Aujourd'hui : Samedi, 16 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenÍtre !  Envoyer cette page ŗ votre ami-e !
 
Questions/Réponses avec René Rémond sur le Forum du Nouvel Observateur
Publiť le :

René Rémond se dérobe dès qu'on lui pose une question précise. Voici sa réponse à la question du Collectif VAN :


Question : 1) Vous intervenez souvent sur le thème du génocide arménien : quels sont les ouvrages historiques que vous avez écrits à ce sujet ?
2) Que proposez-vous pour punir le crime de négationnisme, qualifié par Elie Wiesel de "double-meurtre" ?
3) Combien de fois avez-vous été en Turquie ?
Réponse :Je ne prétends à aucune compétence sur le sujet.

question de : cla

Question : Monsieur Rémond bonjour.
Le PS n’a t-il pas raison de vouloir sanctionner la n√©gation du g√©nocide arm√©nien? Cela est un fait av√©r√© par les historiens dignes de ce nom; et punir une n√©gation me semble l√©gitime...
Réponse :
Il n’y a pas de doutes sur la r√©alit√© des massacres. Constitue-t-il un g√©nocide au sens pr√©cis que donne la jurisprudence de Nuremberg, les historiens en sont moins certains. Mais surtout pourquoi ne prendre une disposition qui ne sanctionne que les Fran√ßais et qui interdirait par exemple les historiens fran√ßais de pouvoir, dans un colloque international, faire autre chose que de se r√©f√©rer √† une d√©cision politique. C’est la libert√© m√™me de chercher et de s’exprimer qui est menac√© par la confusion des r√īles entre le l√©gislateur et l’historien.

question de : Internaute

Question : Bonjour,
Puisque le l√©gislateur entre sans complexe dans le champ de l’historien, pourquoi ne pas envisager la r√©ciproque ?
Un collectif d’historiens scrupuleux devrait par exemple r√©clamer l’abolition de la jurisprudence n√©e du proc√®s de Nuremberg, puisque celui-ci est fond√© sur un d√©ni de justice volontaire.
(Pour √©viter un clash avec Staline, les juges anglais et am√©ricains ont frauduleusement d√©clar√© les nazis coupables du massacre de Katyn, alors qu’ils savaient d√®s 1943 par les services de renseignements britanniques que le NKVD sovi√©tique √©tait seul responsable du crime)
Réponse :
Il est tout √† fait vrai que au cours du proc√®s Nuremberg, le silence a √©t√© fait sur les crimes de Staline, mais cette omission ne rend pas ill√©gitime les jugements port√©s sur les crimes du national socialisme. On ne peut donc pas dire que la jurisprudence issue du proc√®s de Nuremberg soit entach√©e d’ill√©gitime par cette omission condamnable. Ca n’est pas dans un retrait mais dans une extension de la justice que l’on peut d√©passer les contradictions circonstancielles.

question de : vérus

Question : Il semblerait que, quoique pr√©sident de l’Association libert√© pour l’histoire, vous ayez refus√© de t√©moigner en faveur de Monsieur Georges Theil, r√©cemment condamn√© en appel √† 6mois de prison ferme et 130000 euros d’amendes et frais pour propos relevant d’une des lois dont vous demandez l’abrogation. Votre refus serait bas√© sur le fait que Monsieur Theil n’est pas historien. Consid√©rez-vous que seuls les historiens ont droit √† la libert√© d’opinion et d’_expression sur les sujets historiques? Si oui, qui d√©cide de la qualit√© "d’historien"? Merci de votre attention.
Réponse :
Notre association ne revendique aucunement un monopole pour les historiens, au contraire, elle s’oppose √† ce qui est un monopole pour les politiques. Il n’est pas n√©cessaire d’avoir un dipl√īme pour s’int√©resser √† l’histoire, et c’est m√™me le d√©sir de pr√©server pour tout un chacun la possibilit√© de se faire une opinion que nous nous opposons √† ce que l’Histoire pouisse devenir l’objet d’une l√©gislation r√©pressive. Quant au cas d’esp√®ce que vous √©voquez, il n’est pas n√©cessaire de faire r√©ference √† la loi Gayssot, puisque c’est avant son adoption, et par r√©f√©rence √† la l√©gislation de droit commun que Jean-Marie Le Pen a fait plusieurs fois l’objet d’une condamnation pour les m√™mes faits.


question de : PHILCO

Question : Bonjour M Rémond,
Comment expliquez-vous que les musulmans aient √©t√© beaucoup plus tol√©rants que les catholiques dans leurs rapports aux juifs et chr√©tiens (une fois qu’ils acceptaient l’autorit√© de l’Etat musulman et sa protection (dhimmah), ils avaient les m√™mes droits et les m√™mes devoirs que les musulmans en dehors de l’accession √† certaines fonctions ou des imp√īts particuliers), malgr√© la teneur de grand humanisme du message christique ?
Réponse :
Ce que vous dites de la tol√©rance d’un Etat musulman √† l’√©gard des Juifs ou des Chr√©tiens est exact pour l’empire Ottoman qui n’a pas cherch√© √† convertir ses sujets chr√©tiens. Je ne suis pas assez sp√©cialiste de l’histoire de l’Islam pour porter un jugement sur la pratique des autres √©tats. Mais on ne saurait oublier que dans la plupart de ces √©tats il est interdit de changer de religion et que le fait pour un musulman de se convertir au christianisme est passible de la peine de mort. Quant aux Etats dits chr√©tiens, dans le cadre de la domination coloniale ils sont √©t√© fort tol√©rant √† l’√©gard de l’Islam. Le reconnaissant, et lui apportant assistance.


