Aujourd'hui : Samedi, 21 septembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Interview d’Etyen Mahcupyan : Le meurtre de Dink a été « projeté par un réseau plus grand »
Publié le :

mercredi 11 juillet 2007, Stéphane/armenews

Etyen Mahcupyan, le rédacteur en chef de l’hebdomadaire arméno-turc Agos a donné à l’hebdomadaire allemand DER SPIEGEL une interview au sujet du procès des présumés tueurs de son prédécesseur Hrant Dink.

SPIEGEL : Le procès contre le présumé meurtrier de 17 ans de Dink et de ses complices a commencé. Mais maintenant l’enquête doit être reprise. D’autres personnes sont-elles impliquées ?

Etyen Mahcupyan : Ce type d’attaque doit avoir été préparé par un réseau plus grand que juste le gang qui est actuellement en procès. Il devait y avoir des connexions politiques, les gens qui ont tiré les cordes, ceux qui ont versé l’argent ou préparé les fondements idéologiques. Jusqu’ici seulement deux membres du Parti nationaliste de la Grande Unité(BBP) ont été accusés.

SPIEGEL : Un de l’accusé prétend qu’ils ont été contrôlés par un groupe dans la police.

Mahcupyan : Un certain nombre de policiers savaient ce qui allait arriver. Mais ils n’ont pas empêché le meurtre. Agissaient-ils de leur propre chef ou quelqu’un leur a-t-il donné des ordres ? Tout cela est trouble.

SPIEGEL : Quel était le motif du criminel ?

Mahcupyan : Il y a une liaison ici entre l’extrême nationalisme et des gangs criminels. Le but était probablement de causer de l’agitation en année d’élection avec l’intention de torpiller les chances de la Turquie de rejoindre l’Union Européenne. Vraisemblablement une série entière d’attaques avait été projetée, mais la réaction publique a été trop forte pour continuer.

SPIEGEL : En général, des crimes politiquement motivés sont rarement résolus en Turquie. Est-ce que cela sera différent cette fois ?

Mahcupyan : Dans le passé les juges avaient d’habitude peur de courir des risques. Aucun d’eux n’a voulu exposer les liaisons entre les militaires, le gouvernement et le pouvoir judiciaire. Mais dans ce procès il y a le potentiel pour vraiment aller jusqu’au fond des choses. Les juges sont flexibles et travaillent avec les avocats.

SPIEGEL : Vous êtes le successeur de Dink en tant que rédacteur en chef à Agos. Vous et vos collègues êtes-vous toujours menacé ?

Mahcupyan : oui, mais c’est la haine habituelle à laquelle nous devons faire face. La communauté arménienne et leur patriarche reçoivent souvent des menaces des nationalistes aussi.

SPIEGEL : Dink a été amené devant les juges plusieurs fois à cause de ses articles. Avez-vous aussi été gênés dans votre travail ?

Mahcupyan : Non à l’heure actuelle, mais si on le désire politiquement alors quelqu’un pourrait trouver un vieil article et déposer plainte. Je suis déjà passé en jugement pour de prétendues insultes à l’égard des institutions de l’Etat.

Interview conduite par Annette Grossbongardt





Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org