Aujourd'hui : Vendredi, 22 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Présidentielles 2012 : le Collectif VAN analyse les positions de l'entourage des deux candidats
Publié le :


Au-delà du clivage Sarkozy-Hollande.


Légende : Montage photo Collectif VAN – www.collectifvan.org
Nicolas Sarkozy (CHESNOT/SIPA) et François Hollande (Gonzalo Fuentes/Reuters).


Le chef de l’Etat désavoue-t-il Alain Juppé ? Dans un discours qui restera comme le premier discours d’un chef d’Etat occidental à une commémoration du génocide arménien, Nicolas Sarkozy a taclé le 24 avril 2012 à Paris, son ministre des Affaires étrangères : « Tous les historiens le savent, et je comprends ce qu'il peut y avoir de blessant que de dire, 'convoquons une commission d'historiens’ pour trancher un problème qui a été déjà tant de fois tranché. Aurait-on l'idée de dire à nos compatriotes juifs que l'on veut une commission d'historiens pour savoir malheureusement si cette ignominie de la Shoah a existé en Europe ? Ce serait blessant, ce serait inacceptable, ce serait intolérable. ». On se souvient que c’est pourtant Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères de l’actuel gouvernement, qui s’était rendu le 18 novembre 2011 à Ankara pour « réanimer » cette idée nauséabonde de « commission d’historiens », ardemment souhaitée par la Turquie et ses amis aux fins de repousser sine die les reconnaissances internationales du génocide arménien.

La commission d’historiens ne serait donc apparemment plus d’actualité si l’on s’en réfère au récent discours de Nicolas Sarkozy. Est-ce une volte-face opportune du président-candidat ou y a-t-il une véritable divergence de points de vue entre l’Elysée et le Quai d’Orsay ? Rappelons, et c’est loin d’être anodin, qu’Alain Juppé est Président du Haut Comité de Parrainage de l’Université Galatasaray d’Istanbul et qu’il est membre – comme d’ailleurs Pierre Moscovici, Directeur de Campagne de François Hollande - du Comité scientifique de l’Institut du Bosphore. Ce think-tank franco-turc, financé par la TÜSIAD (le MEDEF turc), était monté en première ligne pour empêcher le vote de la loi pénalisant la négation du génocide arménien. Notre ministre des Affaires étrangères - que certains voient à Matignon en cas de victoire de la droite – n’avait pas manqué de faire valoir en coulisses son opposition à une législation qu’Ankara rejette avec virulence.

Notons aussi que lors de son intervention officielle en Turquie, Alain Juppé s’était bien gardé de reprendre à son compte la reconnaissance du génocide arménien par la France. Il s’en était défaussé sur les parlementaires français : « Concernant les événements de 1915 - ce que le Parlement français a reconnu comme le génocide contre les Arméniens - c’est une question extrêmement difficile. »

Dans ce discours, le chef de la diplomatie française avait semblé découvrir (à regret) qu’un génocide pouvait « AUSSI » être douloureux pour les victimes : « Nous savons que cette période est très douloureuse pour la Turquie, pour les Turcs, mais aussi pour les Arméniens. […] J’ai donc pris bonne note de la disponibilité de la Turquie à participer à ce travail de mémoire dans une commission qui serait bien sûr élargie aux Arméniens. Je soumettrai cette proposition au président de la République française. Si Paris pouvait accueillir une telle réunion pour commencer au moins ce dialogue, je pense que ce serait une avancée extrêmement importante. »

Remarquons enfin que cette fameuse commission d’historiens, si chère également à l’ancien sénateur PS Robert Badinter, avait été pour la première fois suggérée en 2006 au Premier ministre turc Erdogan par... Jean-Marc Ayrault présenté comme futur Premier ministre du gouvernement socialiste.

On le voit, les positions des seuls candidats Hollande et Sarkozy ne peuvent suffire à rassurer les électeurs qui s’inquiètent de l’avancée d’un négationnisme d’Etat sur les territoires de la République. Il importe que leurs partis gravent dans le marbre leurs positions vis-à-vis du génocide arménien et du négationnisme de l’Etat turc afin de ne pas connaître le « communautarisme politique » qui sévit en Belgique.

Il n’est en effet pas rare de voir des élus belges être à la fois membres du PS (ou des Verts) et sympathisants de partis ultra-nationalistes turcs. Dans les quartiers où leur communauté d’origine est majoritaire, ces personnalités peu scrupuleuses font campagne en mettant en avant des valeurs racistes et négationnistes diamétralement opposées aux valeurs humanistes défendues historiquement par leurs formations politiques officielles. En quelques années, soumis à des pressions électoralistes, le Parti socialiste belge a totalement déserté la lutte contre le négationnisme turc, et même les simples commémorations annuelles du génocide arménien à Bruxelles.

Au-delà du clivage Sarkozy-Hollande, tous deux désormais engagés pour la pénalisation de la négation du génocide arménien, ce sont donc bien les positions des états-majors des deux principales formations politiques qu’il importe de clarifier à quelques jours du scrutin.

Cela ne concerne pas uniquement les Français d’origine arménienne, mais bien tous ceux qui se préoccupent d’éthique et de valeurs universelles de justice.


Séta Papazian
Présidente
Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

BP 20083 - 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 (0)1 77 62 70 77
Email: contact@collectifvan.org
www.collectifvan.org


Lire aussi :

François Hollande et la négation du génocide arménien

Sarkozy/Hollande : les politiques face au génocide arménien

Juppé : Paris accueillerait une commission sur le génocide arménien

Déclarations de Nicolas Sarkozy et de l'Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Déclarations de François Hollande et du Parti Socialiste (PS)

Belgique : le PS déserte les commémorations du génocide arménien

Alain Juppé en Turquie: « pleinement solidaires »

Loi visant à réprimer la contestation de l'existence des génocides reconnus par la loi - Le Président de l’Institut du Bosphore se félicite de la saisine du Conseil Constitutionnel

Le Président de Paris 1, fier de servir le négationnisme ?

Badinter : la confusion des arguments

Génocide arménien : l'argent du crime finance sa négation

"Liberté pour l'Histoire négationniste"

Devedjian et la Turquie : le dérapage raciste de Moscovici

PS/UMP : attaques inacceptables contre Devedjian




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org