question de : PHILCO

Question : Bonjour M Rémond,
Ne pensez-vous pas que l’attitude des autorit√©s religieuses de l’islam √† l’√©gard des libert√©s modernes est assez proche de l’attitude de l’√Čglise catholique au moment du Syllabus de Pie IX, en 1864 ? L’islam reproche √† l’Occident en g√©n√©ral d’avoir exalt√© les droits de l’homme au d√©triment des droits de Dieu. Comme le catholicisme intransigeant, il pense volontiers que la libert√© de conscience et la libert√© religieuse favorisent l’ath√©isme. Il estime que les droits de la v√©rit√© r√©v√©l√©e doivent toujours l’emporter sur les droits de la conscience individuelle.R√©ponse :
Le rapprochement que vous faites entre la position actuelle du fondamentalisme musulman et celle de l’intransigeantisme catholique est tout √† fait justifi√©. Elle autorise √† penser qu’avec le temps l’Islam aussi sera amen√© √† prendre en compte la pluralit√© des croyances et √† r√©viser ses jugements sur la libert√© de conscience et la libert√© religieuse. N√©anmoins, on peut se demander si cette √©volution, qui dans le cas de l’√©glise catholique a √©t√© consacr√©e par la d√©claration sur la libert√© religieuse, qui justifie la libert√© de conscience n’√©tait pas plus facile au christianisme qu’√† l’Islam en raison de la distinction √©tablie d√®s l’origine entre ce qui rel√®ve de Dieu et ce qui d√©pend de C√©sar. Cette distinction qui est le fondement originel de notre la√Įcit√© n’a pas de correspondant √† ma connaissance dans la tradition religieuse de l’Islam.


question de : PHILCO

Question : Bonjour M Rémond,
Ne pensez-vous pas que le rejet du catholicisme en Europe est la cons√©quence des compromissions de l’Eglise aupr√®s, souvent, de r√©gimes partageant avec elle l’imposition forc√©e des codes soci√©taux catholiques (Italie mussolinienne, franquisme, dictatures sud am√©ricaines, Portugal de Salazar…) dans la p√©riode contemporaine ?
Dans son histoire, de fa√ßon plus large, ne peut-on pas reprocher √† l’Eglise d’avoir privil√©gi√© ses int√©r√™ts politico religieux au d√©triment de l’enseignement du Christ (R√©forme, condamnation de certaines avanc√©es scientifiques ou culturelles avec la mise √† l’Index, hostilit√© contre les artistes, lutte contre la libert√© d’_expression et des valeurs des Lumi√®res jusqu’√† Vatican II…) ?
Réponse :
Cette question m√©riterait un large tour d’horizon. D’abord est-il √©tabli qu’il y ait aujourd’hui rejet du catholicisme ? On ne saurait confondre tous les r√©gimes qui sont ici √©voqu√©s, avec lesquels l’institution de l’Eglise catholique a eu des rapports des plus vari√©s. C’est une vue r√©ductrice et simplificatrice que l’Eglise a toujours √©t√© l’alli√© des r√©gimes totalitaires. Plusieurs d’entre eux l’ont pers√©cut√© et elle a condamn√© certains d’entre eux. Elle a elle m√™me contribu√© √† la chute de plusieurs. Il reste que nos soci√©t√©s ont mal support√© la tutelle qu’elle exer√ßait sur les conduites, s’en sont affranchies par la rupture et n’en garde pas un bon souvenir. Puis je ajouter qu’√† mon sens, la motivation principal de l’appui qu’elle a apport√© √† certains de ces r√©gimes √©tait moins le soucis de d√©fendre ses int√©r√™ts propres que la convergence sur des valeurs d’ordre d’autorit√© et de tradition. Avant qu’elle ne d√©couvre que la justice, la solidarit√© √©tait aussi des valeurs √©vang√©liques.


question de : PHILCO

Question : Bonjour M Rémond,
Comment se fait-il qu’il n’y ait pratiquement pas d’exemple de pays ayant adopt√© les codes soci√©taux de l’Eglise r√©ellement d√©mocrates (Vichy, Italie mussolinienne, franquisme, dictatures sud am√©ricaines, Portugal de Salazar…)?
Réponse :
Je ne suis pas sur de bien comprendre la question. Les exemples que vous citez concernent des r√©gimes qui s’inspirent de principes contraires √† la d√©mocratie, mais la plupart d’entre eux ont fait la d√©monstration qu’ils pouvaient devenir d√©mocrate, la France, l’Italie, l’Espagne... Leur catholicisme n’a donc pas constitu√© un obstacle insurmontable.


