel le Sommet de l’OTSC du 6 décembre a été reporté à la demande de l'Arménie en raison des élections législatives qui se dérouleront le 9 décembre (cf. revue du 5 décembre 2018) n’a pas besoin d’être réaffirmée. Selon Zakharova la déclaration du porte-parole du PM qui a démenti cette information « provoque une inquiétude tant sur le contenu que sur la forme ».

Rédaction : Lena Gyulkhasyan





Retour � la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 Revue de la presse arménienne du 6 décembre 2018



Source/Lien : Ambassade de France en Arménie



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org