Aujourd'hui : Lundi, 18 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie/Israël : conseils turcs à Israël
Publié le :

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - "La plupart des Israéliens, qui ne vivent vraiment pas une histoire dÂ’amour avec Erdoğan, vont sans doute trouver cela difficile à croire, mais ils devraient se souvenir que le leader de lÂ’AKP avait de très bonnes relations avec l’État hébreu jusqu'à fin 2008, date à laquelle “lÂ’opération plomb durci” a commencé à faire des centaines de morts innocents à Gaza. Erdoğan et son équipe sÂ’intéressent passionnément à leurs frères musulmans en Palestine, de même que de nombreux juifs-américains sÂ’intéressent aux leurs en Israël. Alors voici un conseil amical aux hommes politiques israéliens et à leurs conseillers : arrêtez de rêver du jour où la Turquie redeviendra hyper laïque. Cette époque est révolue et lÂ’identité musulmane de la Turquie existe et perdurera." Le Collectif VAN vous livre la traduction de cet article de Mustapha Akyol, paru vendredi 17 juin 2011 sur le site Hurriyet Daily News.


Quels Turcs haïssent le plus Israël

Mustapha Akyol
Vendredi 17 juin 2011

Il y avait un article intéressant dans le Daily News de la semaine dernière, concernant lÂ’annulation dÂ’un concert de Yuval Ron à Istanbul. M. Ron, musicien israélien lauréat dÂ’un prix, était censé jouer au Sultanahmet Hall, mais la venue a été annulée à la dernière minute en raison de protestations, et, soi-disant, de “menaces.” LÂ’organisation responsable des protestations– mais qui a nié toute menace – était la fameuse association humanitaire İHH qui avait organisé lÂ’an dernier la très controversée Flottille de la liberté pour Gaza, qui a subi lÂ’assaut meurtrier des commandos israéliens.

LÂ’İHH, bien sûr, est une organisation à tendance islamiste. Par conséquent, jÂ’ai reçu quelques emails de mes amis occidentaux se plaignant du fait que lÂ’Islam, et son influence dans la vie publique, rendait les Turcs fanatiquement antisémites. Si la Turquie était dominée par des Turcs à lÂ’esprit plus laïcs, ont ajouté ces amis, la société serait plus tolérante et amicale, en particulier envers Israël.

Le maillon manquant

Mais il y avait un détail intéressant dans cet article sur Yuval Ron, que mes amis islamo-sceptiques, et la plupart des autres également, ont raté : l’organisation qui a aidé à préparer le concert du musicien israélien était aussi à tendance islamiste. C’était la Plateforme pour le dialogue interculturel (Intercultural Dialogue Platform), fondée par les partisans de Fethullah Gülen, le chef religieux musulman le plus influent de Turquie.

En fait, le Mouvement Gülen, comme il s’appelle, a probablement été la force la plus active contre l’antisémitisme en Turquie au cours de ces 20 dernières années. Jusqu’à son départ de Turquie en 1998, un des meilleurs amis de Gülen était le grand rabbin de Turquie et les deux hommes apparaissaient souvent devant les caméras pour des prières communes “Abrahamiques”. À ce jour, les partisans de Gülen ont tenu des dizaines de rencontres interconfessionnelles en Turquie et ailleurs, et leurs médias ont constamment promu la compréhension entre les musulmans et les juifs.

Et même en ce qui concerne l’incident de la flottille, Gülen a suivi une ligne différente de celle du Parti pour la justice et le développement, ou AKP, au gouvernement, qu’il soutient. Et, il a dit qu’il aurait été préférable que la Flottille recherche une solution avec les autorités israéliennes pour faire parvenir l’aide humanitaire à Gaza.

Bien sûr, il y a aussi des tendances antisémites dans le camp islamique. Le quotidien Vakit, et le parti Saadet, parti assez marginal qui a obtenu 1% des votes lors des élections de la semaine dernière, sont franchement anti-Israël et usent dÂ’une rhétorique qui est très souvent anti-juive. Mais une rhétorique similaire existe aussi parmi les nationalistes laïcs admirateurs dÂ’Atatürk, “ulusalcılar” qui croient à de folles théories du complot et le fait que des juifs auraient soi-disant acheté des terres turques dans le sud-est du pays pour les incorporer au “Grand Israël.” Un de ces fous a même écrit un bestseller en 2007, dans lequel il affirme que le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan était un a crypto-juif qui “vendait” la Turquie aux “capitalistes juifs.”

Zone grise

En d’autres mots, l’image turque d’Israël, n’est pas en noir et blanc. Nous ne sommes pas divisés entre islamiques-détestant-Israël et laïcs-adorant-Israël.

Le parti dÂ’Erdoğan, sur ce sujet, se situe quelque part entre le parti Saadet et le mouvement Gülen, et si nous mettons cela en perspective, il serait plus proche du second que du premier. La plupart des Israéliens, qui ne vivent vraiment pas une histoire dÂ’amour avec Erdoğan, vont sans doute trouver cela difficile à croire, mais ils devraient se souvenir que le leader de lÂ’AKP avait de très bonnes relations avec l’État hébreu jusqu'à fin 2008, date à laquelle “lÂ’opération plomb durci” a commencé à faire des centaines de morts innocents à Gaza. Erdoğan et son équipe sÂ’intéressent passionnément à leurs frères musulmans en Palestine, de même que de nombreux juifs-américains sÂ’intéressent aux leurs en Israël.

De plus, ils ne peuvent tout simplement pas ignorer la mort de neuf Turcs, tués dans les eaux internationales par des soldats israéliens, ce sujet étant devenu une question de fierté nationale. Mais ils soutiennent la solution de deux États indépendants et ils peuvent être assez utiles en ce qui concerne la mise en œuvre.

Alors voici un conseil amical aux hommes politiques israéliens et à leurs conseillers : arrêtez de rêver du jour où la Turquie redeviendra hyper laïque. Cette époque est révolue et l’identité musulmane de la Turquie existe et perdurera. Mais ce n’est peut-être pas aussi mauvais que vous le craignez, en particulier si vous essayez de construire des ponts et reconsidérez certaines de vos politiques belliqueuses et d’intimidation.


©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 4 juillet 2011 – 07:00 - www.collectifvan.org





Retour à la rubrique


Source/Lien : Hurriyet Daily News



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org