question de : PHILCO

Question : Bonjour M Rémond,
Dans votre livre ¬ę Le christianisme en question ¬Ľ vous √©crivez que ¬ę la concomitance entre la D√©claration des droits, la nationalisation des biens du clerg√©, le vote de la Constitution civile du clerg√© ont emp√™ch√© le pape et les √©v√™ques de porter un jugement de fond sur cette question (les Droits de l’homme) somme toute philosophique et juridique ¬Ľ. Il y a pourtant eu l’exemple de l’Abb√© Gr√©goire. Ne pensez-vous pas que l’histoire e√Ľt pu √™tre tr√®s diff√©rente et faire l’√©conomie de cette opposition avec la laicit√© si l’Eglise avait eu la m√™me attitude que lui?
Réponse :
Je pense comme vous que on aurait pu faire l’√©conomie de la rupture entre le catholicisme et la r√©volution. Je ne crois pas, en effet, √† l’encontre des philosophies contrer√©volutionnaires qu’il y ait eu incompatibilit√© radicale entre le christianisme et 1789. Mais le changement fut si brutal qu’il ne rendait pas facile une appr√©ciation objective des r√©formes engag√©es. Surtout les responsabilit√©s sont partag√©es. Et les constituants en s’arrogeant le droit de modifier les structures propres de l’Eglise catholique ont pos√© au clerg√© et aux fid√®les un probl√®me de conscience qui est √† l’origine de la fracture de la conscience nationale. Ajoutons que cette ing√©rence dans la vie int√©rieur d’une √©glise est ce qui a de plus contraire √† l’id√©e que nous nous faisons aujourd’hui de la la√Įcit√©.


question de : PHILCO

Question : Bonjour M Rémond,
Quand les historiens auront-ils accès aux archives du Vatican portant sur la période de la 2ème guerre mondiale?
Ne serait-ce pas le meilleur moyen, pour le Vatican, de trancher la question de son attitude à cette période?
Réponse :
Effectivement, comme dans tout domaine, la plus grande transparence est le plus sur moyen d’√©lucider une question et de trancher un d√©bat. C’est par exemple ce qu’avait bien compris, lors de l’affaire Touvier, le colonel de Coutray. Quant aux archives du Vatican, l’une des raisons qui a retard√© l’ouverture est probablement que le classement et l’inventaire qui sont des t√Ęches longues n’ont pas √©t√© conduits √† leurs termes. On se gardera d’ailleurs, d’attendre trop de l’acc√®s aux archives, car l’essentiel sur le sujet envisag√© est connu et la consultation des documents d’archives ne peuvent compl√©ter la connaissance que nous en avons que sur des points limit√©s concernant plus les intentions que la mat√©rialit√© des faits.


question de : Internaute

Question : La loi sur les "aspects positifs" de la colonisation est le resultat de pressions venant de lobbys qui ont exprime de facon maladroite une veritable souffrance. Celle de populations qui sont exasperees par l’enseignement de l’histoire tel qu’il est actuellement pratique dans les lycees voire dans certaines universites.
Un enseignement a sens unique et il faut bien le dire degradant pour les pieds noirs ainsi que pour la France, tout simplement l’_expression d’un racisme a l’egard des rapatries et des anciens combattants. Ceci est intolerable et dure depuis bien trop longtemps. Le gouvernement a recule sur la loi et rien n’a change. Ainsi donc un grand nombre d’enseignants continuent impunement leur entreprise ideologique dans le plus parfait mepris de l’institution republicaine qu’ils pretendent representer, ce dont tout le monde semble se moquer. Qui sont donc ces petits fonctionnaires ignorants et arrogants qui pretendent juger par contumace dans leur salle de classe des hommes qui versaient leur sang en Asie ou dans le bled alors qu’eux memes n’etaient pas encore nes ? Croyez vous que cela puisse continuer sans qu’un jour tout cela n’eclate d’une facon ou d’une autre ? Apres on s’etonnera.
Réponse :
On ne s’√©tonnera pas que je ne souscrive pas au jugement port√© sur les personnes et en particulier les critiques adress√©es aux enseignants dont je connais personnellement la comp√©tence professionnelle et le d√©sir de bien faire. Cela dit, j’enregistre l’aveu que la loi sur le r√īle positif de la colonisation est le r√©sultat de la pression d’un lobby sur la d√©cision parlementaire. Il en √©tait de m√™me pour les lois m√©morielles ant√©rieures. C’est la raison pour laquelle, selon notre association, le sort de ces diff√©rents points ne devaient pas √™tre disjoints, et pour laquelle nous en pr√©conisions l’abrogation collective car il nous para√ģt pas normal que la d√©finition de la v√©rit√© historique soit dict√©e, par la pression plus ou moins forte de diff√©rents groupes de pressions. De l√† notre affirmation que le l√©gislateur ne fait pas l’Histoire et notre demande de mettre fin √† cette confusion des r√īles.


question de : PHILCO

Question : Bonjour,
Comment expliquez-vous que, malgr√© un brillant pass√©, les pays musulmans demeurent sous d√©velopp√©s? Quel serait l’impact du facteur religieux selon vous (qui serait contradictoire avec ce pass√© prestigieux)?
Réponse :
Votre question se r√©f√®re √† une grande √©nigme de l’Histoire. Comment expliquer que cette religion qui entre le 6e et le 12e si√®cle a donn√© naissance √† une civilisation raffin√©e, plus avanc√©e que la notre a cess√© ensuite de jouer ce m√™me r√īle et qu’alors que l’Occident chr√©tien avan√ßait √† grandes enjamb√©es, l’Islam s’est crisp√© dans l’attachement au pass√© et qu’aujourd’hui, la r√©action fondamentaliste a pour connaissance le refus de la modernit√© ? Ainsi, le facteur religieux a pu tour √† tour √™tre g√©n√©rateur de progr√®s et obstacle au changement.

