Aujourd'hui : Samedi, 20 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Comment prévenir le racisme sur Internet
Publié le : 26-06-2015

Le Temps

Jeudi 25 juin 2015

Bernard Wuthrich

Le conseiller fédéral Alain Berset et la Commission fédérale contre le racisme lancent une campagne de sensibilisation aux dérapages xénophobes sur les réseaux sociaux.

Les images des djihadistes qui ont grandi en Suisse et sont partis faire la guerre religieuse en Syrie tournent sans fin sur Internet et les réseaux sociaux. Les nouveaux supports sont en effet très exposés à la diffusion de messages violents qui alimentent ensuite les sentiments xénophobes et racistes. C’est le thème de la campagne nationale «Une Suisse à nos couleurs» que lance la Commission fédérale contre le racisme (CFR) à l’occasion de son vingtième anniversaire, avec l’appui du ministre de l’Intérieur Alain Berset.

«Le but visé par cette campagne est de répondre aux dérapages et appels à la haine sur Internet et les réseaux sociaux. Ces nouveaux médias ont amené de nouveaux problèmes. Ils sont utilisés par ceux qui véhiculent un discours négatif et violent. Notre campagne veut donner la parole à ceux qui pensent autrement, c’est une campagne pour les jeunes avec les jeunes», détaille la présidente de la CFR, l’ancienne conseillère nationale Martine Brunschwig Graf.

Lancée jeudi à Berne, l’opération prend la forme d’une plate-forme virtuelle dont la gestion est confiée aux jeunes, mais aussi à des associations, classes scolaires et institutions diverses. Elle permettra de partager des documents, des impressions, des sentiments et des outils de travail. Le but est de rappeler qu’Internet n’est pas une zone de non-droit. «Ce qui se dit et se lit sur les réseaux sociaux ou sur des blogs va parfois très loin, comme on vient de le voir après l’attentat de Charleston», rappelle Martine Brun­schwig Graf.

La CFR a été créée voici vingt ans juste après l’adoption par le peuple de la norme pénale qui punit les comportements racistes. A l’époque, le débat avait été très émotionnel et cet acte législatif n’avait été accepté que par 54,6% des votants. A fin 2013, relève Martine Brunschwig Graf, 665 cas avaient été jugés. 402 ont débouché sur une décision judiciaire, dont 337 condamnations à une amende, ou dans le cas d’une personne qui a entre-temps quitté la Suisse, à une peine de prison.

La présidente de la CFR rappelle que la norme antiraciste ne s’applique que dans l’espace public. A l’époque, les opposants craignaient que la liberté d’expression et d’opinion soit réduite et que le discours politique sur l’asile et les étrangers soit muselé. «Il n’en a rien été. Il n’y a pas vraiment eu d’abus», constate-t-elle.

Alain Berset considère que l’adoption de cette norme anti-racisme a été un facteur d’intégration. Il salue le travail de la CFR qui a permis de rapprocher les personnes de provenances différentes habitant en Suisse. «Le vivre ensemble ne tombe pas du ciel», souligne-t-il.

En début d’année, le Service de lutte contre le racisme (SFR), organe de coordination rattaché au Département de l’intérieur, a publié une étude sur l’évolution des sentiments racistes et xénophobes (LT du 13.02.15). Cette enquête constate par exemple que «les stéréotypes anti-musulmans sont influencés par des événements». En 2010, après le vote sur l’interdiction des minarets, ces sentiments ont connu une hausse sensible, avant de régresser les années suivantes. Les images des djihadistes suisses contribuent sans doute à les raviver aujour­d’hui.

«Les débats qui sont menés ici font aussi écho à ce qui se passe ailleurs, par exemple par la force des images et c’est vrai que les choses évoluent très vite», admet Alain Berset. Il reconnaît qu’Internet et les réseaux sociaux constituent un nouveau défi pour la lutte contre la xénophobie et le racisme, car ce qu’on peut y voir attise ces sentiments. Le travail de prévention de la CFR est une réponse ces préoccupations, ajoute-t-il.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Temps



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org