Aujourd'hui : Jeudi, 23 janvier 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien : après Reagan, le mot est devenu tabou pour Washington
Publié le :

Info Collectif VAN – www.collectifvan.org – « Chacun sait que les ambassadeurs doivent suivre les directives de la politique étrangère de leur gouvernement respectif et qu’ils ne peuvent pas prendre de décisions par eux-mêmes. Toutefois, il est étrange que les ambassadeurs américains ne soient pas autorisés à dire que le génocide arménien est un génocide. Imaginez le scandale si un ambassadeur américain en Israël refusait d’utiliser le terme génocide juif. (…) ». Ces ambassadeurs s’opposent aux antécédents historiques américains : « Le gouvernement américain a reconnu le génocide arménien pour la première fois en 1951 quand il a soumis un rapport officiel à la Cour internationale de justice, connue sous le nom de Cour mondiale. La Chambre américaine des Représentants a adopté deux résolutions en 1975 et en 1984 reconnaissant le génocide arménien et le président Reagan a émis une proclamation présidentielle le 22 avril 1981, dans laquelle il faisait référence au génocide arménien. » Le Collectif VAN vous propose la traduction de l’éditorial du journaliste arméno-américain Harut Sassounian, paru dans The California Courier le 13 décembre 2018.


L’ambassadrice américaine en Arménie devrait appeler le génocide arménien par son nom


De Harut Sassounian
The California Courier
Éditorial du 13 décembre 2018
www.TheCaliforniaCourier.com

Chacun sait que les ambassadeurs doivent suivre les directives de la politique étrangère de leur gouvernement respectif et qu’ils ne peuvent pas prendre de décisions par eux-mêmes. Toutefois, il est étrange que les ambassadeurs américains ne soient pas autorisés à dire que le génocide arménien est un génocide. Imaginez le scandale si un ambassadeur américain en Israël refusait d’utiliser le terme génocide juif.

Contrairement à la perception erronée de l’opinion publique, même parmi les Arméniens, les États-Unis ont à plusieurs reprises reconnu le génocide arménien aux plus hauts niveaux du gouvernement.

Tout responsable américain qui s’abstient d’utiliser le terme génocide arménien déforme la position des États-Unis. Comme je l’ai souvent écrit, le gouvernement américain a reconnu le génocide arménien pour la première fois en 1951 quand il a soumis un rapport officiel à la Cour internationale de justice, connue sous le nom de Cour mondiale. La Chambre américaine des Représentants a adopté deux résolutions en 1975 et en 1984 reconnaissant le génocide arménien et le président Reagan a émis une proclamation présidentielle le 22 avril 1981, dans laquelle il faisait référence au génocide arménien.

Les déclarations évasives faites par les derniers présidents et les ambassadeurs américains en Arménie s’opposent aux antécédents historiques américains, à l’exception des commentaires de l’ambassadeur américain en Arménie, John Evans, qui a courageusement dit la vérité sur le génocide arménien, mettant en jeu sa carrière diplomatique qui a pris fin brutalement en 2006, sous l’Administration du président George W. Bush.

Le 4 décembre 2018, une reconnaissance claire du génocide arménien a fait l’objet de débats une fois de plus, pendant de la session de confirmation de la Commission sénatoriale des relations étrangères, concernant la nomination de Lynne Tracy en tant qu’ambassadrice américaine en Arménie.

Dans sa déclaration préliminaire à cette session, Tracy a évité d’utiliser le terme génocide arménien : « M. le Président, les terribles événements de 1915, le Medz Yeghern ou la Grande Calamité, où 1,5 million d’Arméniens ont été déportés, massacrés ou envoyés dans des marches de la mort, au cours des dernières années de l’Empire ottoman, ne doivent jamais être oubliés. Comme le président Trump l’a déclaré lors du Jour du Souvenir arménien ‘Alors que nous honorons la mémoire de ceux qui ont souffert, nous devons nous assurer que de telles atrocités ne se répéteront pas.’ Si je suis nommée, je promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour ne pas oublier les victimes du Medz Yeghern et de soutenir cet engagement solennel. Nous devons aussi regarder vers l’avenir et les opportunités pour la prochaine génération en Arménie. Progresser vers une réconciliation avec la Turquie pourrait aider à réduire l’isolement de l’Arménie et stimuler son économie. Si je suis nommée, je ferai de mon mieux pour soutenir les initiatives arméniennes et turques permettant de forger une relation plus apaisée et productive. »

Au lieu de défendre la ligne historique américaine sur la reconnaissance du génocide arménien, Tracy a habilement recouru au terme arménien « Medz Yeghern » pour éviter d’utiliser le terme correct de génocide arménien. Elle a traduit à tort « Medz Yeghern » - qui, en réalité, signifie « Grand Crime » - par « Grande Calamité ».