question de : ZEP

Question : Cher M. R√©mond, je m’excuse d’√™tre un peu hors sujet mais je m’interroge. Quelles sont vos relations avec M. Descoing ? Quelle est votre position sur la discrimination positive ?
Réponse :
Je suis touch√© de vos interrogations, mes relations avec Richard Descoings sont √† la fois personnelles et institutionnelles puisque nous animons de concert l’ensemble Sciences-po. Je pr√©cise que l’exp√©rience que nous avons engag√©e des conventions avec des √©tablissements scolaires dans des zones en difficult√©s ne rel√®ve pas pr√©cis√©ment de la discrimination positive. Elle ne comporte pas de quotas. Ils n’est pas question de substituer √† des insuffisances intellectuelles, des crit√®res sociaux-√©conomiques ou sociaux-culturels.

question de : Internaute

Question : Bonjour,
D’apr√®s votre exp√©rience d’historien, consid√©rez-vous que la recherche historique est un domaine o√Ļ il peut √™tre dangereux de s’aventurer ? Avez-vous d√©j√† subi des pressions et connaissez-vous des coll√®gues qui ont √©t√© dissuad√©s par les autorit√©s universitaires ou le pouvoir politique de publier certains de leurs travaux contenant des r√©v√©lations g√™nantes pour certaines th√®ses bien √©tablies ?
Supposons par exemple qu’en plein centenaire de la r√©habilitation de Dreyfus, quelqu’un d√©couvre des documents qui prouveraient que le capitaine a bel et bien transmis des informations confidentielles aux services de renseignement allemands. Faudrait-il √† votre avis garder les documents trouv√©s sous le boisseau ou les rendre publics, au risque de compromettre les c√©r√©monies pr√©vues ?
Réponse :
Ordinairement, la recherche historique comporte pour qui s’y engage ni risque ni danger. Il n’en va plus de m√™me √† partir de la notion de lois m√©morielles qui pr√©voit des sanctions √† l’encontre de qui s’√©carte de v√©rit√©s officielles : la m√©saventure d’Olivier P√©tr√©-Grenouilleau, poursuivi en justice au civil et au p√©nal par un groupe de pression d√©montre la nocivit√© du m√©canisme mis en place par ces lois et la possibilit√© pour ces groupes de pression d’engager des poursuites judiciaires. En dehors de ce cas je n’ai pas connu dans ma carri√®re d’exemple d’intervention ou de pression compromettant l’objectivit√© historique. Dans le cas de figure que vous √©voquez, la r√©ponse est √©vidente, il n’est pas question de dissimuler √† l’opinion des documents qui apporteraient des √©l√©ments d’informations jusque l√† ignor√©s. Ce devoir de communiquer ne comporte qu’une restriction. C’est le respect de la vie priv√©e, et du droit de chacun √† sa r√©putation.


question de :Alceste

Question : Je soutiens le retrait des lois dites m√©morielles (Gayssot, Taubira, g√©nocide arm√©nien) parce qu’elles sont largement inutiles, martyrocrates, souvent biais√©es (cf. la loi antiblanche Taubira qui occultent tout l’esclavage humain mis √† part celui dont on peut tenir grief aux blancs), qu’elles encouragent la concurence mim√©tique et le communautarisme, etc.

Mais n’est-il pas totalement scandaleux que la seule loi qui ait √©t√© retir√©e soit celle visant √† mettre un terme √† la propagande anti-fran√ßaise dans les √©coles quand √† la colonisation et √† l’Alg√©rie ?

A chaque communaut√© ses b√©quilles l√©gislatives, sauf √† celle des indig√®nes fran√ßais (qui eux n’ont m√™me pas le droit d’√™tre d√©crit honn√™tement, parce que √ßa pourrait vexer quelques afrocentristes et/ou maghr√©bo-centristes), c’est √ßa ?

L√†, pour le coup, c’est aux officines fonctionnariennes seules de "se m√©ler de l’histoire"...

Plus ça va, plus cette "République" file la nausée !
Réponse :
Il n’est pas exact de dire que la loi de f√©vrier 2005 a √©t√© retir√©e. Seul un alin√©a a √©t√© d√©class√©, parce qu’il enfreignait les dispositions de notre constitution qui exclut la d√©finition des programmes de l’enseignement des comp√©tences du l√©gislateur. C’est aussi parce que cette loi allait plus loin que les autres, car elle ne se contentait pas de dire ce qu’il convenait d’enseigner mais qu’elle dictait aux enseignants le jugement qu’ils devaient porter. Il y avait l√† un d√©bordement de la comp√©tence ordinaire. J’aimerais ajouter que je ne reconnais pas du tout dans la description que vous proposez de la fa√ßon dont l’histoire est enseign√© de la r√©alit√©. J’aimerais que vous vous reportiez aussi bien au programme et au manuel. Au fond il y a une appr√©ciation plus √©quitable de la r√©alit√©.


