Aujourd'hui : Mercredi, 23 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Un veto bulgare à l'entrée de la Turquie dans l'UE ?
Publié le :

07.01.10 - 16:57

Un nouvel obstacle semble se dresser sur le chemin de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne : son voisin bulgare lui réclame des compensations financières pour l'expulsion de populations bulgares de Thrace orientale après les guerres balkaniques de 1912-1913.

Pendant l'été 1913 éclate ce que l'on appelle la deuxième guerre balkanique : la Bulgarie lance une offensive mais est défaite par une alliance hétéroclite rassemblant Serbes, Grecs, Roumains et Turcs. Sofia doit rendre une bonne partie des ses gains territoriaux arrachés lors de la première guerre balkanique : la Dobroudja va à la Roumanie et Edirne, l'ancienne Andrinople en Thrace orientale redevient ottomane.

Plus de 250 000 Bulgares doivent quitter l'empire ottoman. En 1925, un accord sur la valeur des biens qu'ils ont abandonné fixe des dédommagements mais ceux-ci ne sont jamais versés.

En 1983, le ministère bulgare des Affaires étrangères estimait cette valeur à 10 milliards de dollars. A présent Sofia avance le chiffre de 14 milliards d'euros et le nouveau gouvernement de droite entend bien les récupérer : il pourrait porter plainte contre la Turquie cette année.

Un veto ?

"Ce sera notre condition absolue dans les négociations d'entrée d'Ankara", déclare Bojidar Dimitrov au journal bulgare 24 Heures. "La Turquie peut payer : après tout, n'est-ce pas la seizième économie mondiale ! Et quand elle rejoindra l'UE, elle sera encore plus puissante parce que de nombreuses taxes et impôts indirects seront supprimés".

Cela tombe fort mal pour la Turquie qui a engagé des négociations d'adhésion à l'Union européenne en 2005. Des négociations qui achoppent déjà sur le refus d'Ankara d'ouvrir ses ports et aéroports aux avions et bateaux chypriotes et sur la volonté de la France et de l'Autriche d'organiser un référendum à ce sujet.

JFH avec Le Figaro




Retour à la rubrique


Source/Lien : RTBF



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org