Aujourd'hui : Mardi, 14 juillet 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2020
Publié le :

Le Collectif VAN alimente un Observatoire du Négationnisme, accessible en ligne. Il vous propose ici un récapitulatif des principaux faits et articles négationnistes relevés depuis 2006. Ce listing répertorie également quelques faits positifs.




Légende photo : Le Parlement syrien reconnaît le génocide arménien, 13 février 2020


Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme



Observatoire 2020


13 février 2020 -- Syrie/Fait positif : Le Parlement syrien a officiellement reconnu jeudi 13 février comme «génocide» le massacre d'environ 1,5 million d'Arméniens entre 1915 et 1917, sur fond de vives tensions avec la Turquie après des affrontements meurtriers dans le nord-ouest de la Syrie. «Le Parlement (...) condamne et reconnaît le génocide commis contre les Arméniens par l'Etat ottoman au début du XXe siècle», a indiqué le Parlement syrien dans un communiqué.
Le Parlement syrien reconnaît le génocide arménien



13 février 2020 -- Turquie/Le vote reconnaissant le génocide arménien : La Turquie a dénoncé le vote jeudi du Parlement syrien reconnaissant comme génocide le massacre d'environ 1,5 million d'Arméniens entre 1915 et 1917, sur fond de vives tensions entre Ankara et Damas après des affrontements meurtriers dans le nord-ouest de la Syrie. "C'est un acte hypocrite de la part d'un régime qui pendant des années a commis toutes sortes de massacres contre son propre peuple (...) ayant causé le déplacement de millions de personnes et qui est connu pour son recours aux armes chimiques", a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué. Il a accusé Damas d'avoir provoqué une "tragédie humanitaire (...) à notre frontière" et a dénoncé "des accusations sans fondement portées par un régime despotique qui a perdu sa légitimité".
La Turquie dénonce l'«hypocrisie» de Damas après le vote reconnaissant le génocide arménien
Communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères de la République de Turquie
Syrie/Reconnaissance du génocide arménien : Communiqué du MAE de la Turquie



24 avril 2020 -- Fait positif : Arménie/105e anniversaire du génocide arménien/ Les médias rendent compte des commémorations du 105e anniversaire du génocide arménien. Cette année, compte tenu du confinement, les commémorations publiques se sont tenues à distance (cf. revue du 22 avril 2020). Les officiels arméniens ont déposé des fleurs au mémorial Tsitsernakaberd. Dans son message, le Premier ministre, Nikol Pachinian a indiqué que plus d'un siècle plus tard les conséquences du génocide n'avaient pas été éliminées. « .. nous considérons la reconnaissance du Génocide Arménien non seulement comme une question de notre ordre du jour national, mais aussi de l'ordre du jour universel, car le 24 avril n'est pas seulement une journée de recueillement pour nos innocentes victimes, mais aussi une journée pour appeler à la sobriété, pour lutter contre le déni, une journée pour réaffirmer la responsabilité des États de protéger l'humanité des génocides et d'autres crimes graves contre l'humanité » a déclaré Pachinian. Il a également remercié tous les États, les organisations internationales et les chefs religieux et laïques qui expriment leur solidarité avec le peuple arménien et reconnaissent et condamnent le Génocide Arménien. Le Président Armen Sarkissian a, à son tour, également parlé de la question de la reconnaissance du génocide « Il est inacceptable d'envisager la reconnaissance du génocide arménien sous l'angle d'intérêts momentanément économiques ou politiques liés à Ankara. Une telle approche empêchera le monde de progresser ». Le Ministère des Affaires étrangères a également publié un message à cette occasion en indiquant que la reconnaissance du passé était essentielle pour le présent et l'avenir, pour servir de dissuasion afin d'éviter que de telles atrocités ou génocides ne se reproduisent ailleurs.
Presse arménienne : Revue du 24 au 27 avril 2020
Il y a 105 ans, le génocide arménien : message du PM arménien, Nikol Pachinian



24 avril 2020 -- Arménie : Erevan dénonce le négationnisme d'Ankara /Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a exigé vendredi, lors des commémorations du 105ème anniversaire du génocide des Arméniens, que la Turquie présente des excuses à son pays pour ce "crime contre la civilisation humaine". Nikol Pachinian a affirmé que, plus d'un siècle après les faits, "les conséquences du génocide se font encore sentir". Il a dénoncé un "crime non seulement contre notre identité ethnique, mais aussi contre la civilisation humaine". "La Turquie n'a toujours pas présenté ses excuses pour ce qu'elle a fait", a-t-il souligné, ajoutant que Erevan "demande" la reconnaissance officielle des massacres de l'époque comme un génocide.
Génocide des Arméniens : Erevan dénonce le négationnisme d'Ankara




