Aujourd'hui : Mercredi, 26 juillet 2017
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Site officiel du Centenaire du génocide arménien de 1915
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2010 - Part I
Publié le : 17-11-2011

Le Collectif VAN alimente un Observatoire du Négationnisme, accessible en ligne. Il vous propose ici un récapitulatif des principaux faits et articles négationnistes relevés depuis 2006. Ce listing répertorie également quelques faits positifs.


Reproduction autorisée en citant la source : Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme















Jean-Paul Bret, abusivement poursuivi pour discrimination




Observatoire 2010 - Part I




- Le 04 janvier 2010: Publication d’un ouvrage négationniste sur le sol français. « Génocide arménien : Et si on nous avait
menti »
- Yves Bénard http://turquie-news.com/spip.php?article3326



- Le 05 janvier 2010: Procès - Le mardi 5 janvier 2010 à 14 heures, Movses Nissanian, l'un des conseillers municipaux du Maire socialiste de Villeurbanne Jean-Paul Bret, a été de nouveau convoqué devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon (rue Servient - Lyon 3ème). Descendant de victimes du génocide arménien de 1915, Movses Nissanian est accusé d'injure envers l'auteur d'un article visant à relativiser le génocide arménien et à inverser le rôle des victimes et des bourreaux, mis en ligne le lundi 11 février 2008 par le site Turquie Européenne '"Un génie méconnu : Jean-Paul Bret".
Lyon : procès du génocide arménien
Droit de réponse



- Le 05 janvier 2010: Une cour française a rejeté la plainte abusive de Sırma Oran Martz, à l'encontre de Jean-Paul Bret, Député-Maire de Villeurbanne. La plaignante a également été condamnée à payer 1500 euros d’amende, pour constitution de partie civile abusive. Sırma Oran-Martz aurait expliqué à l’Agence turque Anatolie que ce jugement aura, entre autres, des effets négatifs pour les Arméniens vivant en Turquie... A noter également, le titre du Today’s Zaman qui transforme le rejet de la plainte de Sırma Oran-Martz, en condamnation d’une « femme turque » dans « une affaire de ‘génocide’ », sans oublier bien sûr, les guillemets au mot génocide.
Turquie : l’affaire de la « discrimination »
Procès Oran/Bret : un jugement exemplaire
Jean-Paul Bret relaxé, la plaignante condamnée pour procédure abusive
Relaxe pour le maire de Villeurbanne Jean-Paul Bret
Affaire de discrimination: le maire de Villeurbanne relaxé
Discrimination à Villeurbanne : le maire relaxé
Accusé de discrimination, le maire de Villeurbanne relaxé
Le tribunal relaxe J.P. Bret et condamne Sirma Oran



- Le 07 janvier 2010: Le site négationniste Turquie News présente son compte-rendu de l'audience du procès de Lyon. Entre autres contre-vérités et présentations tendancieuses, l'article vise à ridiculiser et décrédibiliser l'historien Philippe Videlier, témoin de Movses Nissanian lors du procès du 5 janvier. Contrairement à ce qui est affirmé dans l'article mis en ligne le 7 janvier 2010, Gilles Veinstein, Historien, Professeur au Collège de France, fait bien partie de l’Institut du Bosphore, premier think-tank entièrement dédié aux relations entre la France et la Turquie. Il n'est pas précisé sur le site de l'Institut du Bosphore, si Gilles Veinstein est "membre du Conseil d’Administration de l’Institut du Bosphore" comme l'aurait affirmé Philippe Videlier, mais son appartenance au Comité Scientifique y est en tous cas clairement indiquée ; et ce d'autant plus que Monsieur Veinstein a même lancé officiellement cet organisme le 8 septembre dernier.
Turquie News : bien-pensance et malfaisance



- Le 13 janvier 2010: Dans le cadre de la Saison turque en France, le Consul de Turquie est reçu au Lycée Chateaubriand de Combourg et déclare aux élèves « Il s’agit d’un massacre, pas d’un génocide. Une commission d’historiens a été créée en 2009 pour décider ». Le temps d’une rencontre, le soin « d’instruire » les élèves d’un lycée public français a été confié au représentant d’une puissance étrangère, notoirement négationniste, et régulièrement condamnée pour violations des droits de l’homme. http://turquieeuropeenne.eu/travelling-istanbul-le-consul-general-de-turquierencontre-les.html



