Aujourd'hui : Mardi, 23 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Turquie: Erdogan annonce des législatives anticipées le 1er novembre
Publié le : 26-08-2015

Par RFI

Publié le 21-08-2015 Modifié le 22-08-2015 à 07:56

En Turquie, des élections législatives anticipées auront lieu le 1er novembre, moins de six mois après un premier scrutin qui a plongé la Turquie dans une impasse politique, après l'échec de former une coalition gouvernementale. Tout vient du fait que le Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, a subi un revers en perdant sa majorité début juin, lors des dernières législatives.

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Est-ce que, d'après la Constitution, le président peut convoquer des élections anticipées ? Bien sûr que oui, a raillé M. Erdogan, par avance défiant envers ceux qui critiquent sa manière d'outrepasser ses prérogatives.

Comme le chef de l'Etat l'a expliqué, il va rencontrer le président du Parlement pour lui signifier le non-aboutissement du délai constitutionnel de 45 jours pour nommer un gouvernement de coalition. C'est le président du Parlement qui lancera le processus électoral.

En Turquie, tout le monde s'accorde à dire que Recep Tayyip Erdogan a malgré tout réussi son coup en faisant tout pour éviter qu'une coalition soit formée, évitant par exemple de remettre le mandat de Premier ministre en charge à un quelconque autre chef de parti. Ainsi, comme il le souhaitait, de nouvelles élections législatives peuvent être convoquées, et il peut espérer prendre la revanche du scrutin raté du 7 juin. Espérer seulement, car les sondages n'annoncent aucun retour en force de l'AKP.

Avant cela, l'affaire va se compliquer quand il va s'agir de former le gouvernement intérimaire d'union nationale, où chacune des formations parlementaires doit être représentée. Or, non seulement deux des quatre partis représentés au Parlement ont d'ores et déjà déclaré forfait, mais M. Erdogan promet en outre de choisir lui-même les partis entrant dans ce cabinet. Un rôle qui ne lui revient pas, qu'il le veuille ou non.





Retour à la rubrique


Source/Lien : RFI



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org