Aujourd'hui : Dimanche, 21 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
L'Irak veut lutter contre les violences et exactions commises sur les chrétiens
Publié le : 28-08-2015

Le Figaro

Par Lelièvre Pierre Publié le 27/08/2015 à 16:44

Le gouvernement irakien a annoncé la création d'un comité visant à lutter contre les enlèvements et expropriations dont sont victimes les chrétiens, en particulier à Bagdad. Une annonce qui intervient après le déclenchement d'un vaste plan de réformes anti-corruption de l'administration irakienne.

Face à l'exode forcé de dizaines de milliers de chrétiens d'Orient victimes de violences ethniques et religieuses, ces dernières années en Irak, certains groupes en ont profité pour acquérir de manière frauduleuse des milliers de propriétés appartenant à la minorité chrétienne. Pour tenter d'endiguer le phénomène, le gouvernement irakien a annoncé la création d'un comité ad hoc de sécurité visant à lutter contre les abus et les violences envers les chrétiens. Concrètement, l'objectif réside dans la lutte contre les enlèvements de personnes et les expropriations illégales des titres de propriétés appartenant à la communauté chrétienne. La création de ce comité vise à recenser les maisons et terrains spoliés aux familles chrétiennes et à identifier les personnes bénéficiant des faux titres de propriétés.

Un phénomène qui n'est pas proprement lié à l'envahissement de l'Irak par l'Etat islamique depuis la prise de Mossoul, mais qui résulte de l'instabilité politique et militaire qui s'est développée au sein du pays, depuis la dernière intervention américaine en Irak. A Bagdad, sous autorité gouvernementale, ce sont près de 70% des propriétés appartenant à des chrétiens qui ont été expropriées illégalement, selon Mohammed al-Rubai, un des membres du conseil municipal de Bagdad. Fuyant le chaos et la violence, de nombreuses familles chrétiennes irakiennes sont victimes de la falsification des titres de propriétés, rendant leur retour impossible. Cette situation ne se limite pas seulement à Bagdad mais s'étend dans de nombreuses villes du pays. Cette année, à Kirkouk, plusieurs habitations appartenant à des chrétiens, temporairement en exil, avaient été détruites pour laisser place à un parking, selon l'agence Fides.

Régulièrement victimes d'enlèvements ou tués, ils sont la cible de ces escroqueries avec la complicité de fonctionnaires de l'administration irakienne. Une corruption endémique qui permet aux nouveaux possesseurs d'obtenir des faux documents de propriété. Les recours en justice sont alors inenvisageables pour les chrétiens spoliés. Une situation qui s'appuie sur des connivences avec des fonctionnaires malhonnêtes profitant de l'instabilité politique ambiante. L'ONG Baghdad Beituna a estimé à près de 7.000 le nombre de propriétés de chrétiens volées avec l'aide de fonctionnaire corrompus.

Un pays miné par la corruption

Ce phénomène de spoliation prospère sur la corruption massive qui ronge l'administration irakienne. En février 2015, le site al-Arabi al-Jadeed concluait dans un rapport que des personnes issues du monde politique et militaire irakien auraient eux-aussi bénéficié de faux-titres de propriétés chrétiennes. La création de ce comité, institué par le premier ministre fait écho à l'effort récent du gouvernement, bien décidé à lutter contre la corruption au sein des arcanes de la bureaucratie irakienne. Soutenu par le puissant ayatollah chiite Ali Al-Sistani, le premier ministre Haider Al-Abadi a présenté le 9 août un vaste programme de réformes destiné à lutter contre le délabrement de l'administration irakienne. Un plan approuvé à la mi-août par le Parlement, mais dont la mise en place risque d'être délicate face à l'ampleur du délitement. Ces dernières semaines, des milliers d'Irakiens ont manifesté leur mécontentement face à la corruption endémique qui s'étend au sein de l'administration irakienne, mettant de fait une forte pression sur le gouvernement d'Al-Abadi. Le 24 août dernier, Moqtada Al-Sadr, un influent chef chiite irakien avait exhorté la population à manifester en faveur du processus de réformes initié par l'Etat irakien.

Le premier ministre a mis en garde face à la difficulté d'appliquer de telles réformes: «les corrompus ne resteront pas les bras croisés expliquait-il, ils tenteront de saboter (les réformes) à chaque étape». L'ancien vice-président et premier ministre Nouri Al-Malicki serait la principale victime de ce plan de réforme, mais son influence au sein de l'appareil d'Etat et son appartenance au parti au pouvoir Dawa devrait rendre la tâche bien plus compliquée.





Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Figaro



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org