Aujourd'hui : Samedi, 6 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
VEILLE MEDIA Samedi 27 & Dimanche 28 Novembre 2004
Publié le :

VEILLE MEDIA


Samedi 27 & Dimanche 28 Novembre 2004

AGRESSION DE 5 JEUNES ARMENIENS
A VALENCE
PAR UN GROUPE DE 60 TURCS !

Le CCAF Marseille-Provence appelle à un rassemblement de solidarité et de protestation le 29 novembre 2004 à 18h00 devant la Préfecture (Place Félix Barret) où une délégation du CCAF sera reçue par le Préfet de Région.
----------------------------
Communiqué de presse CCAF Marseille Provence
Conseil de coordination des organisations Arméniennes de France

La communauté arménienne à nouveau victime des jeunes turcs
Le Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France Marseille Provence exprime sa profonde indignation à la suite de l’agression raciste dont ont été victimes des jeunes Français d’origine arménienne, samedi 27 novembre 2004 à Valence. Ces personnes qui faisaient signer une pétition demandant que la reconnaissance du génocide arménien figure dans les critères d’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne, se sont fait agresser par une vingtaine de nervis turcs qui les ont molestés et menacés de mort eux et leur famille. Ce groupe de voyous est ensuite à nouveau revenu sur les lieux à une soixantaine pour attaquer les Arméniens.
A la suite de cette agression quatre personnes d’origine arménienne ont dû être hospitalisées pour des fractures multiples et traumatismes crâniens.
Cet acte prémédité fait suite aux évènements marseillais du 14 novembre devant l’Alcazar où les forces de l’ordre, suite à une provocation turque, ont du charger les membres de la communauté arménienne.
Cette montée de violence anti-arménienne intervient au coeur de la France à trois semaines du sommet du 17 décembre à Bruxelles où les chefs d’Etat devront décider de l’ouverture des négociations pour l’adhésion turque.
Ces faits répétés attestent - hélas - des risques dramatiques liés à l’entrée en Europe d’une Turquie ultranationaliste, négationniste du génocide des Arméniens.
Le déni d’Ankara conjugué au laxisme du sommet de l’Etat sur ce sujet ne peut qu’encourager l’arménophobie et le passage à l’acte dans les franges extrêmes de la société turque.
Les fils des rescapés du génocide arménien qui ont trouvé refuge en France sont-il toujours en sécurité dans leur pays d’adoption ?
Hier à Marseille et aujourd’hui à Valence, à cette liberté d’expression bafouée s’ajoute l’atteinte à l’intégrité physique des personnes.
Nous demandons aux pouvoirs publics de faire diligence pour que les auteurs de ces agressions soient traduits devant les tribunaux.
Nous demandons au Président de la République de se faire le relais, le 17 décembre à Bruxelles, de l’avis de l’ensemble des forces politiques françaises qui considèrent qu’une Turquie négationniste n’a pas sa place dans l’Europe.
Seule la fermeté dans les principes pourra arrêter la main de ceux qui se croient autorisés à perpétuer, ici en France, une tradition d’intimidation, d’oppression et de violence contre les Arméniens.
Devant la multiplication et la gravité de ces actes, la communauté arménienne de France se trouve menacée et demande aux autorités publiques de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger ses citoyens d’origine arménienne.
Le CCAF Marseille-Provence appelle à un rassemblement de solidarité et de protestation le 29 novembre 2004 à 18h00 devant la Préfecture (Place Félix Barret) où une délégation du CCAF sera reçue par le Préfet de Région.



-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
COMMUNIQUE DE PRESSE DU COLLECTIF VAN

Après l'agression de Valence, les Français d'origine arménienne s'interrogent : sont-ils toujours en sécurité en France ?

Une agression anti-arménienne devant la Mairie de
Valence
Dans l'après-midi du Samedi 27 Novembre 2004, cinq
jeunes Français d'origine arménienne qui tenaient un
stand d'information devant la Mairie de Valence
(Drôme) ont été violemment agressés par une vingtaine
de jeunes Turcs. Ces derniers, encouragés par la
passivité des forces de l'ordre, ont reçu une heure
plus tard, le renfort d'une trentaine de leurs
compatriotes et se sont déchaînés sur les jeunes
Arméniens. Bilan : 5 blessés chez les jeunes Français
d'origine arménienne dont l'un a été hospitalisé. Son
état nécessite 6 semaines d'arrêt de travail.
Aux cris de « Nos grands-parents vous ont massacrés,
nous allons continuer le travail », les nationalistes
Turcs ont molesté les 5 jeunes Arméniens qui ont subi,
sans que la police n'intervienne, insultes xénophobes
et racistes, menaces de mort, coups de poing, et
lancer de bouteilles.
Notons que ces jeunes Français d'origine arménienne
faisaient signer des pétitions réclamant que la
reconnaissance du Génocide Arménien par la Turquie
fasse partie des critères d'adhésion de la Turquie à
l'Union Européenne : la communauté arménienne de
France s'inquiète, à juste titre hélas, des
conséquences qu'aurait pour eux et pour tous les
Arméniens d'Europe, l'ouverture des négociations avec
un pays renforcé par son impunité, et qui a fait du déni
haineux du Génocide Arménien le socle de son identité
nationale.
Dans un Communiqué diffusé ce Dimanche 28 Novembre,
Ara Toranian, Président du CCAF (Conseil de
Coordination des organisations Arméniennes de France),
s'interroge : « Les fils des rescapés du Génocide
Arménien qui ont trouvé refuge en France, sont-ils
toujours en sécurité dans leur pays d'adoption ? ».
On peut légitimement se le demander, les forces de
l'ordre n'ayant procédé à aucune interpellation des
agresseurs ultra-nationalistes turcs, pourtant connus
des services de police.