- Le 14 janvier 2010: En août 2007, une controverse avait vu le jour aux Etats-Unis, à Watertown dans le Massachusetts, où la Ligue Anti-Diffamation (ADL) et son programme communautaire « Pas de Place pour la Haine » avaient divisé les organisations juives des USA autour de la reconnaissance du génocide arménien aux USA et en Israël. A l’occasion aujourd’hui, de l’élection visant à reprendre le siège de Sénateur laissé vacant par le décès du démocrate Ted Kennedy, lui-même ardent défenseur de la reconnaissance du génocide arménien par les USA, on assiste à un nouveau rebondissement de „l’Affaire“ ADL. Un Arméno-Américain, David Boyajian, dénonce le fait que le procureur général Martha Coakley, actuelle candidate démocrate au siège du légendaire sénateur du Massachusetts, ait, à l’époque de ce scandale, accepté le prix “Woman of Valor” de l’ADL. Il demande que Coakley rende son trophée. Les sondages donnent Coakley ex-æquo avec le Républicain Scott Brown : de quoi inquiéter M. Obama, qui est allé dimanche à Boston pour parler en faveur de Martha Coakley, dans un Etat pourtant connu pour être majoritairement acquis aux démocrates.
USA : le génocide arménien, invité des élections partielles ?



- Le 14 janvier 2010: L’information sur la condamnation de Sirma Oran a été reprise de façon très différente dans la presse turque. Selon Hürriyet le quotidien a annoncé que Sirma Oran, qui est la fille d’un universitaire renommé Baskin Oran, a été condamné a versé 1500 euros par une cour française parce qu’elle a refusé de dire que les « incidents de 1915 qui ont eu lieu dans les derniers jours de l’Empire Ottoman étaient équivalents à un génocide arménien ». Décrivant la décision de la cour comme “embarrassante”, Sirma Oran a dit qu’elle défierait le verdict devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme.
Sirma Oran : « Je vais faire appel de la décision »



- Le 17 janvier 2010: Un concert s'est tenu en Belgique, à la gloire des meurtriers du journaliste Arménien de Turquie, Hrant Dink, assassiné à Istanbul le 19/01/2007. Ce dimanche (17/01/10), à peine une cinquantaine de militants et de sympathisants d’extrême droite turque était réuni dans la salle Nazar Dügün Salonu (ex-Marignan) au 33 Chaussée de Louvain à Saint-Josse dans le but d’assister à ce concert d’Arif Sirin (alias Ozan Arif), artiste militant à la droite du MHP (Milliyetçi Hareket Partisi – Parti d’Action Nationaliste, extrême droite nationaliste turque) et auteur des paroles d’une chanson « Plan yapmayin plan » (Des plans, ne faites pas des plans).
Concert des « loups gris » sponsorisé par les autorités belges ?



- Le 19 janvier 2010: Le Comité des Arméniens de Belgique écrit à Euronews à propos de l'émission « Reporters », diffusée le 10 janvier 2010, et comprenant une séquence consacrée au conflit du Haut-Karabagh, intitulée : « Conflit du Haut-Karabagh : voyage chez les déplacés azerbaidjanais ». Ce reportage tourné du côté azerbaidjanais reflète le seul point de vue de ce pays au sujet d’un conflit ancien, complexe et dont la dimension dépasse en tous cas largement le cadre bilatéral. Le Comité proteste également sur le fait que "le seul document figurant sur la page «Arménie» [du site d'Euronews], évoquant le « passé sanglant » des Arméniens de Turquie, présente le génocide non pas comme un fait, mais comme une prétention de la République d’Arménie." Et Michel Mahmourian, le Président du Comité des Arméniens de Belgique , ajoute : " Il est regrettable qu’un grand média européen, comme le vôtre, donne ainsi la désagréable impression de s’aligner sur la doctrine négationniste d’Ankara, au moment où l’Union européenne invite ses Etats membres à renforcer leur législation pénale antiraciste et anti-négationniste. "
Fanatisme turco-azéri : "un gaz hautement inflammable" sur Euronews