question de : Internaute

Question : M. Rémond,
J’aimerais recueillir votre point de vue sur la question sensible du r√©visionnisme en Histoire
- n’est-il pas le prolongement logique et in√©vitable de la libert√© de recherche dans un pays d√©mocratique ? (voir par exemple les documents mis √† jour par des chercheurs am√©ricains, prouvant la culpabilit√© bien r√©elle des √©poux Rosenberg)
- M. Vidal-Naquet est-il l’historien le mieux qualifi√© pour √©tablir la v√©rit√© officielle sur la Shoah, √©tant donn√© qu’il n’est pas un sp√©cialiste de la seconde guerre mondiale mais de la Gr√®ce antique ?
- l’incarc√©ration de l’historien anglais David Irving (auteur d’un excellent ouvrage sur le bombardement de Dresde) a laiss√© tous ses confr√®res indiff√©rents. Approuvez-vous l’assimilation de divergences d’analyse sur certains √©pisodes de la derni√®re guerre √† un d√©lit criminel ?
Réponse :
Le n√©gationnisme n’est pas un r√©visionnisme car il comporte la n√©gation de faits dont la preuve irr√©cusable existe pour tout esprit honn√™te et raisonnable. C’est le refus de la v√©rit√© qui ne peut √™tre dict√© que par les intentions douteuses ou par un d√©r√®glement de l’intelligence. Pourquoi le fait, pour M. Vidal Naquet d’√™tre un des meilleurs sp√©cialistes de la Gr√®ce Antique le disqualifierait quand il s’agit d’exercer son esprit critique sur des faits plus r√©cents ? A condition de se soumettre aux r√®gles de la m√©thode historique et de consentir √† faire le travail d’information que les parlementaires n’ont pas le loisir de faire, tout historien peut se prononcer sur tout ou partie de l’Histoire. Cela dit, l’interpr√©tation des intentions reste toujours sujet √† discussion. Et c’est l√† que le r√©visionnisme peut se justifier mais non pas sur des faits qui ont √©t√© √©tablis.


question de : leonardo

Question : Monsieur Rémond,
J’ai, comme tout √©tudiant, int√©gr√© votre segmentation des droites.Au vu de l’√©volution r√©cente de la polique fran√ßaise, cad sur ces 20 derni√®res ann√©es, la trouvez vous toujours conforme √† votre analyse?N’avez vous pas m√©sestim√© la puissance d’une droite populiste, peu raccord√©e au sch√©ma bonapartiste que vous √©voquiez, d’une part, et tres peu en phase avec des succ√©dann√©s l√©gitimistes qui n’ont rien √† voir , √† mon sens?
Pour r√©sumer, et pour faire court, votre analyse est elle r√©ductible √† la pr√©gnance du Front National dans le contexte politique depuis tant d’ann√©es?
Merci de votre réponse.
Réponse :
Puis-je vous signaler qu’au fil des ann√©es, j’ai revu et actualis√© mon analyse des droites. La toute derni√®re √©dition qui s’intitule "Les Droites aujourd’hui" pose le probl√®me de l’autonomie et de la sp√©cificit√© d’une droite que l’on appelle populiste et qui est assur√©ment tr√®s diff√©rente des droites traditionalistes. Mais son populisme √©tablit des communications avec la gauche.


question de : jean

Question : Bonjour,
La loi doit-elle condamner les thèses révisionnistes qui contestent la Shoah?
Jean (Paris).
Réponse :
L’association "Libert√© pour l’histoire", que je pr√©side, fait campagne pour l’abrogation des lois qui comportent des sanctions √† qui s’√©carte d’une d√©finition officielle de l’Histoire.

question de : Cantexplain

Question : Pourquoi une loi condamnant les propos revisionnistes concernant la Shoa et pas dans le cas du genocide armenien ? Ceci manque de logique... n’est-on pas la confronte aux limites du "delit d’opinion" qui conduit a des situations impossibles: d’une part comment juger le sens de certains propos ambigus a dessein ou non, d’autre part la surenchere victimaire, "pourquoi eux et pas nous"...
Réponse :
C’est pour rem√©dier √† ce qui vous para√ģt incoh√©rent que le PS a r√©cemment introduit une proposition de loi tendant √† √©tendre √† la contestation du g√©nocide arm√©nien les sanctions pr√©vues contre la n√©gation de la Shoah. Notre association d√©sapprouve cette initiative car elle est oppos√©e au principe m√™me d’une intervention du l√©gislateur en ce domaine. Mais les deux cas sont diff√©rents : les massacres d’arm√©niens n’ont jamais fait l’objet d’une programmation syst√©matique comme celle pr√©vue par les nazis. D’autre part, si les Fran√ßais ont √©t√© peu ou prou impliqu√© dans la Shoah comme complice ou comme victimes, ils ne l’ont √©t√© en rien sur le g√©nocide arm√©nien. Pourquoi alors l√©gif√©rer l√†-dessus ?


question de : LOUROU

Question : L’important n’est pas de l√©gif√©rer, mais savoir ce que l’on va √©crire et faire apprendre dans les livres d’histoire c’est √ßa qui vat devenir une "v√©rit√©" peut-√™tre provisoire.qui d√©cide du contenu des livres d’histoire??quel est le r√īle de l’enseignant dans l’approche du texte?do√ģt il consid√©rer son manuel comme un √©vangile ou laisser le libre arbitre √† l’√©l√®ve??Merci √† tous ;lourou
Réponse :
Vous avez raison de penser qu’il y a plus important que la d√©cision : l’application. C’est l√† qu’il faut faire confiance √† l’enseignant dont on souhaite qu’il soit bien form√© et qu’il se comporte en historien. Le manuel est un auxiliaire. Et il ne saurait y avoir en Histoire de v√©rit√© d’√©vangile. Quant √† laisser √† l’√©l√®ve le libre-arbitre, il convient certes de faire appel √† son sens critique mais aussi √† son jugement. Or tout n’est pas v√©ridique, il y a m√™me des contres v√©rit√©s, et c’est une des fins de l’enseignement que d’apprendre √† distinguer entre le vrai, le vraisemblable, et la faux.


