Aujourd'hui : Lundi, 16 juillet 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Poursuivis par la justice, trois procureurs opposés à Erdogan fuient la Turquie
Publié le : 12-08-2015

iTELE

Publié hier à 22:19 – Mis à jour hier à 22:31

Trois procureurs à l'origine d'une enquête pour corruption visant les proches du président Erdogan ont quitté précipitamment la Turquie quelques heures avant qu'un mandat d'arrêt ne soit lancé contre eux.

Mehmet Yuzgec, Zekeriya Öz, Celal Kara (de gauche à droite sur la photo) sont connus pour avoir mené une enquête pour corruption en 2013. La justice turque a émis des mandats d'arrêts contre ces trois anciens procureurs pour "tentative de coup d'Etat" et "création d'une organisation dans le but de commettre un délit".

Le bureau du procureur d'Istanbul avait ordonné lundi l'arrestation des trois hommes.

Mais quelques heures après l'annonce des mandats d'arrêts, la presse turque a annoncé que deux d'entre eux, Zekeriya Öz et Celal Kara, avaient quitté le territoire turc pour se rendre en Géorgie, tôt lundi matin à 10 minutes d'intervalle. La police précise qu'ils avaient appris être visés par un mandat d'arrêt avant qu'il ne soit formellement lancé.

Des photos publiés dans des médias turcs montrent le premier portant une casquette à un poste-frontière.

Les deux hommes ont ensuite gagné l'Arménie, selon Kemal Girit, le gouverneur de la province d'Artvin, sur la mer noire.

Selon le quotidien Hurriyet, Ankara a contacté les autorités géorgiennes pour obtenir leur extradition. La police turque recherchait le troisième procureur, Mehmet Yuzgec, qui était toujours en fuite, précise le journal.

"Arrêtez de faire de la politique avec le sang du peuple"

Lundi soir, alors qu'il est en fuite, l'ancien procureur d'Istanbul Zekeriya Öz s'est fait remarquer avec un tweet polémique.

" Ceux qui ont fait arrêter les procureurs, les juges et les policiers qui luttaient contre le terrorisme, vous êtes responsables du sang qui coulent de nos martyrs et des larmes. Arrêtez de faire de la politique avec le sang du peuple."

Öz est un habitué. Plusieurs enquêtes ont été lancées contre lui. En cause : ses propos sur Twitter, des propos considérés comme diffamatoires envers le président Erdoğan et son Premier ministre Ahmet Davutoğlu.

Dénonçant les affrontements entre Ankara et le PKK, Öz avait notamment dénoncé sur le réseau social "ces hommes sans cœur qui espèrent augmenter leurs votes sur le dos des soldats et officiers de police tombés sous le feu, qui plongent le pays dans un bain de sang pour servir leur ambition et leur soif de pouvoir".

"Un coup judiciaire" pour le Président

Les trois procureurs avaient été suspendus de leurs fonctions en mai dernier, accusés d'avoir abusé de leur pouvoir en menant en décembre 2013 une enquête pour corruption, qui a secoué le gouvernement de Recep Tayyep Erdogan, alors Premier ministre, en visant quatre de ses ministres.

Les charges pour corruption ont été abandonnées plus tard en raison d'un "manque de preuve".

Le président Erdogan avait dénoncé cette enquête comme une tentative de "coup judiciaire" fomentée par son ancien allié devenu son pire ennemi, le prédicateur Fethullah Gülen installé aux Etats-Unis, et ses partisans infiltrés dans les administrations turques.

Vague de purges

Depuis son arrivée au pouvoir en 2003, M. Erdogan, élu en août 2014 à la magistrature suprême, a multiplié les plaintes en diffamation ou insulte contre ses adversaires, qu'il s'agisse d'adversaires politiques, de journalistes, de magistrats ou de simples citoyens.

Le président islamo-conservateur mène depuis une lutte sans merci contre tous ses adversaires et contre Fethullah Gülen. Les autorités ont déjà procédé à de vastes purges dans la police comme dans l'appareil judiciaire, arrêtant tous ceux considérés comme proches du prédicateur détesté.

Le Parti de la justice et du Développement (AKP) d'Erdogan a échoué à remporter la majorité absolue lors des législatives de juin dernier pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en 2002, plongeant la Turquie dans l'incertitude politique.

Rédaction iTELE (avec agence)




Retour à la rubrique


Source/Lien : iTELE



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org