- Le 24 janvier 2010: Yossi Sarid, homme politique et journaliste israélien, jette un pavé dans la mare. Il signe dans le quotidien israélien Haaretz, un article où il critique avec force la moralité à géométrie variable de l’Etat d’Israël qui utilise la « menace » de la reconnaissance du génocide arménien au gré de ses relations fluctuantes avec la Turquie. Yossi Sarid termine avec ce constat amer : « Supposons que la Turquie renoue ses liens avec Israël comme par le passé. Et ensuite ? Ensuite quoi ? Est-ce que nous renouvellerons notre contribution à la négation du génocide arménien ? ».
Israël et le génocide arménien



- Le 26 janvier 2010: Le quotidien turc anglophone Today’s Zaman revient sur les réactions du gouvernement turc concernant la déclaration de la Cour Constitutionnelle d’Arménie. Selon cet article, « la décision du gouvernement turc d’exhorter l’Arménie à corriger la décision de la Cour apparaît comme une excuse donnée par Ankara pour traîner des pieds et ne pas faire d’efforts pour ratifier les protocoles. De plus, Ankara savait qu’Erevan n’avait pas abandonné sa politique de revendications territoriales et de reconnaissance du génocide, lorsque l’Arménie a signé les protocoles, puisque il n’y avait pas de conditions préalables. » Pour le Today’s Zaman, ceci montre que le parti au pouvoir, le Parti pour la Justice et le Développement (AKP), a cédé au chantage des partis nationalistes et ultranationalistes turcs, créant un obstacle à la réconciliation arméno-turque.
Turquie : l’AKP cède à l’opposition nationaliste



- Le 27 janvier 2010: Les commentaires selon lesquels le congrès américain pourrait reconnaître les événements de 1915 comme « un génocide », ont apparu une nouvelle fois. La prise de position de la Turquie à ce sujet est nette. Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoğlu a affirmé qu'une telle décision n'était pas attendue et qu'en cas de l'adoption de cette décision, le processus de normalisation des relations turco-arméniennes serait détruit.
Evénements de 1915



- Le 29 janvier 2010: Le chercheur Nil Agopoff écrit à Denis Bruckmann, Directeur des collections, Bibliothèque nationale de France (BnF) au sujet du colloque "Le Livre dans l'Empire ottoman et la Turquie contemporaine, acteur de modernité". Depuis son début, la Saison de la Turquie en France occulte régulièrement le crime imprescriptible de génocide qui fut perpétré à l'encontre des Arméniens en 1915 par le Gouvernement Jeune-Turc de l'Empire ottoman -un génocide pourtant reconnu publiquement par la France avec la loi du 29 janvier 2001. Dans la programmation de la Saison, il y a escamotage thématique de l'organisation de ce nettoyage ethnique de la population autochtone de l'Arménie occidentale qui se trouvait dans l'Empire ottoman. De nombreuses communautés arméniennes du Kurdistan, de l'Anatolie et de la Thrace furent aussi éradiquées. Sémantiquement, on cherche à construire une non-existence de l'extermination d'un million et demi de civils innocents. Omissions intentionnées, non-dits, mutismes, minimisations, édulcorations, distorsions, sont les approches et les méthodes employées par des conférenciers de la Saison -en particulier par ceux qui sont des fonctionnaires officiels de l'appareil administratif et diplomatique de l'État turc.
Lettre ouverte à M. Denis Bruckmann, de la BnF



- Le 04 février 2010: Eren Keskin, vice-présidente de l’Association Turque des Droits de l’Homme (İHD) et ancienne présidente de la section d’Istanbul, signe dans The Armenian Weekly (Boston), un article éminemment courageux. L’intellectuelle turque n’hésite pas à pointer la continuité de la mentalité génocidaire qui prévaut en Turquie : « 1915 était un génocide et Hrant Dink a été massacré par les partisans de la mentalité de ceux qui ont commis le génocide. » Elle salue la mémoire du journaliste arménien de Turquie, assassiné le 19 janvier 2007, et rappelle que « son crime était d’être un Arménien (!) et d’avoir “rappelé leurs crimes aux criminels (!)” ». Au-delà des cercles nationalistes, Eren Keskin adresse ses reproches à « Ceux qui ne disent pas explicitement “génocide”, ceux qui sont toujours ambivalents, ceux qui restent silencieux, qui ont peur ».
Une intellectuelle turque parle du génocide arménien