question de : Hello

Question : Bonjour. Croyez-vous √† la possibilit√© d’√©mergence durable, en France, d’un parti du centre autonome? Les conditions sont elles r√©unies sur le plan id√©ologique (h√©ritage du MRP) et institutionnel (scrutin majoritaire)?
Réponse :
Il y a certainement un √©lectorat dont la sympathie va au d√©passement de l’opposition entre droite et gauche. Il y a aussi tant √† droite, qu’√† gauche, des esprits qui croient possibles des rapprochements limit√©s. Mais aussi longtemps que nos choix √©lectoraux s’exerceront dans le cadre d’un r√©gime majoritaire qui structure la bipolarisation il y a peu de chances pour l’√©mergence d’un centre qui puisse devenir l’axe d’une majorit√©.

question de : Internaute

Question : J’ai une proposition: supprimons l’Acad√©mie fran√ßaise et embauchons une centaine de professeurs de fran√ßais √† la place. Qu’en pensez-vous ?
Réponse :
Si je comprends que certains puissent consid√©rer que l’Acad√©mie Fran√ßaise est inutile, en revanche, je ne vois pas bien ce que la soci√©t√© gagnerait √† sa suppression : en tout cas elle ne gagnerait pas le financement de la centaine de profs suppl√©mentaires et par ailleurs je ne suis pas sur qu’ils r√©ussiraient mieux que la commission du dictionnaire qui fait un excellent travail pour d√©fendre et enrichir notre langue. En tout cas, pour mon compte, je ne formulerais pas de telles propositions sur des institutions dont je ne saurais rien.

question de : Jidejeando

Question : 1. Comment en est-on arrivé à cette absurdité intellectuelle de nous excuser des fautes commises par nos pères, quand ce ne sont pas nos ancêtres?
2. Pouvez-vous dire √† mes concitoyens que, pour juger un comportement pass√©, il faut faire l’effort intellectuel de se placer dans le contexte historique de l’√©poque, et non juger en fonction de crit√®res contemporains? Merci.
Réponse :
Ce n’est pas une absurdit√© intellectuelle : c’est une fa√ßon comme une autre de s’inscrire dans la dur√©e, et il n’y a pas de d√©shonneur pour un peuple de reconna√ģtre les fautes qu’il a pu commettre, √† condition de ne pas limiter les r√©f√©rences au pass√© aux aspects n√©gatifs et de ne pas ressasser des souvenirs tr√®s anciens. A condition d’√™tre limit√© dans le temps, et de comporter une certaine facult√© d’oubli, le devoir de m√©moire peut faire l’objet d’un usage raisonnable et responsable.


question de : alex

Question : bonjour monsieur r√©mond je vous aime bien j’ai lu votre best seller "les droites en france" mais tous de m√™me vous et les historiens type vidal naquet, julliard......Avez vous conscience de ce vous d√©clarez ?
Ex supprimez toute les lois mémorielle : la loi gayssot, la loi sur les arméniens et la reconnaissance sur le génocide...je mais à part la loi contestable sur la colonisation....
Mais la suppr√©ssion de la loi gayssot(qu’on aime ou non cette loi) donnerait une occassion formidable √† des gens d’ultra gauche(type cruse, sion...) ou d’extr√®me droite(ytype le pen...) de verser leurs fiels...,
-la suppression de la loi sur le génocide aux arméniens au moment ou on demande la reconnaissance de la turquie du génocide, au moment ou des sanctuaires arméniens ont été bafoués ....Vous vous rendez compte du signal???,
-la loi taubira certes comme la loi gayssot ou la loi sur les arm√©niens √† √©t√© faites √† l’initiative de minorit√©s j’en conviens.....Mais vous vous rendez compte du m√©pris pour eux, du non respect de leurs pass√© de leurs souffrances.....(m√™me je suis pour le non lieu pour grenouilleau)....

Franchement vous vous fourvoyez m√™me si je ne disconviens pas qu’il y’ un sentiment pas forc√©ment positif de culpabilisation de notre pays et de volont√© des minorit√©s de reconnaitre leurs souffrances!!
Réponse :
Nous mesurons bien ce que serait la port√©e d’une abrogation de toutes les lois m√©morielles, et le parti que ne manquerait pas d’en tirer des groupes int√©ress√©s √† leur disparition. Aussi est-ce avant tout pour enrayer une d√©rive dangereuse que nous avons adress√© cet appel aux politiques pour √©viter la prolif√©ration de textes dont la suppression comme l’adoption poseraient des probl√®mes politiques insupportables.


question de : strange

Question : L’√©tat doit veiller au devoir de m√©moire.
Mais son r√īle n’est il pas de veiller √† la transmission de la connaissance de l’histoire plus souhaitable que l’√©laboration d’une loi?
La loi est l√† pour organiser la soci√©t√©, permettre aux individus d’√™tre libre et responsable...doit elle orienter la pens√©e? ( exple colonisation positive.....)
Réponse :
Je partage votre conviction que l’Etat a une responsabilit√© √† l’√©gard de l’Histoire, de veiller √† la transmission de la connaissance mais ce n’est pas √† lui d’√©tablir la table des mati√®res.


question de : Arnaud

Question : Doit on abroger toutes les lois parlant d’histoire meme celle sur le n√©gationnisme vis √† vis de la shoah ?
A t on tord de condamner JM Lepen ou Bruno Gollnish pour "n√©gation de crimes contre l’humanit√©" ou "apologie de crime de guerre" ?

