Aujourd'hui : Dimanche, 29 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Interpol va former des policiers à la traque des criminels de guerre
Publié le :

Par AFP, publié le 21/01/2009 à 20:24

LYON - Génocide, crimes de guerre et crimes contre l'Humanité: Interpol organise pour la première fois un séminaire pour former une soixantaine de policiers de 22 pays à la traque des criminels de guerre, au siège de l'organisation à Lyon (centre-est de la France).

Ce séminaire de cinq jours qui se termine vendredi, a pour objectif de "donner aux pays qui en sont dépourvus les moyens de répondre aux demandes internationales" pour rechercher les personnes impliquées dans ce type de crime, explique à l'AFP Stefano Carvelli, un expert dans ce domaine de l'organisation internationale de coopération policière.

Des représentants de tribunaux pénaux internationaux de l'ONU, de la Cour pénale internationale sont là pour répondre aux participants. "Ici, ce n'est pas le bureau du shérif, avec des affiches +wanted, dead or alive+ sur les murs", plaisante cet officier italien du renseignement criminel.

"Notre travail consiste à diffuser chez nos membres des +notices rouges+ (avis de recherche) concernant des gens accusés de crime de guerre et recherchés", explique M. Carvelli.

Ces avis sont émis "dans le cadre juridique des résolutions de l'ONU, par des juridictions nationales". "Dans certains pays, la notice rouge sera suffisante pour procéder à l'interpellation de la personne recherchée. Dans d'autres, les autorités étudieront d'abord la demande avant de décider d'y donner suite ou non", poursuit M. Carvelli.

M. Carvelli refuse de se prononcer sur les pays les plus avancés en matière de traque des criminels de guerre. Il se borne à citer "un exemple parmi d'autres": l'arrestation, en février 2008, par la police tanzanienne, de l'ex-ministre rwandais de la Jeunesse, Calixte Nzabonimana, poursuivi par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

Interpol a juste "informé" les autorités tanzaniennes. "Nous ne coopérons qu'indirectement avec les tribunaux internationaux, qui recherchent actuellement des gens comme Ratko Mladic, l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, ou treize personnes impliquées dans le génocide rwandais", dit-il.

Interpol compte 187 pays adhérents, soit quasiment l'ensemble des pays du monde, à l'exception de certains pays dont la Corée du Nord.




Retour à la rubrique


Source/Lien : L'express



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org