24 avril 2020 -- Fait positif : France/105e anniversaire du génocide arménien/ Messages des autorités françaises à l’occasion de la journée de la commémoration du génocide arménien
"En ce 24 avril, journée de commémoration du génocide arménien, nous sommes avec tous ceux qui luttent pour la mémoire et la justice. Nous n’oublierons jamais." - Tweet d'Emmanuel Macron
Emmanuel Macron a adressé une lettre à son homologue arménien, Armen Sarkissian : "En ce jour de commémoration du 105e anniversaire du génocide des Arméniens, je vous adresse, ainsi qu’à votre peuple, mes pensées les plus fraternelles et amicales.
En ce 24 avril, la France se souvient de l’assassinat à Constantinople de 600 intellectuels arméniens, qui a marqué le début du génocide. La France est aujourd’hui plus que jamais engagée pour défendre la mémoire des victimes, combattre le négationnisme et porter les enseignements universels de cette page d’histoire tragique. Mon pays a fait l’an dernier du 24 avril, conformément aux engagements que j’avais pris, la journée de commémoration du génocide arménien. Tout en assurant le strict respect des consignes imposées par la situation sanitaire actuelle, j’ai décidé que cette journée serait marquée cette année encore, par une cérémonie restreinte à Paris, en présence de représentants du gouvernement français.
C’est cet héritage et cette mémoire partagés qui fondent la relation si particulièrement entre nos deux pays. Aujourd’hui l’épidémie de coronavirus qui frappe le monde nous impose collectivement un nouveau défi, sanitaire, économique et social. Nous relèverons ces défis ensemble, et je sais que la France et l’Arménie œuvreront de concert dans les enceintes internationales en faveur d’un multilatéralisme plus efficace et de solidarités nouvelles.
Quelques que soient les épreuves, les Arméniens peuvent compter sur l’amitié de la France. Fidèle à ses engagements, elle se tient à leurs côtés dans leur aspiration à la paix et à la prospérité."


Le Premier Ministre Édouard Philippe adresse une lettre à Nikol Pachinian, Premier Ministre arménien: « Une fois encore, je veux ici joindre la voix de la France a toutes celles qui, inlassablement, continuent de demander que soit reconnu par tous l’assassinat de tout un peuple ».
Commémoration du 105e anniversaire du génocide des Arméniens : La lettre d’Emmanuel Macron
Presse arménienne : Revue du 24 au 27 avril 2020



24 avril 2020 -- Fait positif : Messages des partenaires internationaux à l’occasion du 24 avril; La presse rend compte des messages des politiciens et figures publiques internationales à l’occasion de 24 avril. Le Premier ministre du Canada Justin Trudeau, le Président du Chypre, Nicos Anastasiades, le Président du Liban, Michel Aoun, ainsi que de nombreux ministres, députés, maires, artistes ont fait part de leur solidarité avec le peuple arménien.

Canada / Déclaration du premier ministre, Justin Trudeau, à l’occasion du Jour commémoratif du génocide arménien « Aujourd’hui, nous nous joignons aux communautés arméniennes au Canada et à travers le monde pour commémorer le génocide arménien et honorer la mémoire de ses victimes. Nous ne devons jamais oublier ce chapitre sombre de l’histoire.
« En ce jour solennel, nous rendons hommage à ceux qui ont souffert injustement et qui ont perdu la vie au cours de cette période tragique. Nous saluons également leurs descendants, dont les Canadiens d’origine arménienne qui ont tant contribué à renforcer notre pays.
« Tandis que nous soulignons la force et le courage du peuple arménien, c’est avec espoir que nous aspirons à un avenir fondé sur la paix et le respect mutuel.
« La haine et la violence ne doivent plus jamais sombrer dans l’indifférence. Aujourd’hui, nous nous réengageons à bâtir un monde où personne ne fait face à la discrimination ou la persécution, peu importe son identité, ses origines ou ses croyances. »

Génocide arménien : "Nous ne devons jamais oublier ce chapitre sombre de l’histoire" (Justin Trudeau)