- Le 09 février 2010: À cause de ses critiques sur le déroulement du procès des assassins de Hrant Dink, le journaliste Cengiz Çandar est poursuivi pour outrage à magistrat et encourt une peine de prison de un à trois ans. Reporters sans frontières est indignée par l’ouverture de ce procès à l’encontre du grand journaliste, chroniqueur du quotidien turc Referans. L’article « Ils se moquent de Hrant et de la Justice », daté du 9 février dernier, a valu à Cengiz Çandar l’accusation « d’insulte à un fonctionnaire dans le cadre de ses fonctions ». Le journaliste y évoquait les derniers développements de l’audience du 8 février 2010, estimant qu’un procès équitable ne pouvait être conduit par le président de la 14ème chambre de la Cour d’assises, Erkan Çanak, juge incompétent qui « ne donne pas l’impression d’œuvrer pour la justice ».
Turquie: Un journaliste risque la prison pour les critiques du procès des assassins de Hrant Dink



- Le 09 février 2010: Le Ministère turc de l’Education Nationale a interdit le mot Ararat dans les livres de géographie du pays. Selon l’agence de presse Firat, les nationalistes de Turquie et les dirigeants du parti Justice et Développement ont classé le mot Ararat parmi ceux qui sont interdits et lié au génocide arménien. Ararat symbolise le génocide arménien ont-ils expliqué.
Le gouvernement turc interdit le mot Ararat dans les livres de géographie



- Le 09 février 2010: Le ministre des Affaires Etrangères turc Ahmet Davutoglu a dénoncé une Commission du Congrès des Etats-Unis, qui a prévu d’examiner, début mars, une résolution sur le génocide arménien. Une procédure législative qui interviendra avant le 95ème anniversaire du génocide de 1915. Les responsables arméniens ont, eux, indiqué leur satisfaction.
Génocide arménien : la Turquie critique les USA



- Du 09 au 16 février 2010: à Rennes : Le Festival Travelling Istanbul se déroule dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, sous l’égide du ministère français de la Culture. Il « a ainsi profité d’un soutien financier et logistique bienvenu », selon l’éditorial de l’Association Clair-Obscur, organisatrice de ce festival de cinéma de Rennes Métropole. Les programmes officiels du Festival Travelling Istanbul, imprimés par l’Association Clair-Obscur, et qui contiennent à l’origine en page 3, une présentation chronologique de l’Histoire de la Turquie, sont tous censurés. Cette chronologie faisait en effet mention du génocide arménien de 1915 et de la pétition d’excuses des intellectuels turcs de 2008 : elle est masquée in extremis par une photo collée sur la page 3 des 40 000 exemplaires du programme.
Cachez ce génocide que je ne saurais voir



- Le 10 février 2010: Le reportage « Les victimes oubliées d’un conflit gelé », diffusé sur la chaîne internationale Euronews le 1 février 2010, rend indispensable la clarification de certains points concernant le conflit en question. Est-il juste de parler des « tombes des ancêtres restées au Karabakh », alors qu’en temps de paix l’Azerbaïdjan a fait détruire à Djougha, au Nakhitchévan, les monuments arméniens médiévaux, dans le but d’effacer toute trace arménienne « des terres ancestrales azéries » ?
Le CCAF réagit au reportage « Les victimes oubliées d’un conflit gelé »



- Le 11 février 2010: Homère a dû se retourner dans sa tombe : un économiste invité sur France5 dans l’émission « C à dire », jeudi 11 février 2010 à 17h30, a affirmé que « cela fait 3 500 ans qu’il y a la guerre entre les Grecs et les Turcs ». Cette personnalité, ainsi que le journaliste qui n’a pas jugé bon de relever cette erreur, devraient relire L'Iliade, le plus ancien récit de l’Antiquité traitant de l’épopée mythique de la guerre de Troie. Si les vestiges de Troie se situent bien dans la province de Çanakkale, sur la butte d’Hissarlik (actuellement en Turquie), les Troyens de l’Antiquité n’ont bien sûr rien à voir avec les Turcs, peuple nomade originaire d'Asie centrale, qui envahirent à partir du XIe siècle, le Royaume d’Arménie et Byzance, soit des millénaires après la légendaire Guerre de Troie chantée par Homère dans l’Iliade. Ce poème porte d’ailleurs ce nom car le nom grec de la ville de Troie est Ilion. Au fait, comment « disait-on » Ilion en turc en 1184 av. J.-C. ?
L’Histoire : le talon d’Achille de certains économistes ?



