Aujourd'hui : Mardi, 23 janvier 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Monsieur Hollande, bienvenue dans l'enfer syrien
Publié le : 17-09-2015

Publié le 17/09/2015 à 06:12 - Modifié le 17/09/2015 à 10:55 | Le Point.fr

Par Armin Arefi

En annonçant les premières frappes françaises contre Daesh en Syrie, le président met le doigt dans un engrenage explosif. Explications.

Le président de la République est prêt. Une semaine après avoir annoncé de premiers vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, François Hollande a indiqué qu'il serait nécessaire d'y mener des frappes aériennes contre l'organisation État islamique (EI) en raison des "menaces qui pèsent sur la sécurité de la France". Or, à la différence de l'Irak, où l'aviation française vise déjà le groupe djihadiste dans le cadre d'une vaste coalition internationale, en coopération directe avec le gouvernement irakien, en Syrie, Paris s'apprête à intervenir de son propre chef dans un État fragmenté entre plusieurs groupes distincts soutenus par des parrains étrangers aux intérêts divergents, et sans coordination officielle avec les autorités syriennes. À son tour, la France fait donc son entrée dans la poudrière syrienne, un engrenage explosif aux conséquences incalculables. Revue de détail des forces en présence et de leurs parrains étrangers.

LES FORCES COMBATTANTES

- L'organisation État islamique (EI) : Après avoir proclamé, en juin 2014, son "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'organisation djihadiste, qui compterait aujourd'hui selon l'ONU au moins 25 000 combattants, oeuvre à étendre son territoire d'Irak jusqu'aux frontières du Liban, avec pour ambition d'y attirer la oumma : les musulmans du monde entier. "L'État islamique agit militairement en électron libre qui lutte contre tous ceux qui s'opposent à son extension", explique Ziad Majed*, professeur spécialiste de la Syrie à l'université américaine de Paris. Comme les rebelles syriens, y compris islamistes, que les djihadistes de l'EI combattent dans la région septentrionale d'Alep. Ou encore les pays de la coalition anti-EI qui la vise en Irak et en Syrie, notamment les États-Unis et la France, dont l'organisation a appelé à tuer des citoyens, "en particulier les méchants et sales Français". Opposé jusqu'alors à des frappes contre l'EI en Syrie, au motif qu'elles renforceraient le président syrien Bachar el-Assad qu'il juge illégitime, François Hollande a finalement fait volte-face en arguant que c'est en Syrie que se trouve la majorité des djihadistes français et que c'est depuis ce pays que sont préparées de futures attaques en France. Si les survols de l'aviation française vont permettre d'obtenir une mine de renseignements indispensables pour déjouer de possibles attentats, et que des frappes ciblées pourraient anéantir des centres d'entraînement et de décision djihadistes, elles ne viendront sûrement pas à elles seules à bout de l'organisation.

Car malgré douze mois de frappes aériennes de la coalition internationale, les djihadistes ont accentué leur mainmise sur la province orientale de Deir Ezzor, ont progressé dans le centre de la Syrie, en conquérant en mai la cité antique de Palmyre, dont ils ont détruit nombre de sites historiques, et s'approchent aujourd'hui de la ville de Homs (Ouest). De la même manière, ils mènent ces derniers jours une offensive importante au nord d'Alep. "On constate que les frappes de la coalition ne servent pas à grand-chose et ont même consolidé l'emprise de Daesh sur une partie encore plus importante du territoire syrien", note François Heisbourg, président de l'Institut international des études stratégiques (IISS). Cette aberration suscite l'incompréhension dans les zones tenues par les rebelles. "Les populations ne comprennent pas que les bombardements de la coalition n'affaiblissent pas le pouvoir de Daesh alors que le régime de Bachar el-Assad, épargné par les frappes occidentales, continue de bombarder les civils en toute impunité", souligne le politologue Ziad Majed.