Liban/ Le président Michel Aoun - "Le génocide arménien, qui reste une marque d'infamie dans la conscience de l'humanité, nous rappelle que l'homme est capable des pires fléaux s'il échappe à la sanction et la reddition des comptes", a écrit le chef de l'Etat sur son compte Twitter personnel. "La justice est le seul moyen pour rendre le monde plus humain", a-t-il ajouté.
Le génocide arménien reste une marque d'infamie dans la conscience de l'humanité, affirme Michel Aoun
Presse arménienne : Revue du 24 au 27 avril 2020



24 avril 2020 -- USA/ Trump évite le mot génocide
Contrairement aux résolutions adoptées par le Congrès américain à la fin de l'année dernière, le président Donald Trump a de nouveau refusé vendredi d’utiliser le mot génocide dans son message a l’occasion du 24 avril. Tout comme ses prédécesseurs, Trump a continué à utiliser à la place l'expression arménienne « Meds Yeghern ».
"Aujourd’hui, nous nous joignons à la communauté mondiale pour commémorer les vies perdues pendant le Meds Yeghern, l’une des pires atrocités de masse du 20e siècle. À partir de 1915, 1 million et demi d’Arméniens ont été déportés, massacrés ou ont marché jusqu’à leur mort dans les dernières années de l’Empire ottoman. En ce jour de commémoration, nous rendons hommage à ceux qui ont souffert et perdu la vie, tout en renouvelant notre engagement à promouvoir un monde plus humain et plus pacifique.
Chaque année, le 24 avril, nous réfléchissons aux liens solides et durables entre les peuples américain et arménien. Nous sommes fiers des fondateurs du Comité américain de secours aux Arméniens et aux Syriens, un effort révolutionnaire créé en 1915 qui a fourni un soutien humanitaire essentiel aux réfugiés arméniens, et reconnaissants aux milliers d’Américains qui ont contribué ou se sont portés volontaires pour aider les Arméniens expulsés de leur maisons.
En ce jour, nous témoignons de la force et de la résilience du peuple arménien face à la tragédie. Nous avons la chance que tant d’Arméniens aient apporté leur riche culture sur nos côtes et apporté une grande contribution à notre pays, notamment des soldats décorés, des artistes célèbres, des architectes de renom et des hommes d’affaires prospères.
Nous saluons les efforts des Arméniens et des Turcs pour reconnaître et tenir compte de leur douloureuse histoire. En ce jour, nous pensons qu’il est de notre devoir de nous souvenir de ceux qui ont souffert et ont péri et de réaffirmer notre engagement à protéger les minorités religieuses et ethniques vulnérables du monde entier."

Déclaration inchangée du président Trump
Trump does not have the guts to call it ‘Armenian Genocide’



24 avril 2020 -- Turquie/Communiqué de presse du Ministère des Affaires Etrangères de la République de Turquie sur la déclaration de Donald Trump : "La déclaration du président des Etats-Unis Trump datée du 24 avril 2020 concernant les événements de 1915 est basée sur un récit subjectif que les arméniens tentent de transformer en dogme. Cette déclaration, faite avec des considérations de politique intérieure, n'a aucune validité pour nous. Nous rejetons les affirmations avancées dans cette déclaration. Nous constatons que la souffrance de plus de cinq cent mille musulmans ayant été massacrés par les rebelles arméniens à la même période a été ignorée avec insistance dans cette déclaration. Cette compréhension qui est privée de justice et d'équité doit être changée dorénavant. Notre proposition d'établir une commission historique conjointe sur les événements de 1915 est toujours sur la table. Nous pensons que la vérité sera dévoilée si cette Commission est établie. Ceux qui tentent de retirer cette proposition de l'ordre du jour sont des arméniens radicaux voulant faire oublier leurs responsabilités sur les événements de 1915. L'administration des Etats-Unis devrait prendre conscience de ce fait et agir en conséquence. A cette occasion, nous commémorons avec respect les civils musulmans, chrétiens et juifs des communautés ottomanes ayant perdu la vie lors de l'effondrement de l'Empire ottoman."
Communiqué de presse concernant la déclaration du président des Etats-Unis Donald Trump sur les événements de 1915
24 avril 2020, Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères de la République de Turquie sur la déclaration de Donald Trump sur le génocide arménien