- Le 12 février 2010: Le site du journal arménien de Turquie, Agos, a été piraté et sa page d'accueil a été remplacée par la photo d'Ogun Samast, meurtrier présumé du journaliste arménien Hrant Dink, rédacteur en chef d'Agos, assassiné le 19 janvier 2007 à Istanbul. En arrière-plan, apparaît le drapeau turc, accompagné d'un texte où l'on menace d'attaques futures, ceux qui "n'aiment pas la Turquie".
Turquie : apologie de crime, menaces et piratage d'Agos
Turquie : attaque virtuelle contre Agos
Le site du journal de Dink piraté par des admirateurs des assassins
Les démocrates de Turquie défendent Agos
Un journal arménien piraté en Turquie



- Le 13 février 2010: Le Prof. Baskın Oran, chroniqueur chez Agos, journal arménien de Turquie dont le rédacteur en chef, Hrant Dink, a été assassiné le 19 janvier 2007, avait porté plainte contre Mustafa Balbay, l’un des inculpés du procès Ergenekon, car ce dernier l’avait insulté lors d’une émission télévisée en disant que Baskin Oran « était acheté » [par les Arméniens]. Mustafa Balbay avait été condamné à payer un dédommagement moral par le 16ème Tribunal d’Instance d’Ankara. La 4ème Chambre de la Cour de Cassation vient d’annuler à l’unanimité cette condamnation. La Cour de Cassation a justifié cette décision par le fait que le Prof. Oran écrivait dans Agos… En Turquie, il est donc légitime de calomnier Agos, ou l’un des rédacteurs d’Agos : Baskin Oran est déterminé à porter l’affaire à Strasbourg.
Turquie : Baskin Oran ira à Strasbourg



- Le 16 février 2010: Un internaute signale qu'à l'occasion du Festival Travelling Istanbul à Rennes, les programmes distribués contenaient une présentation historique succinte de la Turquie, mais qu'une photo collée sur tous les programmes, masquait le texte initial. Et pour cause, ce dernier signalait, pour les années 1915-1917, le génocide des Arméniens... Par ailleurs, le Consul Général de Turquie, Ugur Ariner, qui a été reçu au lycée Chateaubriand à Combourg a répondu à la question d'un étudiant au sujet du génocide arménien : « Génocide implique une intention. Il s'agit d'un massacre, pas d'un génocide. Une commission d'historiens a été créée en 2009 pour décider. » De l'art et de la manière de transformer l'histoire et de rouler dans la farine, enseignants, étudiants et journalistes.
Festival Travelling Istanbul : la Culture au service du négationnisme ?



- Le 18 février 2010: Une ONG turque, Turk Buro-Sen, a officiellement porté plainte au Ministère public d’Ankara contre l’église arménienne Surb Grigor Lousavorich d’Istanbul. L’agence turque Ankara a annoncé que le Turk Buro-Sen accuse l’église arménienne de « d’incitation à la haine entre les gens » ” et « insulte ».
Une ONG turque attaque l’église arménienne



- Le 19 février 2010: "A l’approche du 24 avril 2010, alors que les enfants et petits-enfants des survivants s’apprêtent à commémorer le génocide des Arméniens, nous constatons que le négationnisme connait un regain d’activité. Les négationnistes sont beaucoup plus actifs sur Internet où ils exploitent la liberté de communication pour nier le génocide des Arméniens et diffuser l’idéologie nationaliste turque. Ainsi les sites internet, blogs, groupes sur les réseaux sociaux (tels que facebook) et autres forums, sont assaillis par des internautes niant le génocide des Arméniens. L’argumentaire classique des négateurs consiste à nier le crime, minimiser les souffrances des victimes, relativiser la responsabilité du coupable voire accuser les Arméniens d’être eux-mêmes les « génocideurs » du peuple turc. Pour résumer leurs argumentaires qui sont très souvent identiques : « en 1915, il ne s’est rien passé, mais les Arméniens l’ont bien cherché »."
Génocide arménien : recrudescence du négationnisme sur Internet



