Aujourd'hui : Mardi, 18 février 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Une junte issue des forces navales turques a projeté de faire tomber l’AKP en tuant des non-musulmans
Publié le :

TURQUIE

jeudi26 novembre 2009, par Stéphane/armenews

Une formation antidémocratique au sein du Commandement des Forces Navales Turques a projeté de détruire le parti AKP en assassinant des figures non-musulmanes en Turquie et en mettant le blâme pour les meurtres sur le parti a annoncé le quotidien turc Taraf dans son édition du 19 novembre.

Le plan détaillé se trouvait dans un CD saisi dans le bureau d’un Major à la retraite Levent Bektas, qui a été arrêté en avril pour ses liaisons avec le gang Ergenekon.

La police avait fait une incursion dans le bureau de Bektas peu de temps après la découverte d’une cache d’armes et la saisie d’un grand nombre de documents et CD. Une analyse technique a montré qu’un plan contre la population non-musulmane du pays était détaillé dans l’un des CD, appelé “ le Plan d’Action et d’Opération la Cage. ”

Le plan a été signé par lieutenant Colonel Ercan Kireçtepe et il était projeté qu’il soit mis en œuvre par une équipe de 41 membres du Commandement des Forces Navales. Le résultat désiré des assassinats de figures non-musulmanes et via la propagande devait être une augmentation de la pression interne et externe sur la parti AKP.

Le plan d’action serait exécuté pour prêter appui aux suspects arrêtés dans le cadre de l’enquête sur Ergenekon.

Le plan était divisé en quatre phases ; “préparation”, “ élévation des craintes ” “ formation de l’opinion publique ” et “ action. ”

Au cours de la phase “ Préparation”, les noms et les adresses des non-musulmans du pays devaient être déterminés. Alors il serait vérifié à quels journaux et des magazines ils souscrivent ; à quelles écoles ils travaillent ou envoient leurs enfants ; aux associations ou fondations dont ils sont les membres ; aux édifices religieux qu’ils fréquent ; et où ils tiennent leurs célébrations religieuses et rituels.

Alors le plan d’action devait passer à la deuxième phase qui consistait en poster les noms des abonnés à Agos sur les sites web, particulièrement “réactionnaires”. Des lettres comprenant des messages menaçants devaient être envoyées aux abonnés d’Agos et ils devaient recevoir aussi des coups de fil menaçants. Des messages semblables devaient être écrits sur un bon nombre de murs de bâtiments dans la zone Adalar, qui est majoritairement formé de centaines de familles non-musulmanes.

Dans la phase “ formation de l’opinion publique ” la liste des abonnés d’Agos serait publiée dans des journaux. Les débats de TV se concentreraient sur les articles et les commentateurs seraient pressés d’écrire des colonnes sur eux.

Le gouvernement du parti AKP serait accusé d’ignorer “ la menace ”. Les médias rappelleraient les incidents des 6 et 7 septembre 1955, une campagne dirigée par l’état pour intimider les communautés non-turques et les inciter à quitter le pays.

Plusieurs sites web devaient être établis pour disséminer de la propagande contre le parti AKP et critiqueraient sa politique intérieure. Les sites web devaient avoir des noms tels que “www.tehditaltindayiz.com” (Nous sommes sous la menace) et “www.agosasahipcikalim.com” (On va protéger Agos).

La phase la plus épouvantable du plan, “Action”, devait inclure l’assassinat de figures non-musulmanes. Comme partie de cette phase, des attentats à la bombe devaient être lancés dans le quartier d’Adalar ; les figures qui défendent les droits des non-musulmans devaient être assassinées ; des bombes placées près d’Agos ; les bateaux portant des passagers au quartier Adalar devaient être bombardés ; les hommes d’affaires non-musulmans et des artistes devaient être enlevés ; et leurs maisons et bureaux incendiés. Les individus qui revendiqueraient les incidents l’auraient fait de la part “ d’organisations réactionnaires terroristes. ”

Puis la propagande aurait indiqué l’AKP comme la cause des incidents. Le parti serait accusé de ne pouvoir assurer la sécurité des non-musulmans dans le pays. Le plan d’action avait défini le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan comme “un ennemi”.

Le plan d’action a appelé les meurtres de Hrant Dink et du prêtre Andrea Santoro et de trois chrétiens dans Malatya comme “une opération”.

“ Ces opérations ont créé un grand tollé public que les non-musulmans dans le pays étaient la cible de groupes réactionnaires. Mais la société s’est mise debout avec les non-musulmans avec la campagne " nous sommes tous des arméniens". Maintenant, nous continuerons la propagande, montrant que la cause derrière les meurtres était le parti AKP et des organisations réactionnaires ” dit le plan.

Le plan a aussi révélé que la formation antidémocratique dans le Commandement des Forces Navales a été menée par trois amiraux, identifiés avec leurs initiales F.O., K.S. et M.F. I.

De nombreux autres membres du même commandement ont été identifiés par leurs initiales.




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org