24 avril 2020 -- Turquie/ Un tweet publié sur les réseaux sociaux par Hasan Cemal, le petit-fils de Cemal Pacha, l’un des organisateurs du génocide arménien, a reçu de nombreuses réactions. « Je partage la douleur de mes frères arméniens du génocide arménien du 24 avril », a écrit Hasan Cemal sur son compte Twitter. Et puis sous ce post, de nombreux Turcs ont commencé à l’accuser de trahison et ont écrit des mots l’insultant.
Le message de condoléances du petit-fils de Cemal Pasha sur le génocide arménien agace les Turcs



08 mai 2020 -- Turquie/ Les ultranationalistes turcs qui ont mis le feu à une église d’Istanbul en accusant les Arméniens d’avoir apporté le Coronavirus, ont leurs clones en France : elles/ils affichent leur haine sur Twitter en désignant les Arméniens comme ‘plus dangereux que le Coronavirus’.
ATTAQUE RACISTE CONTRE UNE EGLISE ARMÉNIENNE
Armenian Church Attacked in İstanbul



10 mai 2020 -- Turquie/ Le journal arménien « Agos » paraissant à Istanbul a répondu aux dernières accusations du président turc Recep Tayyip Erdogan. Dans un discours lié à la lutte contre le terrorisme, Erdogan a évoqué les terroristes des « restes de l’épée », terme largement péjoratif désignant les survivants Arméniens du génocide de 1915.
« Agos » a répondu au président turc Erdogan par une lettre ouverte qui affirme « Plus de 100 ans ont passé mais cette épée est toujours brandie. Nous devons nous habituer à cette mentalité… ». « Agos » s’irrite contre les menaces et déclarations visant à provoquer la terreur auprès des minorités, dont les Arméniens. Le journal arménien écrit « La tradition du gouvernement et du monde politique de Turquie qui affirme que le « génocide n’a pas eu lieu » utilisent paradoxalement ces termes (ndlr : les restes de l’épée) de façon régulières, termes qui indiquent l’existence du génocide (…) et menacent les Arméniens qui ont choisi de rester dans ce pays. Le gouvernement et le monde politique de Turquie rappellent la place des Arméniens dans ce pays et de l’autre côté les menacent de les soumettre à des violences ».
Avec ce double langage des autorités turques, les Arméniens sont soumis régulièrement à des menaces en Turquie.
Selon « Agos » Erdogan qui évoque les Arméniens par le terme « reste de l’épée » est une preuve du génocide que la Turquie refuse pourtant de reconnaître



20 mai 2020 -- La République tchèque/Fait positif -- La Chambre haute du parlement tchèque a adopté à l’unanimité le 20 mai 2020 une résolution condamnant les crimes contre l'Humanité, dont les crimes commis par les nazis pendant la guerre et le génocide arménien dans l'Empire ottoman en 1915. Le Sénat a adopté cette résolution initiée par son vice-président Milan Štěch (ČSSD) à l'occasion du 75e anniversaire de la fin de la Deuxième guerre mondiale. » L'Arménie a salué l’adoption de cette résolution. « La décision unanime du Sénat tchèque est une contribution majeure à la restauration de la justice historique et au respect de la mémoire des victimes. C’est également un message clé pour prévenir les génocides et les nouveaux crimes contre l’humanité. »
Sénat tchèque : Une résolution condamnant le génocide arménien et les crimes nazis contre l’humanité



21 mai 2020 -- Turquie/ Le ministère des Affaires étrangères turc a critiqué l’adoption par le Sénat tchèque de la résolution condamnant les massacres perpétrés contre les Arméniens sur le territoire de l’actuelle Turquie durant la Première Guerre mondiale. « Le fait que cette résolution ait été adoptée dans une situation où peu de sénateurs siégeaient et où le monde entier lutte contre la pandémie de coronavirus, démontre la traîtrise qui se cache derrière cela. Il n'est pas possible d'attribuer un sens plus loin qu'une controverse historique aux événements de 1915, comme l'a déclaré la Cour européenne des droits de l'homme dans les articles 173 et 231 de sa décision en 2015 et comme elle l'a réitéré dans une deuxième décision en 2017. Les tentatives visant à définir une question historique conformément à la politique et aux intérêts de certains milieux ne peuvent pas être acceptées. Nous espérons que ceux abordant l'histoire de manière unilatérale, prennent en considération la compréhension de notre Président qui a partagé les souffrances communes dans sa lettre envoyée au Patriarche des arméniens de Turquie le 24 avril 2020. », aurait déclaré un responsable du ministère.
Sénat tchèque : Une résolution condamnant le génocide arménien et les crimes nazis contre l’humanité
Communiqué concernant la résolution adoptée par le Sénat de la République tchèque
Génocide arménien : Communiqué du MAE turc concernant la résolution adoptée par le Sénat tchèque