- La coalition internationale en Syrie, dirigée par les États-Unis, regroupe le Canada, la Turquie, l'Arabie saoudite, le Bahreïn, la Jordanie, et les Émirats arabes unis. Pour l'heure, elle frappe par son échec à défaire l'EI. En un an, les 2 500 frappes de l'aviation américaine additionnées aux 121 tirs des autres pays membres n'ont que légèrement entamé le vaste territoire du califat autoproclamé de Daesh. En effet, seules les régions kurdes du nord de la Syrie ont été regagnées sur les djihadistes, grâce à la coopération au sol des forces kurdes du PYD (branche syrienne du PKK). Ces résultats mitigés n'ont pas empêché le 21 août dernier la Grande-Bretagne d'entrer à son tour dans la danse en menant une première frappe de drone, en dehors du cadre de la coalition internationale, tuant trois djihadistes soupçonnés de préparer des attentats au Royaume-Uni. L'Australie lui a emboîté le pas le 13 septembre, en détruisant un transport de troupes blindé de l'EI à l'aide d'un missile guidé. Pour sa part, la France a annoncé, à l'issue de ses premiers vols d'observation, des frappes en Syrie au cours des prochaines semaines, également en dehors de la coalition internationale. En revanche, François Hollande a exclu tout envoi de soldats français au sol, appelant la "rébelllion syrienne" à prendre ses responsabilités.

- Les Kurdes du PYD : Sur le terrain, la force anti-Daesh la plus efficace demeure sans conteste les Kurdes du PYD, branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (le PKK turc). Bénéficiant depuis 2012 d'une relative autonomie dans les trois cantons kurdes du nord de la Syrie (Afrin, Kobané, Qamishli), à la faveur d'un pacte tacite de non-agression avec l'armée de Bachar el-Assad, les Kurdes peuvent s'appuyer, à la différence des rebelles, sur les frappes aériennes de la coalition internationale anti-EI, dirigée par les États-Unis. Cet avantage considérable leur a permis d'infliger de lourdes défaites aux djihadistes de l'EI. En janvier, ils ont repris la ville de Kobané, avant de s'emparer début juillet de la ville stratégique de Tall Abyad, à la frontière turque. Or, comme pour l'EI, l'objectif kurde en Syrie n'est pas la chute de Bachar el-Assad. "Les Kurdes souhaitent relier entre elles les trois régions qu'ils possèdent afin d'obtenir l'autonomie d'un vaste territoire au nord de la Syrie", note le politologue Ziad Majed. "Ils combattent donc tous ceux qui s'opposent à ce plan."

- Bachar el-Assad : Longtemps jugé infréquentable par la France, le président syrien demeure aujourd'hui le principal bénéficiaire du revirement de François Hollande sur la Syrie. Il semble loin en effet le temps où le maître de Damas s'apprêtait à subir les bombardements des États-Unis et de la France, après le massacre chimique de la Ghouta en août 2013. Deux ans et une monumentale reculade de Barack Obama plus tard, le président syrien continue pourtant de bombarder massivement les zones rebelles à l'aide de barils d'explosifs, sans distinction aucune pour les populations civiles. "L'intensité est moindre sur les territoires tenus par l'EI", précise Thomas Pierret, maître de conférences en islam contemporain à l'université d'Édimbourg. Longtemps, Bachar el-Assad a épargné l'organisation djihadiste pour mieux s'affirmer au monde comme le seul rempart possible face au terrorisme. Une stratégie qui s'avère aujourd'hui payante. Le sort du président syrien n'est plus la priorité de l'Occident, bien plus préoccupé par la menace que fait régner l'organisation État islamique, notamment en Europe.

