Aujourd'hui : Dimanche, 21 avril 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du NĂ©gationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenętre !  Envoyer cette page ŕ votre ami-e !
 
Observatoire du NĂ©gationnisme du Collectif VAN - 2019
Publié le :

Le Collectif VAN alimente un Observatoire du Négationnisme, accessible en ligne. Il vous propose ici un récapitulatif des principaux faits et articles négationnistes relevés depuis 2006. Ce listing répertorie également quelques faits positifs.
















Légende photo : USA/Los Angeles - Des drapeaux turcs déployés sur plusieurs écoles arméniennes de Los Angeles.



Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme



Observatoire 2019


- 29 janvier 2019 : USA/Los Angeles - Des drapeaux turcs déployés sur plusieurs écoles arméniennes de Los Angeles. La police qualifie l'incident de "crime de haine" : des ultras exposent leur fierté d'appartenir à un État négationniste qui s'est construit sur le meurtre d'une nation.
Un inconnu, vêtu de noir de la tête aux pieds, a accroché des dizaines de drapeaux turcs aux portes de deux écoles privées arméniennes dans la région de Los Angeles, en pleine nuit. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans la communauté arménienne, car c’est un événement sans précédent. Étant donné l’antagonisme de longue date entre les Arméniens et les Turcs, en raison du génocide arménien de 1915, il est assez naturel que la plupart des Arméniens et des élus attribuent l’incident des drapeaux à un ou plusieurs individus turcs, et le qualifient de crime de haine ! Plusieurs responsables politiques ont fermement condamné l’attaque de ces écoles. Le député Sherman a exhorté le FBI a enquêté sur l’incident en tant que crime de haine. Le conseiller municipal de Los Angeles, Paul Koretz, a décrit l’incident en ces termes : « Cela équivaut à placer une croix gammée nazie à côté d’une école juive. »
USA : Vandalisme haineux turc contre les écoles arméniennes de L.A.


5 février 2019 : France/Fait positif - Le 24 avril va devenir journée nationale de commémoration du génocide arménien, a annoncé mardi 5 février le président de la République. Emmanuel Macron a fait cette déclaration lors du dîner annuel du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France. Le chef de l'État a ainsi honoré sa promesse de campagne d'inscrire au calendrier français une journée commémorant cet événement, un geste que les Arméniens de France attendaient avec impatience.
Génocide arménien : La France va commémorer ce génocide perpétré par la Turquie en 1915


5 février 2019 : Turquie/Le 24 avril journée nationale de commémoration du génocide arménien - La présidence turque a estimé mercredi dans un communiqué qu'Emmanuel Macron instrumentalisait des "faits historiques" pour échapper aux "problèmes politiques dans son pays".
La Turquie a condamné mercredi la décision du président français Emmanuel Macron d'instaurer une journée de commémoration du "génocide arménien" de 1915, une qualification qu'Ankara rejette. La présidence turque dénonce une instrumentalisation. "Nous condamnons et refusons les tentatives de M. Macron, qui connaît des problèmes politiques dans son pays, de transformer en affaire politique des faits historiques pour sauver la mise", a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin.
"Les allégations de soi-disant génocide arménien sont un mensonge politique contraire aux réalités historiques et sans fondement juridique", a ajouté Ibrahim Kalin, affirmant que "personne ne peut entacher notre histoire". Le président français a également souligné mardi avoir "un dialogue exigeant avec le président turc", évoquant des "désaccords assumés" notamment sur "les libertés fondamentales en Turquie, le génocide et le passé et les droits de l'homme en Turquie". Il a toutefois rejeté toute éventualité de rupture des liens avec Ankara estimant que "le dialogue avec la Turquie est indispensable".
"Génocide arménien" : la Turquie condamne l'instauration d'une journée de commémoration par Macron


5 février 2019 : Turquie/Le 24 avril journée nationale de commémoration du génocide arménien - Mustafa Destici, président de la formation ultra-nationaliste turque, Parti de la grande unité (BBP), a déclaré à propos de l’annonce d’Emmanuel Macron visant à faire du 24 avril la journée française de commémoration du génocide arménien: « Il y a 100 000 Arméniens en Turquie. Ce que je dis est la chose suivante : « expulsons-les ». Il a conclu en pointant du doigt les relations des Arméniens de Turquie, qu’il désigne comme « les pions des impérialistes sionistes ».
Turquie : menaces de déportation des Arméniens, antisémitisme et négationnisme