27 mai 2020 -- France /L'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM) alerte de la forte hausse de la négation du génocide des Arméniens sur les réseaux sociaux, notamment durant la période de confinement liée à l’épidémie de Covid-19. Déjà en hausse depuis le début de l’année 2020, le négationnisme du génocide des Arméniens s’est accentué ces deux derniers mois sur les réseaux sociaux. L'Association pour la recherche et l'archivage de la mémoire arménienne (ARAM) a notamment observée l’activisme d’une structure associative dont les textes diffusés sur les réseaux Facebook et Twitter ne sont pas en adéquation avec les valeurs républicaines et ne favorisent aucunement la cohésion nationale. « Nous considérons que le discours et les textes diffusés par l’association "Objectif 21" portent atteinte à la dignité de la personne humaine. En effet, la négation d’un crime contre l’humanité comme le génocide des Arméniens est attentatoire à la dignité d’un homme. Remettre en cause ou nier le génocide des Arméniens n’est pas une opinion mais un délit : le Conseil constitutionnel ayant édicté le sauvegarde de la dignité humaine comme une valeur constitutionnelle, composante de l’ordre public » a indiqué l’association dans un courrier adressé au Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.
Covid-19 : Une forte hausse de la négation du génocide arménien sur les réseaux sociaux



27 et 28 mai 2020 -- Turquie / La Fondation Hrant Dink rapporte que les 27 et 28 mai 2020, Rachel Dink a reçu une menace de mort écrite par e-mail. La Fondation a informé par écrit le siège de la police de Sisli et le gouvernement d’Istanbul. « L’e-mail comprenait la phrase » Nous pouvons arriver un soir, quand vous vous y attendez le moins ", une formule utilisée avec vantardise dans certains cercles, et la même formule que nous avions l’habitude d’entendre avant que Hrant Dink ne soit assassiné dans la rue, et avec la complaisance des organes officiels, le 19 janvier 2007. La menace accuse la Fondation Hrant Dink de raconter des « histoires de fraternité », elle nous somme de quitter le pays et menace de mort Rakel Dink et l’avocat de la fondation », a déclaré la Fondation dans un communiqué. « L’augmentation récente des discours de haine et des propos racistes et discriminatoires ne fait que déclencher, encourager et susciter de telles attitudes horribles. Il est du devoir et de la responsabilité de tous les acteurs engagés dans la politique de la Turquie de travailler à garantir l’égalité, la liberté et la justice pour tous les citoyens. Nous pensons donc qu’il est de notre devoir de partager cette déclaration avec le public afin de rappeler aux autorités leurs responsabilités et de souligner la gravité du climat qui a été créé », indique le communiqué. Un habitant de la ville centrale de Konya H.A. a été arrêté à son domicile, soupçonné d’avoir envoyé des messages menaçants à la Fondation Hrant Dink, a annoncé samedi le ministre turc de l’Intérieur. Le carreleur professionnel de 25 ans avait le téléphone portable qu’il a utilisé pour lancer les menaces. Le téléphone a été confisqué pour examen et le suspect a été emmené à Istanbul pour un nouvel interrogatoire, rapporte le journal Sabah. La fondation Hrant Dink, qui se concentre sur la promotion des relations culturelles turco-arméniennes et a été créée à la suite de l’assassinat du journaliste homonyme Hrant Dink, a contacté les autorités après avoir reçu un avertissement anonyme : « Disons simplement que vous devrez fuir ou que vous devrez mourir - et cette fois, ce sera Rakel Dink et l’avocat qui seront visés. »