- Le 24 février 2010: Le compositeur turc Yagoub Mutlu, qui était présent lors des finales nationales d'Arménie, a accusé la chanson qui représentera l’Arménie à l’Eurovision, « Apricot Stone » [noyau d’abricot], d'avoir un message politique clair. Mutlu, qui assure au public que «Je ne suis pas un ennemi des Arméniens », a affirmé que les sept premières lignes de la chanson de Eva Rivas traitent du génocide arménien ; il considère que le terme "patrie" fait référence à des territoires turcs, et que le reste de la chanson est un message clair visant la Turquie. L'histoire a été publiée dans plusieurs journaux turcs et azerbaïdjanais, comme Ajansi Anadolu (Agence de presse Anatolie), l'Azeri Press Agency, CNN Turk, et Radikal. Une polémique tirée par les cheveux, qui prouve hélas que la paranoïa vis-à-vis du génocide arménien et des réparations, hante la société civile turque. L’Eurovision semble être un territoire de choix pour la propagande anti-arménienne : en 2006, André, le chanteur originaire du Karabagh qui représentait l’Arménie lors de la première participation du pays à l’Eurovision, avait reçu des menaces de mort de la part de sites turcs et azéris. Ces sites, consacrés à l’Eurovision, étaient devenus des vitrines du négationnisme du génocide arménien.
Eurovision : génocide et compote d’abricots



- Le 24 février 2010: L’Organisation pour le Combat Contre les Allégations Sans Fondements Arméniennes (ASIMED) a pris la décision d’envoyer un courrier et un CD sur les « atrocités arméniennes » aux principales autorités et parlements dans le monde dans le cadre d’une nouvelle campagne négationniste.
L’ASIMED lance une campagne mondiale contre la diaspora arménienne



- Le 26 février 2010: Il y a 22 ans, les 27, 28 et 29 février 1988, en réponse aux manifestations pacifiques qui se déroulaient à Erevan et à Stepanakert, et qui avaient pour revendication le « transfert de la région autonome du Haut-Karabagh de la République Soviétique d’Azerbaïdjan à la République Soviétique Socialiste d’Arménie », la population arménienne de la ville de Soumgaït en Azerbaïdjan a été victime de pogroms de la part des milices azéries, avec la complicité criminelle des autorités azerbaïdjanaises de l’époque et dans une atmosphère d’hystérie anti arménienne qui a embrasé tout l’Azerbaïdjan. Il est déplorable de constater toutefois que Bakou officiel persiste dans sa propagande anti arménienne et ne cesse de mettre en avant la solution militaire pour régler le conflit du Karabagh. Loin de s’engager sur la voie de la réconciliation et encore moins sur celle du repentir, les autorités azéries sont allées jusqu’à élever au rang des héros les auteurs de la barbarie anti arménienne.
Azerbaïdjan : le pogrom anti arménien de Soumgaït
Le procès des crimes de Soumgaït (Février 1988)
Permanence haineuse en Azerbaïdjan contre les Arméniens
Les Arméniens commémorent le 22ème anniversaire des pogroms de Soumgaït



- Le 01 mars 2010: Lundi 1er mars 2010, alors que le nouveau site arménien www.xocali.net était déjà hacké par les pirates informatiques azéris, la presse d’Arménie ne faisait encore état que de menaces d’attaques lancées à l’encontre du site. www.xocali.net est depuis de nouveau accessible en ligne mais son nom sur Google est désormais remplacé par « Hacked by Azerbaijan Defacers » et certaines images du site sont manquantes, ainsi que quelques liens. Le journal arménien www.aysor.am révèle que les Azéris ont d’abord cru que le site xocali.net était un site anti-arménien et ont contribué à sa renommée avant d’en lire finalement le contenu qui démasque, en six langues (anglais, russe, azéri, allemand et bientôt en français et farsi), la propagande mensongère de l’Azerbaïdjan concernant le „génocide“ de Khodjalou. Des sites soutenus par les autorités azéries ont appellé au défaçage du site arménien. Voir le texte complet des pirates négationnistes azéris sur le pdf à télécharger en fin d’article.
Azerbaïdjan : appel au piratage informatique
Xocali.net : le site qui dénonce la contrefaçon azérie
Le mythe du génocide de Khodjalou
Des pirates informatiques qui ont des assassins pour héros