Arnaud

http://www.forum-socialiste.net
Réponse :
On peut √™tre tent√© d’excepter la loi Gayssot de l’abrogation g√©n√©ral en raison de la sp√©cificit√© de la Shoah mais l’exp√©rience donne √† penser qu’elle n’√©tait pas n√©cessaire pour sanctionner le n√©gationnisme qui tombe sous le coup de loi plus g√©n√©rale.

question de : Internaute

Question : Monsieur le professeur, √† titre personnel, reconnaissez-vous qu’il y a bien eu un g√©nocide des arm√©niens perp√©tr√© par le gouvernement "Jeune Turc" de l’Empire ottoman en 1915 ?

Si, oui, pourquoi diff√©rencier la Shoah du premier g√©nocide du XX√®me si√®cle, tandis qu’un n√©gationnisme d’Etat polue le discours public et humilie les descendants des rescap√©s ?

Merci de votre réponse circonstanciée.

Jean
Réponse :
Personne ne nie qu’en 1915, les Arm√©niens aient √©t√© massacr√©s en masse. Mais s’agissait-il d’un g√©nocide au sens que lui donne la jurisprudence √† la suite de Nuremberg. C’est √† dire, une intention d√©lib√©r√©e visant √† l’extermination syst√©matique de toute une cat√©gorie ? C’est le point qui divise certains historiens, et n’√©tant pas moi m√™me sp√©cialiste du sujet, je suis trop respectueux de la r√®gle de comp√©tence pour donner un avis.


question de : jedo

Question : Etes vous négationiste ?
Si non considerez vous que les archives diplomatiques d’un pays sont fiables ?
si oui comment pouvez vous dire qu’il n’y a pas eu de g√©nocide Arm√©nien alors que c’est d√©crit dans toutes les archives diplomatiques existantes.
Réponse :
Déja répondu. Voir plus haut.

question de : Internaute

Question : Ne pensez vous pas que le Pouvoir chiraquien, en nommant M Ribbe à des fonctions officielles à une "haute autorité" de plus, a voulu envoyer un signal fort aux
signataires de la p√©tition "libert√© pour l’histoire", qu’une pol√©mique (autour de la non-c√©l√©bration de la bataille d’Austerlitz) opposait √† ce dernier, leur signifiant ainsi qu’il d√©savouait leur d√©marche ?
Réponse :
J’ai des raisons de penser que le choix de M. Ribbe pour appartenir √† une Commission n’avait aucune signification par rapport √† l’initiative de "Libert√© pour l’Histoire". C’est un exemple qui montre la prudence dont on doit faire preuve quand on passe de l’observation d’une d√©cision √† la recherche de l’intention. Je dois ajouter que les plus hautes autorit√©s de l’Etat et les responsables de la plupart des groupes politiques ont bien compris nos motivations, approuv√© notre d√©marche, et reconnu eux aussi que le l√©gislateur n’avait pas √† faire l’Histoire.


question de : Internaute

Question : 1) Vous intervenez souvent sur le thème du génocide arménien : quels sont les ouvrages historiques que vous avez écrits à ce sujet ?
2) Que proposez-vous pour punir le crime de négationnisme, qualifié par Elie Wiesel de "double-meurtre" ?
3) Combien de fois avez-vous été en Turquie ?
Réponse :
Je ne prétends à aucune compétence sur le sujet.

question de : Centre de Recherches sur la Diaspora Arménienne

Question : Est-ce que le mot "génocide" est de même racine étymologique que "génétique", "gènes" ?
Réponse :
G√©nocide appartient √† la m√™me famille de termes. C’est l’extermination d’un groupe d√©finit par une communaut√© ethnique : la race.

question de : Internaute

Question : Contestez-vous √©galement la loi Gayssot qui prot√®ge la m√©moire des victimes de l’Holocauste ?

Quiconque connait un tant soit peu l’Histoire, sait que les historiens (en comman√ßant par les historiens grecs) ont en majorit√© interpr√©t√© l’histoire pour accomoder les gouvernant.

A mes yeux, votre position et celle de vos coll√®gues s’inscrit dans ce sch√©mas. Il est √©vident que votre d√©marche plaira au Quay d’Orsay.