Le 30 mai, le ministère turc de l’Intérieur a également déclaré que l’assaillant qui avait arraché une croix devant une église arménienne à Istanbul avait été arrêté. « Le provocateur qui a brisé la croix d’une église à Kuzguncuk [quartier du district d’Üsküdar] a été arrêté en 24 heures ; le provocateur qui a envoyé des menaces à la Fondation Hrant Dink a été immédiatement arrêté. Nous n’autoriserons aucune provocation. Faites confiance à la police turque », a déclaré le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu sur son compte Twitter. La semaine dernière, un homme avait été vu dans des images démontant la croix à l’extérieur de l’église arménienne Surp Krikor Lusavoriç dans le quartier historique de Kuzguncuk, avant de fuir les lieux. « La police turque est de service et continue de contrecarrer toutes les provocations » a déclaré le porte-parole du parti au pouvoir, Justice et Développement (AKP), Ömer Çelik, sur son compte Twitter. « La Turquie fera tout son possible pour empêcher la rupture de la fraternité et de la paix entre les Turcs et les membres des communautés minoritaires » a déclaré le 30 mai le directeur de la communication présidentielle, Fahrettin Altun. Citant le crime de haine contre l’église arménienne Surp Krikor Lusavoriç, il a déclaré que l’incident était « une source de tristesse » et qu’il « ne restera pas impuni » car les autorités suivront le processus judiciaire. Il a souligné que le gouvernement turc s’opposerait à tout acte portant atteinte à la fraternité en Turquie et a déclaré que son pays ferait « tout ce qu’il peut » pour empêcher la rupture de la paix. Fahrettin Altun a déclaré qu’il avait appelé le président de la Fondation de l’église arménienne Surp Krikor, Edvard Ayvazyan, et a exprimé sa tristesse face à l’incident.
Racisme anti-arménien : Deux arrestations
Rakel Dink reçoit des menaces de mort
‘Precautions Need to be Taken to Prevent Recurrence of Such Attacks’



31 mai 2020 -- USA/Denver : des manifestants exigeant justice pour George Floyd ont vandalisé le Khatchkar (pierre-croix) qui honore les victimes du génocide arménien et de tous les crimes contre l'humanité, y compris l'esclavage et le racisme d'État.
Dans une déclaration publiée samedi, le conseil d'administration des Arméniens du Colorado a condamné le fait qu'un monument honorant les victimes de l'injustice ait été vandalisé. « Les leaders de la protestation ont dénoncé à plusieurs reprises la violence et le vandalisme. Nous ne tenons pas les manifestants pacifiques responsables du comportement des individus violents », a déclaré le communiqué des Arméniens du Colorado. « En tant qu'Arméniens des Etats-Unis, une communauté qui a survécu au génocide et à des siècles d'oppression, nous reconnaissons et condamnons les injustices en cours contre notre communauté afro-américaine et nous nous joignons à eux pour demander justice pour George Floyd », a ajouté le communiqué. « Étant donné que le khatchkar commémore les victimes de tous les crimes contre l'humanité, y compris l'esclavage et le racisme, il est ironique que des personnes qui prétendent demander justice aient vandalisé un monument qui honore les victimes de l'injustice », indique le communiqué. « Cet acte de vandalisme contre le khachkar du Capitole est particulièrement douloureux, étant donné qu'il s'agit d'une réplique de l'un des 3 000 khachkars médiévals du cimetière de Djoulfa détruit par le gouvernement de l'Azerbaïdjan en 2005 dans le cadre de leur plan d'effacement de l'histoire arménienne au Nakhitchevan », a déclaré le Conseil des Arméniens du Colorado.
Le Khatchkar, croix de pierre arménienne de Denver (Etats-Unis) vandalisé
USA : un khatchkar vandalisé lors des manifestations pour Georges Floyd



11 juin 2020 -- Liban / Des groupes de manifestants pro-Erdogan brandissant drapeau libanais et turcs ont manifesté dans les rues de Beyrouth devant les locaux de la chaîne de télévision Al Djadid et proféré des menaces à l’encontre des Arméniens du Liban. Information communiquée par le journaliste arménien du Liban et exerçant également en Arménie, Sako Areyan. Sous le titre « Des nouvelles inquiétantes de la communauté arménienne de Beyrouth » Sako Areyan a posté sur sa page facebook les images de cette manifestation de libanais de toute évidence soutenus par la Turquie. L’affaire serait née en direct sur une chaîne de télévision lorsqu’un journaliste arménien de la chaîne libanaise « Al Djadid » Nechan Ter-Haroutiounian aurait été menacé par une personne qui aurait traité le journaliste arménien de « réfugié étranger ». Nechan Ter-Haroutiounian aurait aussitôt répondu en accusant Erdogan et la Turquie de criminels. Mais des dizaines de personnes lui auraient alors répondu qu’Erdogan et la Turquie sont ne sont pas des criminels. Suite à cet appel anonyme des dizaines d’insultes et de menaces auraient alors suivi sur les réseaux sociaux et dirigés contre les Arméniens. La manifestation qui suivit avec des dizaines de personnes était organisée ouvertement par des manifestants se définissant comme « ottomans » et « soutiens d’Erdogan ». Selon Sako Areyan rien d’étonnant à cette manifestation pro-turque à Beyrouth avec des menaces car Ankara tente de renforcer sa présence au sein des mouvements au Liban. « Après la Syrie, la Lybie, maintenant c’est le tour du Liban. Voilà le nouveau plan d’Ankara » écrit Sako Areyan et ajoute « je suis convaincu que nous résisterons à cette attaque diligentée par la Turquie ».
Des manifestants pro-Erdogan défilent à Beyrouth et profèrent des menaces contre les Arméniens



