Aujourd'hui : Mercredi, 21 août 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le Collectif VAN s'inquiète d'un projet de loi pro-négationniste
Publié le :

Copyright photo: MAE

Au cours du Conseil des ministres du 25 juillet 2012, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a présenté un projet de loi autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République d’Azerbaïdjan relatif à la création et aux conditions d’activités des centres culturels. Cet accord, signé le 9 décembre 2009, clarifie le statut des centres culturels français en Azerbaïdjan et azerbaïdjanais en France. Si l’Azerbaïdjan ne dispose à l’heure actuelle pas d’établissement à vocation culturelle en France, gageons que les facilités que permettra la loi une fois ratifiée, donneront bientôt toute latitude à l'Azerbaïdjan pour diffuser ses contrevérités en France. La France combat la dictature en Syrie mais s'apprête à voter une loi validant un accord "culturel" avec une dictature génocidaire qui n'a rien à envier à celle que Paris dénonce sous d'autres cieux... Les récentes manifestations des opposants politiques azéris qui ont eu lieu en marge du concours de l'Eurovision à Bakou, ont pourtant montré aux plus aveugles la véritable nature du régime azerbaïdjanais. Peu importe, celui-ci va se voir "honoré" par la France, patrie des droits de l'homme. L'odeur du pétrole a pour vertu de couvrir les pires relents de la propagande négationniste. Bakou partage en effet avec Ankara un net penchant pour inverser les rôles et faire des Arméniens, des assassins.

Tout comme l'Etat turc prétend depuis des décennies que le génocide arménien de 1915 n'a jamais existé, et que les Arméniens de l'Empire ottoman étaient des traîtres et des agresseurs, son allié azerbaïdjanais, après avoir perpétré un nettoyage ethnique de grande ampleur à l'encontre de sa minorité arménienne, essaye d'obtenir depuis 20 ans une condamnation mondiale pour le "génocide" que les Arméniens auraient commis à Khodjalou en 1992.

De plus, Bakou maintient dans un état de paupérisation calculée, "1 million" de "réfugiés" azéris ayant quitté le Haut-Karabagh. Problème : les Arméniens étaient majoritaires à 75% dans cette enclave arménienne où ils ne dépassent pas les 150 000 habitants... Les chiffres présentés par les autorités azerbaïdjanaises apparaissent pour ce qu'ils sont : une façon comme une autre pour les Azéris (Turcs du Caucase que l'on désignait sous le nom de Tatars jusqu'au début du XXe siècle) de faire diversion pour masquer les terribles pogroms anti-arméniens qui se sont déroulés à Soumgaït (1988), Kirovabad (1989) et Bakou (1990). Ainsi qu'à Maragha, village arménien du Haut-Karabagh, véritable Oradour-sur-Glane figé dans l'horreur depuis 1992.

Le futur centre culturel azéri - qui ne manquera pas de voir le jour, sans doute à Paris (financé par le contribuable français ?) - aura une tâche ardue : expliquer comment le fabuleux héritage culturel arménien a disparu des terres actuellement sous domination azérie. Que ce soit au Nakhitchevan, où le cimetière médiéval arménien de Djoulfa a été totalement rasé en 2005 par l'armée azérie, ou dans le reste de l'Azerbaïdjan où les églises arméniennes sont le plus souvent détruites (ou transformées en mosquées), un seul mot d'ordre semble prévaloir : effacer toute trace de la présence du peuple arménien sur ses territoires historiques. Les compères de l'axe Bakou-Ankara n'hésitent pas à faire pression en-dehors de leurs frontières pour qu'une simple exposition-photos de khatchkars arméniens, telle celle sise au siège de l'Unesco à Paris, ne fasse pas même mention de l'emplacement géographique de ces croix de pierre ciselées, symboles de l'art religieux arménien.

Les méthodes oppressives turco-azéries ne datent pas d'aujourd'hui : parmi les témoins des massacres que les Tatars (Azéris) commirent à l'encontre des Arméniens en 1905, se trouvait un écrivain français, Claude Anet. Il est instructif de lire son témoignage publié dans Le Monde diplomatique en février 1990 : UN TÉMOIN FRANÇAIS A BAKOU EN 1905 « Qui massacre-t-on ? Les Arméniens ». Un texte qui, espérons-le, ne manquera pas d'interpeller Mme Nathalie Goulet, Sénateur dont l'attachement à l'Azerbaïdjan et à la Turquie n'est plus à démontrer. Celle qui déclarait le 4 mai 2011 au Sénat "Les Azerbaïdjanais sont totalement étrangers au génocide arménien de 1915" y trouvera sans nul doute matière à réflexion...

Massacres, pogroms, destructions, falsifications, pressions, chantages, génocide, négationnisme : est-ce vraiment cette culture de l'Azerbaïdjan que Paris compte "faciliter" par cet accord ?
En somme, qu'il s'agisse de la Turquie ou de l'Azerbaïdjan, ce sont les mêmes méthodes. Et les mêmes récompenses au niveau international : décidément, le crime paye.