En témoigne le changement de rhétorique de François Hollande, qui n'exige même plus aujourd'hui le départ immédiat du maître de Damas comme préalable à l'instauration d'un gouvernement syrien de transition. "La position française sur Bachar el-Assad est en train d'évoluer", affirme le général Vincent Desportes, professeur à HEC et Sciences Po et ancien directeur de l'École de guerre. "On ne peut pas conduire ce type d'opérations militaires en Syrie sans coordination minimale avec les autorités syriennes." Mais s'il commence à briser son isolement international, Bachar el-Assad n'en reste pas moins en grande difficulté sur le plan militaire. Fin juillet, il a même lancé à la télévision d'État syrienne un rare appel au secours, en concédant manquer cruellement de ressources – plus de 80 000 soldats et miliciens pro-régime sont morts depuis mars 2011 – face à la rébellion. Depuis le mois de mars, son armée enchaîne les revers dans la province d'Idleb (Ouest) face à une coalition de brigades rebelles d'inspiration islamiste radicale : l'Armée de la conquête.

- L'Armée de la conquête : C'est la coalition rebelle la plus efficace sur le terrain face à Bachar el-Assad, composée du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et de l'organisation salafiste Ahrar al-Sham. Née en mars 2015 après la décision de l'Arabie saoudite, du Qatar et de la Turquie d'unifier leurs efforts contre le président syrien, cette alliance de groupes rebelles d'inspiration islamiste radicale contrôle désormais la totalité de la province d'Idleb. "Il s'agit davantage d'une chambre d'opérations qui permet à chaque groupe, qui garde son indépendance politique, de coordonner son action militaire dans la province d'Idleb", explique le spécialiste de la Syrie Thomas Pierret. Bien mieux armés et coordonnés que les autres groupes rebelles, ils menacent aujourd'hui directement la province de Lattaquié, berceau du clan el-Assad. Étonnamment, ils demeurent relativement épargnés par les bombardements de la coalition internationale anti-EI.

- Le Front Al-Nosra (Front de défense du peuple syrien) : C'est la branche syrienne d'Al-Qaïda. Créé en avril 2011 après que Bachar el-Assad a décidé de libérer de prison la quasi-totalité des djihadistes syriens, le Front Al-Nosra a fait allégeance à Al-Qaïda en 2013, épousant de fait sa doctrine prônant un djihad (guerre sainte) global et déterritorialisé contre l'Occident. Or, d'après le politologue Ziad Majed, cette fusion s'explique avant tout par la nécessité pour Al-Nosra de "gagner le soutien financier de réseaux liés à l'internationale islamiste". "La majorité de ses combattants sont syriens", insiste le chercheur. "Ils rejoignent ce groupe car c'est le plus organisé, le mieux armé et le plus riche, mais leur objectif reste la chute de Bachar el-Assad." Placé sur la liste des organisations terroristes des États-Unis dès 2012, le Front Al-Nosra a été visé à plusieurs reprises par les avions américains de la coalition internationale en 2014. Tout comme l'État islamique, les djihadistes d'Al-Nosra sont spécialisés dans les missions kamikazes et se sont rendus coupables d'exactions, contre des combattants pro-Assad mais aussi des minorités religieuses, comme la vingtaine de Druzes massacrés en juin dans le village de Qalb Lozé. Assurant ne pas vouloir s'en prendre à l'Occident, les djihadistes d'Al-Nosra combattent également au sein d'autres coalitions rebelles à Alep (Nord), à la frontière libanaise, mais aussi dans le sud du pays, à Deraa, berceau de la révolution.

- Ahrar al-Sham (Les hommes libres de Syrie) : Cette organisation salafiste, qui revendique un retour à l'islam des origines, est entièrement composée de combattants syriens. En termes d'effectif, c'est le groupe rebelle le plus important de la coalition de l'Armée de la conquête. Comme pour le Front Al-Nosra, ses chefs ont été libérés en avril 2011 de la prison de Sednaya par Bachar el-Assad, pour mieux discréditer les manifestants pacifiques. À l'origine d'inspiration djihadiste, c'est-à-dire prônant une lutte globale déterritorialisée au nom de l'islam, Ahrar al-Sham a évolué vers un agenda davantage national syrien. "Le groupe s'inscrit dans le cadre d'un État syrien dans lequel l'islam aura sa place comme source d'inspiration et de législation", décrypte le politologue Ziad Majed. Depuis l'attentat qui a décimé son commandement en septembre 2014, Ahrar al-Sham s'efforce d'apparaître aux yeux des Américains comme une alternative crédible et "modérée" au sein de la rébellion pour bénéficier de leur soutien. Outre la région d'Idleb, Ahrar al-Sham combat à Alep, Homs, Hama (Ouest), à l'ouest de Damas et à Zabadani, près de la frontière libanaise.