16 juin 2020 -- Turquie /Le Haut conseil de consultation de la présidence turque s’est penché mardi 16 juin 2020 sur les démarches à entreprendre face aux demandes de reconnaissance du génocide des Arméniens en 1915. Après la réunion de cinq heures à huis clos le chef de la Communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, a fait une déclaration sur la réunion tenue sous l’égide du président de la République Recep Tayyip Erdogan. Il a déclaré « que les démarches à entreprendre face aux allégations infondées contre la Turquie concernant les incidents de 1915 ont été traitées ». Le président Erdogan a souligné que les « graines de la discorde » que certains tentent de semer en détournant des événements historiques « ne germeront pas dans la vérité ». Fahrettin Altun a déclaré qu’ils se concentraient sur les politiques qui permettront d’empêcher que divers milieux utilisent à des fins politiques les mensonges et diffamations qu’ils créent sur une période marquée par les difficultés et la souffrance pour tous les citoyens ottomans. « Lors de la réunion, les démarches compréhensives à entreprendre pour prévenir la propagande basée sur des allégations irréelles par le lobby arménien, qui utilise les incidents de 1915 pour dénigrer la Turquie et notre peuple, et les pays qui exploitent le sujet à des fins politiques, ainsi que des projets et activités visant à expliquer la réalité au public national et international sur le plan historique et juridique, ont été traités », a-t-il relevé. Le Haut conseil de consultation de la présidence turque a également délibéré sur des projets et activités destinés à « faire la lumière » sur des questions ayant des aspects historiques et juridiques, ainsi que sur des « faits pour le public national et international », a-t-il ajouté.
Négationnisme : réunion du Haut conseil de consultation de la présidence
Turkish presidential board discusses 1915 events



17 juin 2020 -- Turquie /ONU -- Ancien ministre des Affaires européennes et négociateur en chef, actuellement président de la Commission parlementaire des Affaires étrangères, Volkan Bozkir a été élu à la présidence de la 75e session de l’Assemblée générale de l’ONU, lors de l’élection tenue le 17 juin 2020. Dans une interview accordée à l’Agence Anadolu, Volkan Bozkir qui a plusieurs reprises nié le génocide des Arméniens a déclaré que son élection signifie l’approbation des politiques de la Turquie par tous les États. « L’obtention de 178 voix sur 192 est une réussite importante, dit-il. Nous avons été très soutenus par le monde entier. J’interprète cela comme la conséquence du prestige de notre pays. » Volkan Bozkir estime que la présidence de la Turquie permettra la réussite de l’ONU, en établissant de bonnes relations entre le président de l’Assemblée générale, le président du Conseil de sécurité et le Secrétaire général. Remerciant le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, et le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, Bozkir a expliqué que cet objectif avait été fixé en 2014 déjà. Trois pays [Arménie, Grèce, Chypre ] ont mené une campagne intense contre la candidature de la Turquie.
Un ambassadeur turc négationniste accède à la présidence de l’Assemblée Générale de l’ONU



