Aujourd'hui : Vendredi, 19 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
20e anniversaire du génocide des Tutsi : le Collectif VAN présent aux commémorations
Publié le : 07-04-2014

Le Collectif VAN était présent aux diverses commémorations du 20e anniversaire du génocide des Tutsi qui se sont déroulées à partir du 7 avril 2014 à Paris et Ivry-sur-Seine. Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, a pris la parole devant l'Hôtel de Ville de Paris le 7 avril, après les interventions de nombreux partenaires, essentiellement des représentants des organisations juives de France. Hormis le Collectif VAN qui était venu en délégation, aucune association arménienne n'était présente ce jour-là. Une absence hélas remarquée dans l'assistance.

Paris, le 7 avril 2014

Discours de Séta Papazian, présidente du Collectif VAN, le 7 avril 2014 sur le Parvis de l’Hôtel de Ville de Paris

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde », disait Albert Camus. Comment ne pas lui donner raison, après ce qu’il s’est passé il y a 20 ans au Rwanda ?

Si le Conseil de sécurité des Nations unies avait accepté à temps de qualifier de génocide les massacres qui y étaient perpétrés contre la minorité tutsi, les États signataires de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide auraient été obligés d’intervenir. Au lieu de cela, l’ONU a réduit de 90% les forces de la MINUAR présentes au Rwanda.

Les dimensions de l’abandon dans lequel la population tutsi a été laissée sont aussi effroyables que les actes qu’elle a subis. Hommes, femmes, enfants, « Ils sont tombés sans trop savoir pourquoi, Mutilés, massacrés les yeux ouverts d´effroi », comme l’a chanté Aznavour pour les Arméniens. Après avoir été déshumanisés, désignés comme cafards selon les critères racistes promus par la Radio Mille Collines, les Tutsi, nos frères et sœurs dans la douleur, doivent supporter - depuis 20 ans - le négationnisme des génocidaires et de ceux qui les ont couverts.
Les historiens ont maintes fois démontré que le négationnisme est concomitant de la planification et de l’exécution des génocides. Il perdure à la fois chez les assassins et chez les tierces parties qui y ont un intérêt. Il parachève le crime et facilite sa répétition.

On minimise, on rend les victimes coupables du déclenchement du génocide, on assure que les victimes ont elles aussi perpétré un génocide qui effacerait l’horreur du premier, on parle de « génocide rwandais », délibérément ou par méconnaissance, alors qu’il s’agit du seul génocide des Tutsi. Imagine-t-on nommer ‘génocide américain’, celui des Indiens d’Amérique ?

L’actuel gouvernement français, en réaction aux accusations du président Kagamé sur le rôle de la France au Rwanda en 1994, a annoncé qu’il annulait sa participation aux commémorations qui se déroulent aujourd’hui à Kigali.

En tant que citoyens français, nous nous interrogeons : si la France n’a rien à se reprocher, pourquoi ne pas plutôt déclassifier les documents de l’époque qui – à l’entendre - devraient permettre de la laver de tout soupçon ? Pourquoi la France a-t-elle exfiltré et accueilli sur son sol des génocidaires hutu ? Pourquoi a-t-il fallu qu’un couple franco-rwandais, Alain et Dafroza Gauthier de l’Association CPCR, pourchasse seul – avec acharnement et courage - les responsables hutu vivant en France sans être inquiétés ? Pourquoi a-t-il fallu attendre 20 ans pour enfin assister, cette année, au premier procès français mettant en cause un génocidaire hutu ?

Mais surtout, s’il s’avérait que la France a vraiment eu un rôle détestable en 1994, pourquoi n’assumerait-elle pas ses responsabilités ? Pourquoi devrait-elle calquer son attitude sur celle d’un pays - la Turquie - que nous autres, descendants des victimes du génocide arménien, connaissons trop bien et qui pratique un négationnisme d’Etat intolérable ? Regarder son passé en face, ce serait ça l’honneur de la France si elle a réellement failli au Rwanda. Et l’honneur de la France, c’est également le nôtre.

Ami(e)s Tutsi, nous sommes aujourd’hui à vos côtés, avec respect et tristesse, pour rendre hommage à vos morts qui sont ceux de l’Humanité tout entière. Issus d’un peuple éradiqué sur ses territoires millénaires, nous venons vous apporter notre témoignage de solidarité et de compassion. Votre combat ne fait que commencer. Nous vous souhaitons toute la force indispensable pour le mener à bien.

Les Arméniens, quant à eux, réclament Justice depuis près d’un siècle. 2015 verra le Centenaire d’un génocide impuni et toujours nié à ce jour par l’Etat turc, héritier du Crime, et par ses obligés sur la scène internationale. Le trou noir de l’Histoire dans lequel des générations d’Arméniens ont été précipités a été - et est encore - un signal d’encouragement envoyé à tous les génocidaires en gestation.

Qu’il s’agisse du génocide des Tutsi, de celui des Arméniens ou des Juifs d’Europe, il importe au moins de juguler la terrible brûlure du déni. Et il ne faut pas s’y tromper : nul n’est à l’abri.

S’il est vrai que l’on ne peut empêcher le racisme et l’antisémitisme par des lois, il importe au moins de restreindre le périmètre de nocivité des « incendiaires de la mémoire »* comme les nomme la réalisatrice Chantal Picault dont le documentaire sera diffusé bientôt. C’est pourquoi nous disons : « Le négationnisme est un crime, pour le punir il faut une loi ».

Cette année, le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] consacre au XXe anniversaire du génocide des Tutsi une grande partie de sa « Journée annuelle de sensibilisation aux génocides et à leur négation ». Nous vous donnons donc rendez-vous le dimanche 27 avril de 10h à 20h sur le Parvis de Notre-Dame de Paris, où seront dressées cinq immenses stèles avec les œuvres de Bruce Clark, Les Hommes Debout.

Arméniens, Juifs, Tutsi : frères et sœurs de combat, nous partageons une communauté de destins croisés. C’est tous ensemble que nous nous recueillons aujourd’hui. C’est tous unis que nous combattrons le déni.

Séta Papazian
Présidente

Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France - Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 –
Email: contact@collectifvan.org - http://www.collectifvan.org

* « Les incendiaires de la mémoire », documentaire de Chantal Picault qui décortique la négation des génocides arménien, juif et tutsi. Il a été diffusé le 13 avril 2014 sur la Télévision Suisse Romande et le 19 avril sur la chaîne Toute l’Histoire.




Retour à la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org