6 février 2019 : Turquie/Le 24 avril journée nationale de commémoration du génocide arménien - Le porte-parole de l’AKP, Omer Celik a diffusé des messages sur son compte Twitter, mercredi, à propos du sujet. « Nous condamnons fermement et rejetons la décision de Macron basée sur les allégations infondées portant sur les événements de 1915 », a déclaré Omer Celik.
Pour le porte-parole, « cette démarche visant à satisfaire les lobbies d’intérêt politique, est une entrave au dialogue que devraient établir les scientifiques et les historiens ». « Si Macron souhaite instrumentaliser la confrontation aux faits historiques à des fins politiques, il devrait commencer par son propre pays » a souligné Omer Celik.
Omer Celik a aussi dénoncé une « économie de génocide » formée par les groupes d’intérêt fanatiques au sein de la diaspora arménienne.
Génocide des Arméniens - Le Parti AKP a condamné la décision du président français


6 février 2019 : Turquie/Le 24 avril journée nationale de commémoration du génocide arménien - La décision d'Emmanuel Macron de créer une journée nationale de commémoration du génocide arménien en France, fait des remous en Turquie.
Ministre turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy : "Il a été exprimé à plusieurs reprises et à tous les niveaux, notamment au niveau présidentiel, aux autorités françaises que les événements de 1915 font l’objet d’un débat légitime juridique, historique et académique.
En dépit de cela, il semble que Monsieur Macron, Président de la République française, sans tenir compte des décisions du Conseil Constitutionnel français, de celles de la Cour européenne des droits de l’homme et ni des faits historiques, cherche à honorer sa promesse électorale dans l’espoir d’obtenir les voies des électeurs français d’origine arménienne.
Il est regrettable qu’un homme politique méconnaissant l’histoire ottomane, méprisant le droit français et européen, adopte, pour ses intérêts politiques personnels, une position partiale sur une question historique extrêmement sensible pour les Turcs..."

France/24 avril : Journée nationale de commémoration du génocide arménien - Le Communiqué du ministre des Affaires étrangères de Turquie
6 février 2019, Déclaration du Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères, Hami Aksoy, en réponse à une question sur les propos tenus par M. Emmanuel Macron


10 février 2019 : Turquie/Le 24 avril journée nationale de commémoration du génocide arménien - Dogu Perincek, président du parti « VATAN » (Patrie) qui avait gagné son procès contre la Suisse à la CEDH (Cour Européenne des Droits de l’Homme) a réagi à la décision d’Emmanuel Macron. Voici son courrier avec ses argumentaires négationnistes.
Génocide arménien - Le négationniste Dogu Perincek réagit à la décision d’Emmanuel Macron


5 mars 2019 : France/ le mercredi 5 mars, le Parti Égalité et Justice (PEJ), lié au COJEP (ONG internationale basée à Strasbourg, née du mouvement islamo-nationaliste turc «Milli Gorus» – «Vision nationale»), a annoncé le lancement de sa campagne en vue des élections européennes 2019, au cours d'une conférence de presse se tenant dans la ville de Dreux. La tête de liste, Hüseyin Karaoglan, est un Drouais qui avait organisé en 2018 une conférence dans sa ville avec Yves Bénard, auteur de "Le Génocide arménien et si on nous avait menti ?". Suite à plusieurs interventions, dont celle décisive de Guillaume Kasbarian, député LREM de la 1ère circonscription d'Eure & Loir, la mairie de Dreux avait annulé l'attribution d'une salle municipale pour cette conférence négationniste. Hüseyin Karaoglan a également signé une "analyse des prétentions victimaires de l’idéologie du soi-disant « #génocidearménien »" sur le site Medyaturk. Lors des législatives françaises 2017, le PEJ avait déjà aligné au moins 52 candidats, avec d’actifs sympathisants de l’AKP dont certains se font publiquement les relais de la rhétorique d’Erdogan : «On parle d’un soi-disant génocide arménien, il n’a jamais été prouvé jusqu’à présent, par conséquent il faut laisser faire le travail aux historiens. » (cf. Extrait de l’interview de Sakir Colak, président du PEJ ; vidéo du 24 avril 2017 dont l’original est disponible sur le compte Facebook du Parti Égalité et Justice).
#Européennes2019 et "soi-disant « génocide arménien »" : Hüseyin Karaoglan conduit la liste du PEJ


21 mars 2019 : France/L'association polyculturellle de Bourganeuf, qui représente une partie de la communauté turque, est au coeur d'une polémique. Elle est montrée du doigt pour avoir partagé sur Facebook les propos du président Erdogan, de Tarik Ramadan, et surtout d'un écrivain négationniste du génocide arménien.
Polémique à Bourganeuf : une association turque partage les propos d'un écrivain négationniste du génocide arménien


