Aujourd'hui : Mardi, 18 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
ÉTATS-UNIS • Vote sur le génocide arménien : le moment est mal choisi
Publié le :

Jane Harman, représentante démocrate au Congrès, explique pourquoi elle s'est opposée au projet de loi sur le génocide arménien, qu'elle avait pourtant proposé.

Ma propre famille ayant été décimée durant l'Holocauste, je ne saurais tolérer que l'on m'accuse de nier l'existence d'actes barbares et inhumains contre un groupe de personnes du fait de différences ethniques, religieuses ou raciales, qu'il s'agisse des juifs, des habitants du Darfour, des Rwandais ou des Arméniens.

C'est pourtant ce qui m'a été reproché la semaine dernière parce que j'avais envoyé une lettre au représentant Tom Lantos, président de la Commission des affaires étrangères de la Chambre, afin de l'inciter à retirer le projet HR 106, que j'avais contribué à proposer plus tôt dans l'année. J'ai affirmé que le moment était mal venu pour voter une telle résolution. Des Américains d'origine arménienne, dont je comprends la passion, ont mal interprété ma décision, y voyant une "négation" du génocide arménien. Rien ne saurait être plus éloigné de la vérité.

Il n'y a aucun doute que le débat qui fait rage à Washington sur le génocide arménien est une affaire personnelle. Des résolutions du même type ont été proposées à la Chambre à deux reprises, en 1975 et en 1984, et nous devrions en soumettre une autre avant Thanksgiving. Reste à savoir si elle ira jusqu'au vote.

A l'origine, j'ai soutenu le projet parce que j'étais convaincue qu'il fallait reconnaître et condamner le crime terrible commis contre le peuple arménien. Mais, après m'être rendue en Turquie en février, après avoir rencontré le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, le patriarche de l'Eglise orthodoxe arménienne et des collègues de Hrant Dink, le journaliste turc arménien assassiné, j'ai compris qu'en votant une fois encore cette résolution maintenant, nous ne ferions qu'isoler et gêner un gouvernement islamique modéré courageux dans cette région qui est peut-être la plus instable du monde.

Par conséquent, je me range à l'avis exprimé par huit anciens secrétaires d'Etat, qui ont assuré que le vote de cette résolution "pourrait compromettre nos intérêts dans la région en termes de sécurité nationale, menacerait la sécurité de nos troupes en Irak et en Afghanistan, et compromettrait nos efforts en faveur d'une réconciliation entre la Turquie et l'Arménie".

Le moment choisi est essentiel. Il y a quelques jours à peine, j'ai demandé à un responsable de la communauté arménienne de Californie pourquoi la résolution était présentée maintenant. "On ne m'a rien demandé", a-t-il répondu. Il n'y était pour rien, et s'il l'avait pu, peut-être ne l'aurait-il pas proposée. Alors, à quoi cela va-t-il aboutir ? J'espère que, quel que soit le résultat du vote, la Turquie et l'Arménie œuvreront ensemble à la réconciliation et à la normalisation de leurs relations.

Quelque 70 000 Arméniens vivent en Turquie, et Ankara continue à en accepter d'autres. Mais l'article 301 de la Constitution turque interdit d'insulter la "turquité", clause discutable qui a servi à punir des Arméniens de Turquie qui maintiennent que le génocide a bien eu lieu. Au nom de la réconciliation, Ankara pourrait tendre la main à la population arménienne et supprimer l'article 301.

Par ailleurs, la Turquie et l'Arménie ont engagé depuis peu des pourparlers afin de normaliser leurs relations. Elles ont des intérêts commerciaux communs, en particulier dans le secteur de l'énergie. L'heure du rapprochement a sonné. De plus, la région a besoin de stabilité. La Turquie a une frontière commune avec l'Irak, et il est évident qu'elle doit jouer un grand rôle dans la garantie de la stabilité et dans la résolution de la question israélo-palestinienne. L'Arménie pourrait y contribuer.

Dans une démocratie, les groupes ont le droit de protester, et je respecte assurément le droit de l'importante communauté arménienne de Californie d'exprimer son désaccord avec ma position sur le moment choisi pour un troisième vote du Congrès sur le génocide. Mais, une fois la résolution votée, cette communauté aux multiples talents pourrait canaliser sa passion et sa vigueur afin d'aider concrètement à franchir les prochaines étapes constructives menant à la réconciliation. Il est indispensable de condamner l'horreur. Mais s'affranchir de la colère et de la souffrance psychique pour passer à des actions positives, c'est là la véritable émancipation.

Jane Harman
Los Angeles Times








Retour à la rubrique


Source/Lien : Courrier International



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org