Aujourd'hui : Mardi, 2 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
L'Arménie et la Turquie établissent des relations diplomatiques
Publié le :

LE MONDE | 09.10.09 | 15h36

Istanbul Correspondance

Jusqu'au dernier moment, la signature d'un accord entre la Turquie et l'Arménie est demeurée incertaine. C'est le ministère russe des affaires étrangères, à Moscou, qui a confirmé, jeudi 8 octobre, que le protocole serait paraphé par les deux pays samedi 10 octobre, à Zurich, en Suisse. Quelques heures plus tard, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, annonçait sa présence à cette cérémonie.

Pressés par les grandes puissances de s'entendre, les gouvernements arménien et turc vont signer un document qui prévoit la normalisation de leurs relations, l'échange de missions diplomatiques et la réouverture, dans un délai de deux mois, de leur frontière commune, fermée depuis 1993. L'accord, signé sous les auspices de la Suisse, devra ensuite être ratifié par les parlements des deux pays avant d'entrer en vigueur. "J'espère que le projet de loi sera envoyé à l'Assemblée quelques jours après la signature par le gouvernement", a déclaré le député du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir en Turquie, Murat Mercan, partisan de l'ouverture. "Une fois signé, cela n'aurait aucun sens de le retarder plus longtemps."

De part et d'autre, les responsables politiques restent d'une extrême prudence compte tenu des vives oppositions que ce rapprochement historique continue de susciter. Le président arménien Serge Sarkissian n'a d'ailleurs pas confirmé sa visite en Turquie, le 14 octobre, à Bursa, à l'occasion du match de football qualificatif pour la Coupe du monde 2010.

M. Sarkissian rentre d'une tournée épuisante dans les principaux foyers de la diaspora arménienne. En France, aux Etats-Unis et au Liban, le chef de l'Etat a été interpellé par les associations proches du parti nationaliste arménien Dachnak, qui s'oppose au rapprochement. A Paris, il a été malmené par quelques centaines de manifestants mais a par ailleurs reçu le soutien de Charles Aznavour, le chanteur d'origine arménienne. Les réserves au sein de la diaspora et, dans une moindre mesure, en Arménie, expriment la crainte d'un recul sur la question du génocide de 1915, dénomination toujours contestée par la Turquie.

Le cadre de la future coopération entre les deux pays prévoit, en des termes très vagues, la création de sept sous-commissions consacrées, pour la plupart à des sujets consensuels : échanges commerciaux, énergie, éducation, environnement, protection du patrimoine... Mais aussi une commission historique, chargée d'étudier "de manière scientifique et impartiale les données historiques et les archives pour définir les problèmes actuels", sans parler formellement de 1915.

L'autre sujet de discorde à surmonter pour les deux voisins est celui du Haut-Karabakh, une province séparatiste d'Azerbaïdjan à majorité arménienne, soutenue par Erevan et objet d'un conflit qui a fait plus de 30 000 morts dans les années 1990. C'est pour appuyer son allié azéri et étouffer l'Arménie, qu'Ankara avait fermé sa frontière en 1993. Seize ans plus tard, la question est loin d'être réglée en dépit de progrès. Serge Sarkissian et son homologue d'Azerbaïdjan Ilham Aliev, se sont rencontrés jeudi soir, en Moldavie pour évoquer le processus de paix. Le président azéri avait estimé avant l'entrevue qu'il observait "une dynamique positive" et que les négociations étaient "entrées dans leur phase finale".

En Turquie aussi, la politique d'ouverture du gouvernement est attaquée par l'opposition nationaliste, qui lui reproche de brader les intérêts de l'Azerbaïdjan, pays de souche turque. Bien que le document signé à Zurich n'en fasse pas mention, le premier ministre Recep Tayyip Erdogan affirme que la frontière ne rouvrira pas sans un retrait des troupes arméniennes des "territoires occupés". "Bien sûr, nous aimerions voir des progrès, mais nous n'espérons pas que la question soit résolue aujourd'hui", a commenté pour sa part Ahmet Davutoglu, le ministre des affaires étrangères.

Guillaume Perrier
Article paru dans l'édition du 10.10.09


Chronologie

1915
Génocide de plus d'un million d'Arméniens d'Anatolie.

1920
Fin de l'Empire ottoman. Création à l'est de la République soviétique d'Arménie.

1923
Création de la République de Turquie par Mustafa Kemal Atatürk.

1991
Indépendance de la République d'Arménie, reconnue par la Turquie.

1992-93
Soulèvement au Haut-Karabakh, enclave peuplée d'Arméniens en Azerbaïdjan, qui déclenche un conflit avec l'Arménie. La Turquie ferme sa frontière avec l'Arménie.

Sur le même sujet



Reportage Sur la frontière, les Turcs déchirés entre l'espoir d'une vie meilleure et le poids du passé

Editorial du "Monde" Arménie-Turquie





Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Monde



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org