Le 5 juillet 2012, le Collectif VAN avait adressé une lettre à M. Laurent Fabius dans laquelle il attirait déjà son attention sur l’éthique des partenariats « culturels » signés avec la Turquie. Car à travers divers instituts et think tanks créés ou relayés en France, c’est en fait une stratégie raciste et négationniste qu’Ankara met en place pour 2015 afin de contrer le centenaire du génocide arménien. Il en va hélas de même pour l'Azerbaïdjan qui compte « fêter » ce souvenir dans le sang et les larmes en faisant de 2015 un remake de 1915.

Il est temps que l'Elysée et le Quai d'Orsay en prennent conscience.

Collectif VAN



L'information suivante est en ligne sur le site de l'Elysée et du gouvernement


-----------------------------------------------------------------

Conseil des ministres du 25 juillet 2012

Accord avec l’Azerbaïdjan relatif aux centres culturels


Le ministre des affaires étrangères a présenté un projet de loi autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République d’Azerbaïdjan relatif à la création et aux conditions d’activités des centres culturels.

Cet accord, signé le 9 décembre 2009, clarifie le statut des centres culturels français en Azerbaïdjan et azerbaïdjanais en France.

Il vise à faciliter les activités des centres culturels et à simplifier leurs relations administratives avec les autorités locales. Ceci profitera en premier lieu à l’Institut français en Azerbaïdjan, ouvert en 2004 ; l’Azerbaïdjan ne dispose à l’heure actuelle pas du même type d’établissement à vocation culturelle en France.

25/07/2012

--------------------------------------

Lire aussi :

UN TÉMOIN FRANÇAIS A BAKOU EN 1905 « Qui massacre-t-on ? Les Arméniens »

Il y a 5 ans : la destruction du cimetière arménien de Djoulfa

L’Azerbaïdjan détruit les mosquées des Taliches

La culture arménienne saccagée par l'Armée azérie

Que se passe-t-il à l’UNESCO ?

La langue de bois, art immatériel préservé par l’Unesco

Les liaisons dangereuses de nos universités

Génocide arménien : l'argent du crime finance sa négation

Fabius : langue de bois et langage des signes ?

Qui dénoncera le Goulag turc ?

http://zaman.com.tr/haber.do?haberno=1236056&title=t%FCrkiyenin-2015-stratejisine-ihtiyac%FD-var

Azerbaïdjan : le pogrom de Soumgaït

Le procès des crimes de Soumgaït (Février 1988)

Les 20 ans du pogrom anti-arménien de Soumgaït

Le pogrom de Soumgaït en images

Azerbaïdjan : le pogrom anti arménien de Soumgaït

Incomplete list of innocent victims of Sumgait

Berlin se souvient de Soumgaït

Janvier 1990, les pogroms anti-Arméniens de Bakou

Azerbaïdjan : la politique ottomane du génocide arménien

Azerbaïdjan: nouvelle campagne de propagande anti-arménienne

21 ans après les Pogroms des Arméniens de Bakou

La perspective de Reza : Janvier Noir, Bakou 1990

1990/2010 – Il y a 20 ans, les pogroms génocidaires de Bakou

Black January of 1990 in Baku. Anti-Armenian pogroms and massacre

Azerbaidjan : 20 ans après le pogrom de Maragha

"Maragha, 10 avril 1992. Génocide ordinaire”

Maraghar : Avril, le mois des génocides…

Maraghar : Caroline Cox parle du Golgotha contemporain

Maraghar : 18 ans après, des massacres oubliés

Maragha

Khodjalou : Un fonds de commerce politicien spéculatif pour Bakou

Khojalu : 20 ans de mensonge dÂ’Etat

Xocali.net : le site qui dénonce la contrefaçon azérie

Le mythe du génocide de Khodjalou

Des pirates informatiques qui ont des assassins pour héros

www.xocali.net

Azerbaïdjan : appel au piratage informatique

Khojaly: The chronicle of unseen forgery and falsification

Les pogroms anti-arméniens en Azerbaïdjan 1988-92

Nakhitchevan : il n’y a jamais eu d’Arméniens ici !

Cimetière de Djoulfa: La destruction des khatchkars arméniens en Azerbaïdjan

Chemin de croix à l'Unesco - L’art des khatchkars

Nakhitchevan : 1915 et 1918 : la lutte pour la survie dans le cercle de feu

UNESCO : Nalbandian dénonce la sauvagerie Azérie

Arménie/Azerbaïdjan : "Djoulfa : le chant brisé"

L'Azerbaïdjan élimine un patrimoine culturel datant de 12 siècles



Retour à la rubrique



TÉLÉCHARGER :
 La culture arménienne saccagée par l'Armée azérie




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org