28 mars 2019 : France/Fait positif - Ce jeudi 28 mars 2019 en début d'après-midi, Maxime Gauin a été débouté des trois procédures en appel qu'il intentait contre Ara Toranian (Directeur de la rédaction de Nouvelles d’Arménie Magazine et d’armenews.com) et un contributeur du forum du site des NAM. L'étudiant français - qui prépare sa thèse à Ankara grâce au financement du think tank négationniste turc AVIM - avait été qualifié par Ara Toranian de « négationniste patenté » du génocide arménien de 1915 et comparé au négationniste de la Shoah, Robert Faurisson. Il avait également été traité de « véritable tâcheron au service du fascisme turc » par Samuel Tilbian sur le forum des NAM. A ce titre, Maxime Gauin poursuivait les deux "prévenus" pour diffamation, plainte pour laquelle il avait déjà été débouté en première instance le 28 novembre 2017. Le tribunal a donc confirmé en appel le premier jugement et a relaxé les deux "accusés".
Maxime Gauin, négationniste et défenseur de l'extrême-droite antisémite turque ?
La négation du génocide arménien peut être dénoncée, confirme la justice
Défaite en appel du négationniste Gauin contre Toranian et Tilbian
Procès Gauin : Le génocide arménien, sujet d’intérêt public selon la cour d’appel


10 avril 2019 : Parlement italien/Fait positif - Le Parlement italien a reconnu le 10 avril dans la soirée le génocide des Arméniens. Dans sa résolution le Parlement italien demande notamment au gouvernement de « reconnaître officiellement le génocide des Arméniens » et de lui donner une dimension internationale. La résolution a été adoptée par 382 voix pour et 0 contre tandis que 43 députés n’ont pas pris part au vote.
Le Parlement d’Italie a reconnu merecredi soir le génocide des Arméniens

La réaction négationniste de la Turquie - Le Parlement turc condamne la motion de l’Italie sur le génocide des Arméniens de 1915 : « nous condamnons fermement cette motion. Vous jouez le jeu de la diaspora arménienne qui ne veut pas normaliser les relations turco-arméniennes" indique le communiqué.

Le porte-parole de l’AKP Ömer Çelik a mis en garde l’Italie la motion qui demande de reconnaître les massacres des Arméniens de 1915 en tant que génocide : « comme nous l’avons fait avec la France nous avertissons également l’Italie de prendre soin de sa propre histoire »

Communiqué du Ministère des AE de la République de Turquie - "La motion adoptée le 10 avril 2019 par la Chambre des députés de l'Italie constitue un nouvel exemple de l'utilisation des revendications arméniennes pour des intérêts politiques nationaux. Nous condamnons cette motion dans les termes les plus vifs. Il n’est pas surprenant que cette motion ait été rédigée par le parti Lega, dirigé par Matteo Salvini, qui s’engage à saboter les relations entre la Turquie et l’Italie. Ce qui est surprenant et troublant, c'est que la Chambre susmentionnée ait été instrumentalisée dans la pièce mise en scène par le parti Lega, qui vise à renforcer sa position lors des élections au Parlement européen. En réalité, les revendications arméniennes sont continuellement avancées avant les élections ou dans le contexte des attitudes antiturques, ce qui révèle clairement la nature politique de ces revendications et leur incompatibilité avec les faits historiques. Ces efforts n'apportent aucun avantage à aucun partie et ils obstruent également la voie de toutes les initiatives bien intentionnées et tournées vers l'avenir. Il est inévitable que cette motion ait des répercussions diverses sur nos relations avec notre partenaire stratégique, l'Italie, avec laquelle nous avons des liens historiques et des relations commerciales considérables. Comme toutes les autres initiatives politisant l'histoire, cette motion est nulle et non avenue pour la Turquie."
Le Parlement turc condamne l’Italie
Génocide arménien : Communiqué du Ministère des AE turc concernant la motion de la chambre des députés de l'Italie