- L'Armée de l'islam : Cette formation salafiste, issue de réseaux de prédication traditionnels, compte quelque 10 000 combattants syriens actifs dans la région de la Ghouta orientale (est de Damas). À l'instar du groupe Ahrar al-Sham, l'Armée de l'islam se prononce en faveur d'un État syrien régi par la charia.

- L'Armée syrienne libre (ASL) : Tout d'abord première force anti-Bachar el-Assad, composée à l'origine de soldats déserteurs de l'armée régulière syrienne, ce groupe rebelle modéré d'inspiration laïque et nationaliste a lourdement pâti de la faiblesse de l'aide financière et armée que lui avait promise l'Occident. "À partir de 2012, elle n'a plus été en mesure d'équiper et de payer les salaires de ses membres", pointe le politologue Ziad Majed. En conséquence, nombre de ses combattants ont rejoint des groupuscules islamistes plus riches et mieux équipés, en partie financés par des dons en provenance du Golfe. L'armée libre reste néanmoins très présente dans le sud du pays, à Deraa où elle a créé le "Front du Sud", une vaste coalition rebelle de 20 000 à 30 000 combattants, qui compte également des milices islamistes. Soutenue par l'Arabie saoudite, cette vaste coalition dispose d'équipements sophistiqués, notamment des missiles anti-char TOW. Des éléments de l'ASL sont également présents à Alep, aux côtés de brigades islamistes "modérées" et du Front Al-Nosra, pris en étau entre l'armée syrienne et les djihadistes de l'EI.

- Le Hezbollah libanais : Plusieurs milliers de combattants du parti chiite libanais sont envoyés en Syrie au printemps 2013, sur ordre de Téhéran, pour prêter main forte à une armée syrienne en très grande difficulté et réinverser la tendance en faveur de Bachar el-Assad. Avec succès. Les soldats du "Parti de Dieu" seraient aujourd'hui 10 000 à combattre les forces rebelles (et pas Daesh) près de la frontière libanaise, notamment dans la région du Qalamoun et de Zabadani.

- Les milices chiites irakiennes et afghanes : Pour parer aux nombreuses pertes enregistrées par l'armée de Bachar el-Assad, l'Iran a dépêché et formé en Syrie des centaines de combattants chiites irakiens et afghans, parfois contre leur gré, renforçant la confessionnalisation sunnite/chiite du conflit.

LES PARRAINS ÉTRANGERS

- Arabie saoudite, Qatar (et Turquie) : Membres de la coalition internationale contre l'organisation État islamique, qui menace aujourd'hui directement le royaume saoud, l'Arabie saoudite et le Qatar n'en ont pas moins perdu de vue leur objectif principal : la chute de Bachar el-Assad, à tout prix. Longtemps en compétition dans leur soutien aux forces rebelles islamistes (salafistes pour Riyad, Frères musulmans pour Doha), les deux pays ont échoué à former une opposition politique crédible à Bachar el-Assad à l'étranger, et se sont tout autant perdus dans le financement tous azimuts de groupes islamistes sur le terrain, censés précipiter la chute du président syrien. Mais l'arrivée sur le trône d'Arabie saoudite, en janvier, du nouveau roi Salmane a changé la donne. Décidé à contrer coûte que coûte l'influence grandissante de l'Iran chiite, grand parrain de Damas, en Syrie, le nouveau monarque a poussé à une meilleure coordination de l'aide de l'Arabie saoudite, du Qatar, mais aussi de la Turquie, à la rébellion syrienne. "Les divergences ont été atténuées et on assiste à une convergence stratégique qui est l'affaiblissement de Bachar el-Assad et de l'Iran", souligne le spécialiste de la Syrie Thomas Pierret. "Les trois États sont complémentaires. Chaque pays soutient les réseaux dont il est le plus proche historiquement, et la division du travail se fait sur des bases géographiques." Pour l'heure, le Qatar et la Turquie seraient à l'oeuvre dans le nord et l'ouest de la Syrie, tandis que l'Arabie saoudite agirait dans le Sud.