Arménophobie et realpolitik
« Devons-nous attendre un drame (…) pour réagir ? » s'inquiète, dans un Communiqué, le parti ADL Ramgavar France, qui demande au Ministre de l'Intérieur de « traduire ces agitateurs devant la Justice » pour « contenir la
montée de l'intolérance et du nationalisme ».
Rappelons qu'à Marseille, le 14 Novembre dernier, lors
de la visite du Chef de l'Etat à l'Alcazar, un piquet
de jeunes marseillais d'origine arménienne a été
brutalement dispersé par les CRS, ses militants ayant
été « raflés » et conduits au poste, alors qu'un
provocateur turc venu les menacer (« Vous les
Arméniens, je vais vous tuer tous un par un »), n'a
pas été inquiété.
La France qui a reconnu le Génocide Arménien de 1915,
par une Loi de Janvier 2001 promulguée par Jacques
Chirac, se doit d'assurer protection et assistance à
toutes ses composantes, et de faire barrage - entre
autres par l'amendement de la loi Gayssot* - à la
montée de l'arménophobie orchestrée par les
propagandistes d'Ankara, dans les media, sur internet,
et dans la vie publique.
La France, soucieuse de ne pas envenimer ses relations
avec la Turquie, est-elle prête à jouer les Ponce Pilate et à sacrifier la douloureuse question arménienne sur l'autel de la realpolitik ?
Les chefs d'Etats européens se préparent à endosser le
17 décembre une lourde responsabilité en ouvrant les
négociations d'adhésion avec un pays coupable de
négationnisme. Il est à craindre que l'arrogance de la
diplomatie turque et de ses relais d'opinion ne
connaisse alors plus de limites et que les faits
dramatiques qui viennent de se produire à Valence,
ne soient que le prélude à des actes encore plus
odieux.
Au-delà de l'émotion qu'a suscité, au sein de la
communauté arménienne de France, cette agression
arménophobe, il apparaît que l'impunité de la Turquie
et de ses franges les plus extrêmes, risque
d'ensanglanter l'idéal européen.
Jacques Chirac n'a plus que quelques jours pour en
prendre conscience.

* La communauté arménienne de France réclame
l'extension de la Loi Gayssot qui, en l'état actuel,
ne punit que le négationnisme de la Shoah. Le jugement
rendu le 15 novembre dernier par le TGI de Paris (« le
génocide arménien ne fait pas partie des crimes dont
la contestation est punissable » dans l'affaire
opposant le CDCA (Comité de Défense de la Cause
Arménienne) à Wanadoo, met en évidence de manière
criante l'urgence qu'il y a à légiférer pour que
cessent les atteintes à la mémoire des 1.500.000
victimes du Génocide Arménien de 1915.


Contact :
Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN
(Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)
Boîte vocale : 08 70 72 33 46 -
contact@collectifvan.org
Collectif VAN - BP 20083 92133 Issy-les-Moulineaux Cedex
---------------------------------------------------------------------------------------------
Agression turque contre un stand arménien à Valence

COMMUNIQUE, dimanche 28 novembre 2004-ARMENEWS- Le CCAF communique : Le Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France exprime sa profonde indignation à la suite de l’agression raciste dont ont été victime des jeunes Français d’origine arménienne, samedi 27 novembre 2004 à Valence.

Lire la suite sur :
http://www.armenews.com/New/news.asp?id_news=6779

Communiqué de l’ADL sur :
http://lalettre.hayway.org/protected/communique000100ef.html
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dans la presse :
En pièce jointe : article du Journal du Dimanche de ce 28 Novembre 2004 (page 9).

TF1 vient de consacrer quelques minutes ce Dimanche 28 (à 20h10) sur le sujet avec, entre autres, les interviews du Président du CCAF et du maire adjoint arménien de Valence.
Claire Chazal a dit que les Arméniens "auraient" été agressés et que les Turcs avaient porté plainte pour "racisme" (!!!).
Néanmoins le point de vue des victimes a été longuement exposé.
--------------------------------------------------------------------------------------------
Rien au journal de France2 (vous pouvez protester sur ce lien : http://info.france2.fr/emissions/269573-fr.php)
mais cette dépêche sur leur site :

http://info.france2.fr/france/6381560-fr.php
Valence : agression raciste

Des jeunes d'origine turque ont agressé samedi à Valence des jeunes Français d'origine arménienne

Le président de la coordination des organisations arméniennes de Drôme-Ardèche et 4 autres personnes qui faisaient signer une pétition contre l'adhésion de la Turquie à l'UE, dans le centre de Valence, ont été agressés par une vingtaine de jeunes d'origine turque qui les ont menacés de leur faire subir le même sort que leurs grands-parents en 1915.