Brf, cette loi est n√©cessaire, d’autant plus que ce g√©nocide non seulement n’a pas √©t√© reconnu par la Turquie, mais aussi parceque ce pays met en oeuvre un n√©gationnisme d’√©tat.
Réponse :
Je crois conna√ģtre moi aussi un peu l’Histoire et je ne partage aucunement la conclusion que vous tirez de votre propre connaissance et qui prouverait que les historiens ont √©t√© conduits par le plaisir de faire plaisir au gouvernement. Pourquoi faut-il que le soup√ßon remplace un jugement objectif ?

question de : scampee

Question : En France, concernant certains sujet, Les historiens sont ils réellement sous le joug de groupes de pressions cherchant à géner leur travaux?
Réponse :
Il y a au moins l’exemple de Grenouilleau, tra√ģn√© en justice pour un ouvrage dont l’objectivit√© est irr√©prochable et qui apport√© √† la connaissance d’un large public une histoire qui jusque l√† √©tait peu connue..


question de : Internaute

Question : M. R√©mond, tout simplement merci. Merci pour vos ouvrages qui m’ont fait me passioner davantage pour l’histoire.
Réponse :
A moi de vous remercier à mon tour pour votre aprréciation et vos encouragements.

question de : scampee

Question : Que pensez vous de l’affaire Bernard Lewis et de son lynchage m√©diatique en France?
Réponse :
Elle a ridiculis√© la France au regard d’historiens √©trangers.

question de : Internaute

Question : Bonjour M.Remond,
Pouvez vous me donner la d√©finition d’un "Historien" et est-ce qu’il existe une √©thique de l’Historien?
Merci pour la réponse.
Réponse :
Est historien √† mes yeux, quiconque s’int√©resse au pass√©, a le soucis de le comprendre, veille √† ce que l’objectivit√© l’emporte sur ses passions, et se conforme √† une √©thique car il existe assur√©ment une ethique de l’historien.

question de : Internaute

Question : Dire que l’esclavage qui est un crime contre l’humanit√© est seulement celui pratiqu√© par les blancs vis-√†-vis des noirs, et qu’il faut enseigner √ßa, ne serait pas un jugement sur l’histoire dict√© aux enseignants ?!
Réponse :
C’est l√† des m√©rites de la recherche conduite par Olivier P√©tr√©-Grenouilleau de prendre les traites n√©gri√®res au pluriel et dans leur totalit√©. Il y aurait une certaine forme de n√©gationnisme √† ne parler que de la traite transatlantique. Il est cependant compr√©hensible que dans l’enseignement fran√ßais, la traite transatlantique ait droit √† plus de place et d’attentions que la traite arabe et la traite interafricaine, parce qu’elle concerne notre histoire. Mais c’est le propre de l’Histoire d’inscrire des faits particuliers dans une perspective d’ensemble afin de les appr√©cier relativement.


question de : Internaute

Question : Rebonjour,
Dans le contexte actuel de repentance, on a débaptisé certaines rues portant des noms de personnalités compromises avec le fascisme ou ayant soutenu des thèses racistes de leur vivant (A. Carrel par exemple).
Si on était logique, il faudrait aussi
- débaptiser le lycée Charlemagne et enlever sa statue équestre du parvis de Notre Dame, parce que le grand empereur à accompli le premier génocide planifié scientifiquement en Europe, celui des Saxons
- d√©baptiser les rues et les √©coles Jules Ferry, pour ses d√©clarations √† la tribune de l’Assembl√©e en 1885 o√Ļ il justifiait sa politique colonialiste par la sup√©riorit√© de la race blanche sur les races de couleur
Réponse :
Les cons√©quences que votre question √©voque montrent la n√©cessit√© de ne juger une √©poque et les comportements des contemporains que dans le cadre du temps en r√©f√©rence aux crit√®res de l’√©poque. Il faut admettre que les jugements ont pu √©voluer et que notre d√©finition de la moralit√© a pu avec le temps se faire plus exigeante. L’Histoire c’est cela aussi, entrer dans l’intelligence des contemporains et tenir compte de ce qu’ils savaient et de ce qu’ils pensaient.

question de : scampee

Question : Monsieur Rémond, Je vous remercie de votre objectivité et salue vos travaux. Bonne continuation
Réponse :
Je remercie d’abord ce qui rendent hommage √† l’honn√™tet√© de ma d√©marche. Certains s’√©tonnent que je n’ai pas apport√© de r√©ponses pr√©cises sur telle ou telle question. C’est parce que je me fais une r√®gle comme tout historien de ne se prononcer que sur des sujets o√Ļ il a acquis par le travail une comp√©tence qui le qualifie pour avoir une opinion et porter un jugement. Tel n’√©tait pas le cas par exemple pour la question arm√©nienne, et c’est la raison pour laquelle, je me borne √† prendre acte de ce que pour le sujet il y ait des opinions diff√©rentes. Mais je ne pense pas que ce soit aux politiques de trancher le d√©bat. Leur l√©gitimit√© de repr√©sentant du peuple souverain ne leur conf√®re pas de comp√©tence particuli√®re sur des sujets qui exigent une investigation prolong√©e. Je suis heureux de constater que ce probl√®me du rapport entre la loi et l’Histoire suscite beaucoup d’int√©r√™t et d’intervention. Il le m√©rite car ses implications sont nombreuses. Philosophiques : il s’agit des conditions dans lesquelles on √©tablit la v√©rit√©. Juridique : Quel est le r√īle de la loi et du l√©gislateur ? Politique : le montre assez la passion qui inspire nombre d’intervention touchant √† la seconde guerre mondiale, √† la guerre d’Alg√©rie, √† la question arm√©nienne. Historique enfin : car c’est d’Histoire qu’il s’agit. Elle est le bien commun, c’est pourquoi il importe qu’elle ne soit accapar√©e ni par les historiens ni par les politiques.



Retour aux News



Source/Lien : Nouvel Obs



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org