- La Turquie : Ankara a longtemps été accusée de complaisance à l'égard de l'organisation État islamique. Obsédé par la chute de Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan est soupçonné d'avoir fermé les yeux sur le passage via son territoire d'armes et de combattants étrangers à destination de groupes djihadistes en Syrie. Une politique incendiaire que le président turc semble poursuivre aujourd'hui en maintenant son aide à certaines factions rebelles islamistes, aux côtés de l'Arabie saoudite et du Qatar. Un double jeu qui se retourne désormais contre la Turquie, victime le 20 juillet d'un attentat sanglant attribué à l'État islamique. Membre de la coalition internationale anti-EI depuis un an, Ankara refusait jusqu'ici de frapper les djihadistes. Au lendemain du drame, elle a finalement autorisé la coalition internationale anti-EI à utiliser ses bases aériennes, et a elle-même lancé ses premières frappes contre les positions des "soldats du califat". Or, l'aviation turque a surtout concentré ses tirs contre les bases en Irak de son véritable ennemi, le PKK, dont la branche syrienne est pourtant la première à combattre l'EI sur le terrain. Comme une ultime illustration de la duplicité turque.

- L'Iran : Alliée indéfectible de Bachar el-Assad, la République islamique juge vitale la survie du régime syrien alaouite (secte issue du chiisme) pour conserver son axe chiite Téhéran-Bagdad-Damas-Beyrouth, fruit de trente-six ans de politique étrangère lui garantissant un accès à la Méditerranée et marquant sa puissance régionale face à son grand rival, l'Arabie saoudite sunnite. Ainsi, dès les premiers jours de la révolution syrienne, Téhéran a dépêché à Damas ses Gardiens de la révolution pour former l'armée de Bachar el-Assad à l'art de la répression. Téhéran a également fourni plusieurs milliards de dollars de crédit et d'armes aux forces du président syrien. Mais voyant Bachar el-Assad sombrer à l'été 2012, Téhéran a alors déployé sa seconde carte, l'entrée en guerre du Hezbollah libanais. Puis a, de la même manière, encouragé la venue en Syrie de centaines de combattants chiites irakiens et afghans aux côtés de l'armée syrienne. La probable levée des sanctions internationales contre l'Iran, après la conclusion de l'accord historique sur le nucléaire iranien, laisse craindre aux adversaires de la République islamique qu'elle n'utilise ses fonds libérés pour accroître son aide à Bachar el-Assad.

- La Russie n'est pas en reste. L'autre grand parrain du régime syrien a entendu l'appel à l'aide de Bachar el-Assad. Observant avec attention l'activisme des pays du Golfe, et conscient qu'un assaut rebelle sur Lattaquié menacerait la présence stratégique russe sur le littoral syrien, Moscou multiplie ces derniers jours l'envoi de matériel militaire et d'hommes sur la côte syrienne dans le but de construire, selon des responsables américains, une "base aérienne avancée" d'une capacité d'accueil de 1 500 personnes. Plusieurs centaines de "conseillers militaires et de techniciens russes" seraient ainsi déjà présents en Syrie. Si le président russe Vladimir Poutine a pour l'heure exclu tout combat direct de ses forces sur place, sa manoeuvre viserait avant tout à protéger le littoral syrien d'un assaut de l'Armée de la conquête. "La mission des soldats russes ne devrait pas être offensive mais défensive, à savoir empêcher les rebelles du Front Al-Nosra d'atteindre Lattaquié", explique ainsi le géographe Fabrice Balanche. Une participation russe à la lutte contre l'organisation État islamique attendra.

(*) Ziad Majed, auteur de Syrie, la révolution orpheline (éditions Actes Sud).




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Point



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org