Aujourd'hui : Dimanche, 21 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Camp d'internement : la ville se souvient
Publié le : 10-09-2015

La Dépêche

Publié le 10/09/2015 à 03:49


Légende photo: Les élus et représentants de l'Etat devant la stèle du souvenir.

La commémoration du centre de rétention s'est déroulée en présence du Préfet du Tarn, des représentants des associations de Résistance et de déportation et de Diminique Rondi Sarrat, maire de St Sulpice. Entre 1940 et 1944, le centre de détention a été camp d'internement «d'indésirables». Plus de 1400 personnes, internées sont parties de la gare de St-Sulpice pour les camps de concentration. «Notre vie et nos années sont rythmées par les cérémonies du souvenir mais chacune de ces manifestations provoque toujours la même intense émotion, mêlée de tristesse et de colère.

De colère oui, à la pensée des vies et des familles brisées, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, de tous ces hommes, anonymes, civils et militaires, victimes et héros de la guerre et de la déportation, qui ont basculés dans l'horreur», a souligné D.Rondi Sarrat. Elle a rappelé la terrible épreuve de la déportation : «persécutés, pourchassés, arrêtés ou raflés dont des milliers d'enfants, tous ont connu les conditions inhumaines des camps, la dégradation de l'être humain et la mort».

La maire a rappelé la longue incertitude et l'anxiété des familles guettant le retour des survivants, la joie des retrouvailles pour les uns et la détresse devant l'anéantissement terrible de l'espoir pour les autres. «Les déportés rappellent à quels désastres conduisent la violence, le mépris de la dignité humaine, le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie.

Cette Journée revêt tout son sens si elle ne se limite pas à la mémoire du passé mais si elle s'inscrit aussi dans le présent et l'avenir. Il appartient aux nouvelles générations d'honorer l'action et les sacrifices des déportés en agissant pour que le respect de la dignité humaine, la solidarité et la liberté triomphent à nouveau dans un monde plus juste et plus pacifique». D.Rondi Sarrat a conclu : «nous devons dire à nos enfants que c'est surtout dans les moments de crise que resurgissent les discours antidémocratiques, xénophobes, racistes et antisémites, dans lesquels ils doivent discerner les thèses de ceux qui ont exterminé les juifs d'Europe, massacré les Tziganes, déporté et fusillé les Résistants».

R. B.




Retour à la rubrique


Source/Lien : La Dépêche



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org