10 avril 2019 : France/Fait positif - Le Président Emmanuel Macron a signé ce 10 avril 2019 le Décret n° 2019-291 relatif à la commémoration annuelle du génocide arménien de 1915. Les Articles 1 et 2 stipulent : « La date de la commémoration annuelle du génocide arménien de 1915 est fixée au 24 avril. » « Chaque année, à cette date, une cérémonie est organisée à Paris. Une cérémonie analogue peut être organisée dans chaque département à l'initiative du préfet. » Notons que la promesse initiale d’Emmanuel Macron concernait une « Journée nationale » comme on peut le voir dans les extraits et la vidéo du discours présidentiel donné dans le cadre du dîner annuel du Conseil de Coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF) le 5 février 2019. On imagine aisément que les pressions du président turc Recep Tayyip Erdogan ne sont pas étrangères à cette « légère » modification. Les menaces et le chantage que la Turquie exerce sur la France et sur tous ses « alliés » occidentaux sont pourtant l’une des formes du négationnisme que le président français s’est engagé à combattre : « Je combattrai toujours de toutes de mes forces toutes les formes de négationnisme qui sont une insulte à la mémoire des morts et à la dignité des vivants. »
Décret relatif à la commémoration annuelle du génocide arménien de 1915


La réaction négationniste de la Turquie - La Turquie a fustigé aujourd'hui la décision de la France de consacrer la journée du 24 avril à la commémoration du génocide arménien quelques heures après la publication d'un décret confirmant cette promesse de campagne du chef de l'Etat français. «L'attitude de la France, qui est loin d'être amicale, aura inévitablement un impact négatif sur ses relations avec la Turquie», a réagi le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

Communiqué du Ministère des AE de la République de Turquie - "Nous condamnons fermement l’instauration en France du 24 Avril comme « journée de commémoration » par décret du Président Emmanuel Macron. Les jurisprudences de la Cour Européenne des droits de l'homme et du Conseil Constitutionnel français ont conclu que les événements de 1915 font l’objet d’un débat légitime. Selon le droit universel, imposer des thèses univoques, en l’occurrence celle des arméniens, par le biais d'initiatives politiques, va à l'encontre de la liberté d'expression. On sait au contraire que la Turquie propose la création d’une Commission mixte d’historiens afin de mener des recherches objectives sur ces événements vieux de 104 ans. Cette décision du Président Macron a profondément heurté la communauté turque de France, soit plus de 700 000 personnes. Force est de constater que le Président Macron se comporte comme s’il cherchait avant tout à se faire apprécier par les cercles arméniens de France, dans un but électoral. Ce faisant, il politise l’histoire et restera gravé dans les mémoires comme un leader populiste. Puisqu’il est question d’histoire, faudra-t-il rappeler que la France a occupé une partie de l’Anatolie pendant notre guerre d’indépendance et qu’elle a encouragé les insurgés arméniens à perpétrer des massacres à l’encontre des civils, causant la mort de plus de 500 000 citoyens ottomans turcs et musulmans. Le geste du Président Macron constitue un manque total de respect à leur mémoire. Les Turcs vivant en France et dans le monde entier ne l’oublieront jamais. Cette décision électoraliste prise par le Président Macron afin de complaire aux ramifications actuelles en France de certaines organisations terroristes, celles-là mêmes qui ont martyrisé nos diplomates dans le passé, est évidemment incompatible avec une relation d'alliance. L’attitude de la France, qui n’a plus rien d’amical, affectera négativement ses rapports avec la Turquie. Par conséquent, la réponse appropriée lui sera donnée à chaque occasion. "
Ankara critique Paris et Rome sur le génocide arménien
Commémoration annuelle du génocide arménien : La réaction du Ministère des AE turc


12 avril 2019 : Turquie/France - Un incident diplomatique a éclaté le 12 avril entre la Turquie et la France, qui était représentée par la députée de la Manche, Sonia Krimi. Au cœur de l'incident, le génocide arménien. Florilège de commentaires haineux, racistes, et niant le génocide arménien, à la suite du post de la députée LREM Sonia Krimi indiquant en préambule de son communiqué : "La France, elle, sait regarder son histoire avec lucidité. En déclarant, le 24 avril, « journée nationale de commémoration du Génocide Arménien, la France ne donne de leçons à personne. Elle ne doit en recevoir d’aucun pays, y compris de la Turquie. L’insulte est le langage des faibles ..." La députée a reçu depuis une menace de mort. Et dénonce une campagne de fake news internationale.
Génocide arménien : Après un incident diplomatique Sonia Krimi menacée de mort
Incident diplomatique avec la Turquie: Sonia Krimi, députée de Cherbourg, menacée de mort sur Twitter
Après un incident diplomatique, la députée de la Manche Sonia Krimi menacée de mort
Arménie : échanges tendus entre la députée Sonia Krimi et un ministre turc
Génocide des Arméniens - La députée Sonia Krimi menacée de mort
«Génocide» arménien: altercation entre un ministre turc et une députée française


*********************************************

Sommaire de l'Observatoire du NĂ©gationnisme

*********************************************


Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme




Retour ďż˝ la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org