Aujourd'hui : Dimanche, 21 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La Turquie avec Dorothée Schmid
Publié le : 09-08-2015

France Culture

L'Esprit public | 14-15
Syndiquer le contenu par Philippe Meyer

le dimanche de 11h à midi Durée moyenne : 58 minutes
Ecoutez l'émission 58 minutes

La Turquie avec Dorothée Schmid

09.08.2015 - 11:00

Dorothée Schmid, vous êtes spécialiste des politiques européennes en Méditérannée et au Moyen-Orient. Vous dirigez le programme « Turquie contemporaine » de l’Institut Français des Relations Internationales (Ifri) depuis 2008 ; vos travaux portent sur les développements de la politique interne en Turquie et sur les nouvelles ambitions diplomatiques turques. Vous êtes l’auteur du rapport sur Les Elites francaises et la Turquie : une relation dans l’attente publié par le Think Tank turc EDAM en 2010, et vous avez dirigé l’ouvrage collectif La Turquie au Moyen-Orient : une puissance régionale ? publié chez CNRS en 2011.

Avec vous, nous allons nous intéresser aux évolutions de long terme de la société turque, et de sa géopolitique.

Lors de sa création à la chute de l’Empire Ottoman, en 1923, la République Kémaliste s’est construite sur la défense d’une forte identité nationale. Initié par les élites éduquées, le développement turc s’est fondé sur une négation des particularismes, comme l’a montré la persistance des « questions » kurdes et arméniennes au cours des dernières décennies.

Dans un article publié en 2011, le professeur Ferhat Kentel distinguait différentes étapes de l’éveil d’une conscience civile turque, née dans les années 1960 lorsqu’apparaissent syndicats et associations. Il souligne trois mobilisations récentes, qui illustrent l’émancipation de la société turque et son refus de taire certaines questions longtemps considérées comme taboues. En 2007, de vives réactions ont accueilli la révélation du scandale Ergenekon impliquant le rôle de l’armée en politique. La même année, les funérailles d’un journaliste d’origine arménienne, Hrant Dink, ont été suivies par plus de 200 000 personnes. Ferhat Kentel rappelle également l’importance des manifestations organisées en août 2010 en faveur d’une modification de la Constitution, finalement approuvée à 58% contre l’avis des milieux conservateurs, nationalistes et kémalistes.

Cette dynamique semble continuer actuellement, alors que le pouvoir turc est accusé par ses opposants d’étouffer les libertés de parole et de manifestation. On compte aujourd’hui plus de journalistes en prison en Turquie qu’en Chine. Ces dernières années, le Président Recep Erdogan a effectué de sévères purges dans la police, la justice et les médias. Le mois de juin 2013, où les émeutes anti-gouvernementales de la place Taksim avaient causé la mort de huit personnes, peut être considéré comme la dernière grande expression de la société civile. 3,5 millions de personnes avaient alors défilé contre le régime, selon les chiffres de la police. En 2015, la police anti-émeute a installé à plusieurs reprises des canons à eaux autour de la place pour empêcher toute manifestation de contestation.

Le 13 janvier dernier, le meurtre tragique d’une femme de vingt ans a profondément troublé l’opinion publique, relançant le débat sur la place des femmes dans la société. Selon une de vos déclarations faite au Monde, Dorothée Schmid, l’ère Erdogan est marquée par un recul de la culture égalitaire entre hommes et femmes, « ne représentant pas une question de législation mais de culture sociale ».

Ces évolutions sociales ont lieu dans des contextes économique et géopolitique tendus. La Turquie subit actuellement une inflation élevée, de l’ordre de 8% en 2014, tandis que sa croissance ralentit autour de 3% par an et que le chômage touche près de 10% de la population active.

En politique étrangère, Ankara avait initialement pour objectif la formule « zéro problème avec les voisins ». Les printemps arabes ont depuis bouleversé la donne régionale. Le pays est à couteaux tirés avec la Syrie et l’Egypte du maréchal Sissi. Les relations avec Israël se sont détériorées, alors que la Turquie était le seul pays musulman à avoir établi une coopération militaire avec Tel Aviv. Ainsi, le pays est diplomatiquement isolé. De plus, ses relations avec l’Otan sont devenues difficiles et son attitude pro-Daesh est dénoncée par la communauté internationale.

Selon vous, Dorothée Schmid, quel est le degré de fidélité à l’idéal kémaliste de laïcité de la société turque? L’évolution de l’égalité homme-femme est-elle un enjeu social majeur ? La question du génocide arménien touche-t-elle les populations, ou uniquement les instances étatiques ? Quel regard la société turque porte-t-elle sur l’Union Européenne depuis les multiples crises de la fin des années 2000 ? Le sentiment national sur lequel s’est fondé le pays est-il mis à mal par les revendications des différentes minorités ? Existe-t-il une doctrine stratégique turque, alors que le pays est géographiquement situé entre l’Ukraine au Nord et la Syrie au Sud ?

Invités

Dorothée SCHMID, chercheuse et directrice du programme « Turquie contemporaine » à l’Institut français des relations internationales

Eric LE BOUCHER, éditorialiste des Echos et co-fondateur du site Slate.fr

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris

François BUJON DE L’ESTANG, ambassadeur de France

Invité(s) :
Dorothée Schmid, docteur en science politique et directrice de recherche à l’Institut français des relations internationales (IFRI), responsable du programme «Turquie contemporaine»




Retour à la rubrique


Source/Lien : France Culture



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org