Aujourd'hui : Lundi, 16 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Revue de Presse - La communauté arménienne mobilisée pour l'anniversaire du génocide
Publié le : 23-04-2005

Mis en ligne le 23/04/2005 à 22:01
PARIS (AFP)

Les Arméniens de France, qui militent inlassablement pour une reconnaissance sans ambiguïté par Paris du génocide, sont mobilisés cette semaine pour un double événement: le 90e anniversaire du génocide perpétré par les Turcs et la visite en France du président arménien.

Plus de 10.000 personnes ont défilé samedi soir dans les rues d'Erevan à la veille du 90e anniversaire du génocide arménien de 1915 sous l'Empire ottoman, en réclamant qu'Ankara reconnaisse ces massacres comme "génocide", selon une journaliste de l'AFP sur place.

A l'occasion de cette visite officielle entamée jeudi dans le pays d'Europe qui accueille la plus grosse communauté arménienne, avec environ 350.000 membres, le président Jacques Chirac dépose vendredi une gerbe, avec son homologue arménien Robert Kotcharian, devant le monument érigé en 2003 à Paris à la mémoire des victimes du génocide de 1915.

Les Arméniens affirment que ce génocide a fait 1,5 million de victimes.
Ce dépôt de gerbe est "un événement très important", a déclaré à l'AFP Ara Toranian, président du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), qui organise plusieurs rassemblements avec le Collectif Van (Vigilance arménienne contre le négationnisme). "Ce geste sera la véritable mise en conformité du discours politique et du vote du Parlement français", qui en 2001 a reconnu le génocide, a-t-il dit.
"Jacques Chirac affirme ainsi l'importance qu'il accorde au devoir de mémoire", a pour sa part déclaré Harout Mardirossian, président du Comité de défense de la cause arménienne (CDCA), saluant ce "geste unique".

"Jusqu'à dimanche, de très nombreuses manifestations sont prévues à Paris, en banlieue, à Marseille, Lyon ou Valence", pour l'anniversaire du génocide, qui a débuté le 24 avril 1915, a expliqué Nadia-Maro Deghirmendjian, chargée de la communication au CCAF.

Sur le parvis de Notre-Dame de Paris sont dressées deux tentes, qui abriteront une exposition sur le génocide, "avec des photos témoignages d'époque", et accueilleront 15 peintres arméniens qui se produiront devant le public, a-t-elle expliqué.

La ville de Paris et le Conseil régional d'Ile-de-France ont affiché des kakémonos (banderoles verticales) géants. "Génocide arménien: l'Ile de France se souvient", "Génocide arménien: Paris se souvient", disent les bannières accrochées sur les façades du Conseil Régional et de l'Hôtel de Ville. Par ailleurs la ville fait défiler sur les journaux lumineux municipaux des messages "Paris se souvient du génocide arménien".

Samedi, le maire de Paris Bertrand Delanoë recevra des Parisiens d'origine arménienne et M. Toranian remettra la "médaille du courage" à Ali Ertem et Ragip Zarakolu, des intellectuels turcs, pour leurs actions en faveur de la reconnaissance du génocide.

En 2001, le Parlement français a adopté une loi qui dispose que "La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915", sans toutefois en désigner les responsables.
Mais les dirigeants français ont parfois préféré le terme "tragédie" à celui de "génocide", notamment en décembre dernier le ministre des Affaires étrangères Michel Barnier pendant le débat sur une éventuelle adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

La Turquie rejette catégoriquement la thèse du génocide, estimant qu'il s'agissait d'une répression dans un contexte de guerre civile où les Arméniens étaient alliés aux troupes russes qui avaient envahi la Turquie.

Ce déni pèse dans les relations entre Ankara et l'Union européenne. Sans en faire une condition à son adhésion, M. Chirac a réclamé à la Turquie un "travail de mémoire".
Dans une interview cette semaine à l'hebdomadaire Le Point, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan élude la question du génocide arménien.

"La Turquie a ouvert ses archives à tous les chercheurs, turcs ou étrangers, qui veulent étudier cette question. Si les Arméniens font de même, a-t-il dit, les historiens auront la possibilité d'étudier cette période avec des méthodes scientifiques".



Retour aux News




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org