Après la déclaration préliminaire de Tracy, le sénateur Ed Markey (Dém.-MA) lui a demandé : « Il est peu probable que l’Administration Trump change sa politique de longue date sur la façon de faire référence au génocide arménien. Comment allez-vous traiter les demandes de la communauté arméno-américaine qui souhaite que les massacres de 1915 soient qualifiés de génocide ? »

Tracy a répondu : l’Administration Trump et moi-même reconnaissons les faits historiques de ce qui a eu lieu à la fin de l’Empire ottoman – les massacres de masse, les déportations forcées et les marches de la mort qui ont pris 1,5 million de vies et causé beaucoup de souffrances. Et si je suis nommée, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour reconnaître et respecter les pertes et les souffrances et je m’engage à participer à toutes activités commémoratives. »

Le sénateur Markey a conclu : « Le moment est venu pour nous de défendre nos idées et de le qualifier de ce qu’il est. Cela nous aidera à être crédibles à l’avenir. »

Le sénateur Bob Menendez (Dém.-NJ) a ensuite pris la parole en posant une série de questions sur le génocide arménien à la candidate au poste d’ambassadrice : « Reconnaissez-vous le fait que de 1915 à 1923, près de 1,5 million d’Arméniens, hommes, femmes et enfants, ont été tués par l’Empire ottoman ? »

Tracy a répondu : « Oui, sénateur. Comme je l’ai dit, l’Administration et moi-même reconnaissons les faits historiques que vous avez mentionnés. »

Menendez : « Reconnaissez-vous que le 24 mai 1915, les Puissances alliées – l’Angleterre, la France et la Russie – ont émis une déclaration conjointe accusant explicitement, pour la toute première, fois un autre gouvernement d’avoir commis « des crimes contre l’humanité et la civilisation ? »

Tracy : « Sénateur, je n’ai pas connaissance de cet événement précis. »

Menendez : « Je l’ai portée à votre attention, donnez-moi votre réponse écrite après l’avoir lue. Reconnaissez-vous le fait que le Conseil américain du mémorial de l’Holocauste, une agence fédérale indépendante, a décidé à l’unanimité le 30 avril 1980, que le musée du mémorial de l’Holocauste des États-Unis documenterait le génocide arménien dans le musée et l’a fait en étudiant les archives publiques ? »

Tracy : « Sénateur, je vous fournirai une reconnaissance écrite à ce sujet. »

Menendez : « Reconnaissez-vous que Henry Morgenthau, l’ambassadeur des États-Unis à l’époque dans l’Empire ottoman, a dit que l’ordre de déportation des Arméniens émis par le gouvernement turc était ‘un arrêt de mort pour la race toute entière’ et ‘qu’il [le gouvernement turc] n’a fait aucun effort particulier pour le dissimuler lors des discussions avec lui.’ »

Tracy : « Oui, sénateur. Je reconnais les faits rapportés par l’ambassadeur Morgenthau. »

Menendez : « Prendrez-vous des mesures disciplinaires ou des sanctions à l’encontre d’un employé de l’ambassade américaine en Arménie qui commémorerait ouvertement le génocide arménien ? »

Tracy : « Sénateur, j’attends que, comme moi-même, nous suivions la politique de l’Administration. Et la politique est que nous reconnaissons les faits historiques des événements de 1915 en tant qu’atrocités de masse. Et je dirais juste qu’en tant que haute dirigeante du Service extérieur, je suis toujours ouverte au débat dans mon équipe. Mais, en tant que membres de la branche exécutive, nous devons au final soutenir la politique du président. »

Menendez a conclu : « C’est le problème des candidats à la nomination qui se présentent devant nous, et ce n’est pas vous en particulier. Car de fait, nous avons une réalité historique : 1,5 million de personnes ont été massacrées. C’est un génocide. Et pourtant, nous envoyons des ambassadeurs dans un pays et ils se rendent au mémorial du génocide du peuple arménien, cependant ils ne sont pas capables de le qualifier de génocide. C’est assez ironique. Si nous ne sommes pas capables d’accepter le passé, nous sommes voués à le revivre. (…) Ce n’est pas propre à ce Département. Cela fait un moment que ça dure. Nous devons changer cette réalité. Je vous ai posé une série de questions car j’essaie de vous donner tous les autres éléments. Mais la réalité est que nous ne semblons pas être capables de prononcer ces mots – génocide arménien. C’est bien ce qui est survenu. C’est ce que l’histoire nous montre. C’est ce que le monde reconnaît. C’est ce que notre propre agence fédérale reconnaît, comme le musée de l’Holocauste. J’espère donc que vous pourrez vous pencher sur toutes les autres questions et me donner des réponses afin d’avoir une meilleure place. »

La Commission des relations étrangères du Sénat étudiera la nomination de Tracy lors d’une audience ultérieure, lorsqu’elle aura soumis les réponses promises aux questions du sénateur Menendez.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 13 décembre 2018 – www.collectifvan.org





Retour � la rubrique


Source/Lien : The California Courier



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org