Aujourd'hui : Samedi, 20 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Charleston, «mortel racisme»
Publié le : 19-06-2015

RFI

Par Norbert Navarro
Diffusion : vendredi 19 juin 2015

C’est peu dire que la tuerie raciste de Charleston horrifie la presse française. Le tueur de 21 ans, visage fermé, air buté, apparait deux fois en photo sur la même page intérieure du journal Le Parisien. Une fois lors de son arrestation hier à 400 km du lieu du massacre, une autre via une image d’archive, où ce blondin à la coupe au bol arbore sur son blouson le drapeau de l’Afrique du Sud sous le règne de l’apartheid et celui de l’ex-Rhodésie. « Tout un symbole de la ségrégation », souligne Le Parisien, qui montre aussi en image, et sans commentaires, la douleur des fidèles à Charleston.

Cette douleur indicible, Libération a choisi de la montrer pleine-page en Une, la « douleur noire », lance le quotidien, qui dénonce une fois encore la « fracture raciale » aux Etats-Unis. Dans Libé, ce matin, les mêmes photos que dans Le Parisien, en grand format cette fois-ci, pour mieux voir la haine de l’un, la peine des autres.

Alors pourquoi ce nouveau massacre ? Ce que veulent les suprématistes blancs aux Etats-Unis, explique Libé, c’est « en finir avec le dialogue » commencé il y a cinquante ans, qui s’est poursuivi avec l’élection d’Obama et continue avec les discours modérés sur l’immigration de la plupart des candidats républicains à la Maison Blanche.

Ca, on le savait déjà, mais ce qui frappe, relève de son côté Le Figaro, c'est que dans les réactions des télévisions américaines au lendemain de la tragédie de Charleston, la question des armes auxquelles a eu accès Dylann Roof est « bien peu présente » dans la conversation. Ce jeune homme de 21 ans avait pourtant reçu en « cadeau d’anniversaire » en avril dernier un pistolet de calibre 45, note le quotidien, et il a fallu attendre les déclarations de Barack Obama qui a appelé à agir contre les armes à feu pour que le débat s’entrouvre.

Grèce : poker menteur

La Grèce électrise la zone euro. Les négociations sur le sauvetage financier de la Grèce n’ont rien donné. Ou plutôt si. Une petite phrase, celle de Christine Lagarde, en Une des Echos. La directrice générale du Fonds monétaire internationale « somme » les Grecs de se comporter en « adultes », relève le quotidien économique.

L’ambiance était « glaciale » hier à Luxembourg, souligne Le Parisien, où s’était réuni l’Eurogroupe, autrement dit la rencontre des ministres des Finances des 19 pays de la zone euro. Et comme ni les ministres ni l’adulte patronne du FMI n’ont réussi à trouver un accord avec la Grèce, ce sont les chefs d’Etat et de gouvernement des pays de la zone euro qui vont « s’y coller » lundi, formule le journal, pour une réunion qui sera plus que jamais celle de la dernière chance pour la Grèce

Il faut dire, remarque Le Monde, qu’un Eurogroupe, c’est 19 ministres des Finances qui s’expriment « aussi en fonction de leur contexte politique local ». Et le « patient grec » est loin d’être vu partout avec le même regard, complète le quotidien du soir.

Doit-on craindre un éventuel « Grexit », c'est-à-dire une sortie de la Grèce de la zone euro ? Dans cette crise, à chacun sa main, avec ses atouts, car tout y est « politique », souligne Le Monde, dans la mesure où les sommes en jeu sont, somme toute, très « modestes ».

Etant rappelé qu’il manque 7,5 milliards d’euros à la Grèce, L’Humanité n’écrit pas autre chose. Sept milliards et demi, c’est une somme « dérisoire » qui confirme le caractère « politique » de « l’acharnement » de ceux que L’Huma traite en Une d’ « usuriers », car ils s’opposent à la conclusion du compromis « recherché » par les autorités grecques, martèle le quotidien communiste. Les « usuriers » en question, forment, selon L’Humanité, le « capital international ». Lequel ne veut surtout pas qu’une expérience de sortie de l’austérité puisse « réussir ».

Vocabulaire tout droit sorti de la « guerre froide » et qui ressurgit donc à l’occasion de cette crise grecque. Justement. Comme si de rien n’était, pendant que l’Eurogroupe se réunissait à Luxembourg, le Premier ministre grec, lui, était en Russie.. De quoi inspirer au Parisien un titre tout droit inspiré du premier album de Tintin : « Tsipras chez les Soviets » ! A ceux qui pensaient l’Union soviétique rangée, depuis un quart de siècle, dans les poubelles de l’histoire, la lecture du Parisien, ce matin, a comme un air de nostalgie.

C’est pourtant dans la très tsariste Saint-Pétersbourg qu’Alexis Tsipras s’est rendu à la rencontre d’hommes d’affaires, mais c’est en grand équipage que le Premier ministre grec avait fait le voyage. Le message est clair, souligne Le Parisien, la Grèce ne se veut pas totalement dépendante du « bon vouloir » de ses créanciers internationaux et considère Vladimir Poutine comme un « allié ». Le journal y voit un « moyen de pression » d’Athènes dans ce qu’il appelle la « grande partie de poker » qui se joue entre la Grèce et ses créanciers. Poker menteur, plutôt..

Pape : François l’écolo

« Ecolo », et révolutionnaire, à en croire le journal La Croix, à la Une duquel le pape sourit à une blanche colombe à laquelle il tend son doigt en guise de perchoir à ses petites pattes (normal pour un prélat de ce tonneau-là quand on s’appelle François).

Révolutionnaire en effet car La Croix voit dans la dernière encyclique du pape une « révolution écologique » dans la mesure où c'est aussi aux « populations » que le pape s'adresse, souligne le quotidien catholique. (Car) il leur appartient de « faire pression » sur les politiques pour qu'ils prennent des décisions courageuses. Ce qui suppose qu'elles commencent par se libérer de ce que La Croix dénonce comme étant « l'obsession d'un style de vie consumériste » à l'origine des maux de la planète.

Sans aller jusqu’à la qualifier de révolutionnaire (ça n’est pas le genre de la maison), Le Figaro de son côté salue aussi ce qu’il appelle la « vision intégrale » qu'a le Pape de l'écologie. Car pour lui, ce combat vital n'est pas limité à la protection des oiseaux. (...) Le réquisitoire est solide, porté par le sentiment de l'urgence, mais aussi par la « foi et l'espérance ». C’est la « sainte colère » de François. Ne nous fâchons pas.




Retour à la rubrique


Source/Lien : RFI



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org