Aujourd'hui : Mercredi, 17 octobre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Cédant à la pression, Ayalon renouvelle ses excuses à la Turquie
Publié le : 25-01-2010

REVUE DE PRESSE

dimanche24 janvier 2010, par Stéphane/armenews

Le ministre des Affaires Etrangères Adjoint Danny Ayalon a envoyé une lettre d’excuses hier à l’ambassadeur turc pour des mauvais traitements qui s’étaient produits lors d’une réunion il y a quelques jours, cette semaine. A cette réunion auquel Ayalon avait convoqué l’envoyé turc, le ministre avait attiré l’attention des cameramen sur le fait que l’ambassadeur Ahmet Oguz Celikkol avait été installé dans une chaise plus basse et qu’aucun drapeau turc n’était présent.

La lettre d’hier, rédigée après que des pressions soient exercées par le président Shimon Peres et le chef de cabinet de l’ex-premier ministre, visait à dissiper une détérioration des relations entre Israël et la Turquie.

"Je veux exprimer mon respect personnel pour vous et pour le peuple turc et vous assurer que bien que nous ayons des différences d’opinion sur plusieurs questions, elles ne devraient être discutées et résolues que par les voies diplomatiques ouvertes, réciproques et respectueuses entre nos deux gouvernements, " a écrit Ayalon.

"Je n’avais aucune intention de vous humilier personnellement et vous fais mes excuses pour la façon dont la démarche a été conduite et perçue. Je vous prie de transmettre cela au peuple turc pour lequel nous avons un grand respect. J’espère qu’à la fois Israël et la Turquie s’efforceront d’envoyer les messages par les voies diplomatiques et courtoises comme devraient le faire deux alliés."

Le ministre des affaires étrangères à Ankara a rendu public une déclaration en réponse aux excuses d’Ayalon, disant que "la Turquie accepte les excuses d’Israël et a retiré la menace de rappeler son ambassadeur."

Le chemin vers la résolution était plein de zigzags et de bévues de la part de fonctionnaires de haut rang des ministères des affaires étrangères, ainsi qu’un surprenant comportement hésitant du premier ministre Benjamin Netanyahou.

Conformément à la ligne politique de "restauration de l’honneur national" adoptée, le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman et son adjoint avaient décidé de réprimander l’ambassadeur de Turquie dans le ministre des affaires étrangères. Mais Ayalon et Lieberman ont dû ensuite se sortir eux-mêmes de cette tension dans les relations turco-israéliennes.

Mardi après-midi, 24 heures après l’épisode de la réprimande, Ayalon avait dit qu’il ne regrettait pas l’incident et qu’il ne demanderait pas d’excuses. Mais tard dans la soirée de mardi, il avait rendu publique une déclaration disant que "je n’ai pas pour habitude d’insulter les ambassadeurs étrangers", et "au futur, je clarifierai ma position par des moyens diplomatiques plus acceptables."

La déclaration, qui a été communiquée aux media, était également envoyée à l’ambassadeur d’Israël en Turquie, Gabi Levy, qui l’a dictée au téléphone au directeur général du ministère turc des affaires étrangères, Feridun Sinirloglu. "Ce ne sont pas des excuses," fut la réponse turque. Haaretz a appris que les premières excuses n’ont pas été acceptées parce que les fonctionnaires du ministère des affaires étrangères n’ont pas examiné si elles étaient acceptables ou non avant d’y répondre.

Les résultat fut un ultimatum public du président turc Abdullah Gul demandant des excuses officielles d’Israël dès la nuit dernière, ou l’ambassadeur turc serait rappelé. Le ministre des affaires étrangères turc a également envoyé des messages à Jérusalem sur les termes d’une lettre d’excuse qui mettraient fin à l’affaire.

Des messages étaient aussi relayés via l’ambassade d’Israël à Ankara et par le biais du chef du cabinet de l’ex-premier ministre, Dov Weissglas, de qui les turcs se sont rapprochés pour passer un message à Lieberman et Ayalon. Weissglas qui refusa de répondre à des questions d’Haaretz, est un ami proche des deux et a servi avec Ayalon comme "lobbyiste" pour le gouvernement turc aux Etats-Unis sur la question du Génocide Arménien.

Hier soir, Peres a appelé Netanyahou pour mettre un terme à l’affaire avant que des dommages irréparables soient faits aux relations. Les deux ont ensuite appelé Lieberman, qui se trouve actuellement à Chypre. Peres a ensuite appelé Ayalon et lui ont dit que seules des excuses mettraient fin à l’affaire. Ayalon accepta et envoya la lettre juste avant 20 heures.

Pendant les premières 24 heures après la réunion Ayalon-Celikkol, Natanyahou n’a pas répondu. C’est seulement mardi soir que son cabinet fit une déclaration disant que Netanyahou avait critiqué le style de la réunion de réprimande. C’est seulement après que Peres lui ait téléphoné qu’il commença à faire pression pour une lettre d’excuses.

"Le premier ministre espère que l’incident est à présent clos", a annoncé le cabinet de Netanyahou dans une déclaration. "La position du premier ministre était constante tout au long de l’affaire. Le premier ministre est préoccupé par la distanciation des relations turco-israéliennes et a orienté les fonctionnaires vers la recherche de solutions pour arrêter cette tendance."

Parlant hier de cette affaire devant la Knesset, Ayalon disait que " je pense qu’aujourd’hui Israël est plus respecté, ses positions sont davantage prises en compte, et nous continuerons à nous comporter de la façon respectable qui convient pour protéger les intérêts d’Israël. Ayalon a dit qu’il pensait qu’à la fois Israël et la Turquie bénéficieraient finalement de cette affaire.

Haaretz

Traduction Gilbert Béguian




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org