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCOAF) a estimé que "l'agression raciste" dont ont été victimes ces jeunes Français d'origine arménienne illustrait les "risques" d'une entrée de la Turquie dans l'Union européenne (UE).

"Cette agression préméditée qui intervient au coeur de la France à trois semaines du sommet du 17 décembre à Bruxelles où les chefs d'Etat devront décider de l'ouverture des négociations pour l'adhésion turque représente un avant-goût, hélas, des risques liés à l'entrée d'une Turquie négationniste du génocide arménien en Europe", a déclaré le CCOAF, dimanche.

"Nous demandons au président de la République de se faire le relais le 17 décembre à Bruxelles de l'avis de l'ensemble des forces politiques françaises qui considère qu'une Turquie négationniste n'a pas sa place dans l'Europe", poursuit le texte.

L'organisation demande également aux pouvoirs publics "de faire diligence pour que les auteurs de ces agressions soient traduits devant les tribunaux" et s'interroge : "les fils des rescapés du génocide arménien sont-ils toujours en sécurité dans leur pays d'adoption?".
Publié le 28/11 à 19:35
+ 2 dépêches AFP qui présentent ces faits comme une simple rixe !
Vous pouvez protester en remplissant le formulaire :
http://www.afp.com/francais/afp/?pid=contact

LYON, 27 nov 2004 (AFP)
Violences entre membres d'associations arméniennes et jeunes d'origine turque

Une rixe, qualifiée par des organisations arméniennes d'"agression raciste", a opposé samedi à Valence des membres de ces associations militant contre une entrée de la Turquie dans l'UE à des jeunes d'origine turque, a-t-on appris auprès de la police et d'associations. La police a indiqué que cette "rixe sur la voie publique" avait fait quatre blessés légers et n'avait donné lieu à aucune interpellation. Le président de la coordination des organisations arméniennes de Drôme-Ardèche, Robert Tafankejian, qui faisait signer une pétition contre l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, dans le centre de Valence, avec quatre autres personnes, a indiqué à l'AFP qu'une vingtaine de jeunes d'origine turque les avaient agressés. "Ils ont commencé à nous jeter des bouteilles en verre et sont venus nous taper, en nous lançant des injures racistes", a-t-il déclaré, précisant que lui-même et ses quatre compagnons avaient fait un passage à l'hôpital pour des traumatismes crâniens, un nez cassé et divers hématomes. Il a indiqué s'être rendu au commissariat pour déposer plainte. "On est profondément choqués, indignés par ce qui s'est passé. C'est une agression raciste, c'est la reproduction d'une tradition qu'on espérait ne plus voir se reproduire", a estimé le président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), Ara Toranian.
--------------------------------------------------------------------
PARIS, 28 nov 2004 (AFP)
Des Arméniens s'inquiètent de la Turquie dans l'UE après une rixe à Valence

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCOAF) a estimé que "l'agression raciste" dont ont été victimes samedi à Valence des jeunes Français d'origine arménienne illustrait les "risques" d'une entrée de la Turquie dans l'Union européenne (UE). "Cette agression préméditée qui intervient au coeur de la France à trois semaines du sommet du 17 décembre à Bruxelles où les chefs d'Etat devront décider de l'ouverture des négociations pour l'adhésion turque représente un avant-goût, hélas, des risques liés à l'entrée d'une Turquie négationniste du génocide arménien en Europe", a déclaré le CCOAF dans un communiqué reçu dimanche. "Nous demandons au président de la République de se faire le relais le 17 décembre à Bruxelles de l'avis de l'ensemble des forces politiques françaises qui considère qu'une Turquie négationniste n'a pas sa place dans l'Europe", poursuit le texte. L'organisation demande également aux pouvoirs publics "de faire diligence pour que les auteurs de ces agressions soient traduits devant les tribunaux" et s'interroge : "les fils des rescapés du génocide arménien sont-ils toujours en sécurité dans leur pays d'adoption?". Une rixe, qualifiée par des organisations arméniennes d'"agression raciste", a opposé samedi à Valence des membres de ces associations militant contre une entrée de la Turquie dans l'UE à des jeunes d'origine turque, a-t-on appris auprès de la police et d'associations. La police a indiqué que cette "rixe sur la voie publique" avait fait quatre blessés légers et n'avait donné lieu à aucune arrestation. Le président de la coordination des organisations arméniennes de Drôme-Ardèche Robert Tafankejian, qui faisait signer une pétition contre l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne dans le centre de Valence avec quatre autres personnes, a indiqué à l'AFP qu'une vingtaine de jeunes d'origine turque les avait agressés.

>>> Retour à l'article






Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org