19 juin 2020 -- USA /La Bibliothèque du Congrès, dans une lettre envoyée au Comité national arménien d’Amérique (ANCA), a exprimé par écrit son refus de corriger ses mentions de « massacres arméniens » obsolètes sous le titre « Génocide arménien » à la suite du passage au Congrès l’an dernier de la législation sur le génocide arménien (H.Res.296 et S.Res.150). Dans une lettre du 4 décembre 2019 à la Bibliothèque du Congrès, le directeur exécutif de l’ANCA, Aram Hamparian, avait appelé la bibliothécaire du Congrès, Carla Hayden, à « aligner les politiques et pratiques de cette grande institution américaine sur la reconnaissance par cette résolution du génocide arménien et son rejet clairement exprimé de tout effort visant à enrôler, engager ou autrement associer le gouvernement des États-Unis au déni du génocide arménien. » La lettre de l’ANCA a ensuite appelé la Bibliothèque à diriger le Congressional Research Service et les bibliothèques, bureaux, services et autres entités au sein de la Bibliothèque du Congrès à « mettre fin à la pratique d’utiliser un langage euphémiste, équivoque ou évasif pour éviter le terme de « génocide arménien. » Le 19 juin, après le lancement il y a deux semaines d’une campagne en ligne de l’ANCA - anca.org/library - la Library of Congress, bien qu’elle soit une agence de la branche législative du gouvernement fédéral américain, un partenaire à égalité des branches exécutive et judiciaire , a justifié son refus de procéder à cette correction car elle « s’en remet au président et au département d’État sur la terminologie et s’abstient d’utiliser le mot génocide dans l’intitulé officiel ».
La Bibliothèque du Congrès se cale sur la position du Département d’État sur la reconnaissance du génocide arménien



5 juillet 2020 -- France/Municipales 2020 - Interpelé publiquement sur armenews.com la veille du second tour des élections municipales à Meyzieu, M.Mickaël Hamza Ozer s’était cru obligé de répondre à ce qu’il appelait des « rumeurs » sur le fait qu’il y aurait un négationniste sur la liste de Christophe Quiniou à Meyzieu. Posant à côté d’une colistière d’origine arménienne, il s’était présenté comme un « Turc modéré » qui « condamne fermement toute forme de négationnisme ». Sans pour autant dire explicitement qu’il reconnaissait le génocide des Arméniens. Une petite recherche sur Facebook montre hélas qu’il a, si ce n’est tenu du moins « liké » des propos négationnistes sur 1915 proférés par Ramazan Ipek*, l’un des cadres de la COJEP, comme l’indiquent les captures d’écran que nous publions aujourd’hui (voir ci-dessous). Dans le même ordre d’idées note-t-on sa présence et ses likes sur un certain nombre d’autres pages de ce même Ramazan Ipek, également investi par le PEJ ( Parit Egalité et Justice) au législatives de 2017, qui se livre à des propos antiarméniens. Idem sur la page du dénommé Fatih Meric, où Hamza Ozer a « liké » plusieurs fois le salut des loups gris et des commentaires de Devlet Bahceli président du MHP, le parti d’extrême-droite turque. Enfin enregistre-t-on également sa présence dans un fil de discussion plutôt surréaliste, en présence du négationniste Maxime Gauin, où il se félicite de la victoire d’Agnes Evren sur Anouch Toranian dans le 15e arrondissement de Paris.Cerise sur le gâteau, il a liké une carte du pantouranisme avec en photo Apslan Türkeş le fondateur des loups gris. Autant de prises de position qui viennent pour le moins jeter le doute sur l’image de « turc modéré » qu’a essayé de présenter Mickaël Hamza Ozer présent sur la liste de Christophe Quiniou (décidément peu regardant), élus à quelques voix près maire de Meyzieu, une ville qui compte 3000 Arméniens, descendants des victimes de l’entreprise de l’extermination. Un crime toujours nié par nombre de ressortissants turcs qui s’en font ainsi politiquement les complices, y compris en France, comme l’indique pléthore de propos haineux et scandaleux sur les réseaux sociaux.
La présence négationniste sur la liste de Quiniou à nouveau questionnée



6 juillet 2020 -- USA : Lors d’un point de presse la secrétaire de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, a évoqué le vandalisme sur le mémorial du génocide arménien à Denver.
Le terme « génocide arménien » a été prononcé rapidement de façon intentionnelle ou par hasard. Ni Kayleigh McEnany, ni la présidence américaine n’ont émis de message complémentaire suite à l’utilisation du terme « génocide arménienne » par un officiel de la Maison-Blanche.
La porte-parole de la Maison Blanche fait référence au vandalisme du mémorial du génocide arménien à Denver




*********************************************

Sommaire de l'Observatoire du Négationnisme

*********************************************


Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme




Retour � la rubrique



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org