- Le 04 mars 2010: Bob Simon, journaliste de la chaîne TV américaine CBS, présente "Battle Over History", un reportage sur le génocide arménien et le négationnisme de l'Etat turc, dans le cadre de l'émission "60 Minutes". L'émission est présentée en ces termes sur le site de CBS : "Les Arméniens l'appellent leur holocauste - l'expulsion forcée en 1915 et le massacre de plus d'un million d'Arméniens par les Turcs. Mais les Turcs et notre propre gouvernement ont refusé d'appeler cela un génocide." Le présentateur-vedette de CBS a fait le voyage à Der-Zor, en compagnie de l'historien américain Peter Balakian. Der-Zor est la destination des convois de la mort des déportés arméniens, venus s'échouer dans les déserts de Syrie : des milliers d'ossements y témoignent de la "solution finale" mise en oeuvre en 1915/1916 par le gouvernement turc, contre la population arménienne de l'Empire ottoman. Ce jeudi 4 mars 2010, la résolution sur le génocide arménien sera présentée au Congrès des USA. Elle devrait être votée par la commission des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants.
CBS : reportage sur le négationnisme de l'Etat turc
Le négationnisme turc inscrit le génocide dans la durée
Des organisations turques réagissent au programme de CBS sur le génocide arménien



- Le 04 mars 2010: Alors que le Congrès américain s’apprête, le 4 mars prochain, à étudier la résolution de reconnaissance du génocide arménien commis par l’Empire ottoman en 1915, la diplomatie turque s’active et menace les USA : selon Ankara, l’adoption de cette résolution affecterait les relations stratégiques au plus haut niveau, et porterait un coup fatal aux protocoles arméno-turcs en cours de ratification entre les deux pays. Davutoglu a déclaré: « Nous croyons que la nouvelle initiative des Etats-Unis aura pour conséquence une entrave significative aux efforts mis en avant. » Lors de son entretien avec Clinton, Davutoğlu s’est rapporté au projet de loi sur les accusations de l'Arménie [Nota CVAN : les accusations de génocide], qui seront traitées au Congrès le 4 mars, et a déclaré: «Ce projet de loi sera la cause d’une interruption importante dans tous les efforts mis en avant jusqu'à présent. Arrêtez ça! »
Turquie/USA : trafic d’influence sur le génocide 
Des représentants pro-turcs s’opposent à la résolution sur le génocide arménien
Aliyev condamne la décision du congrès américain sur la résolution arménienne
Génocide Arménien : Un ministre turc annule un voyage aux Etats-Unis
Devlet Bahceli : Le Premier ministre turc devrait annuler sa visite officielle aux Etats-Unis
Les bonnes résolutions d’Obama



- Le 05 mars 2010: Jeudi 4 mars 2010, la Commission des Affaires étrangères de la Chambre a approuvé la résolution qualifiant de génocide les massacres des Arméniens commis par les Turcs pendant la Première guerre mondiale, ouvrant la voie à sa possible adoption par la Chambre des Etats-Unis. La Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a déclaré que l’Administration "travaillerait très dur" pour empêcher cela. Pourtant, lors de sa campagne électorale de 2008, Barack Obama avait promis de qualifier de génocide les massacres. Mme Clinton a reconnu le changement d’opinion de son administration sur la question, en disant que les circonstances avaient "changé de manière très significative". La preuve s’il en fallait, que les protocoles signés le 10 octobre 2009 entre la Turquie et l’Arménie, sous l’égide des grandes puissances, avaient, en fait, pour but premier, de bloquer les reconnaissances internationales du génocide arménien. Un but heureusement pas encore atteint, au vu du vote américain (le 4 mars) et de celui du parlement suédois (le 11 mars). Mais au fond, comme le dit si bien l’intellectuel turc Ahmet Altan, « La vraie question est la suivante : pourquoi le ’génocide arménien’ est-il un sujet de discussion aux parlements américain, français et suisse et pas au parlement de la République turque ? »
Obama face au génocide arménien



- Le 06 mars 2010: Ahmet Altan, le rédacteur en chef du journal turc Taraf, est coutumier de prises de position courageuses. Une fois encore il ne déroge pas à la règle et incite son pays, la Turquie, à regarder les pages sombres de son histoire. L’éditorialiste turc revient ici sur la fièvre nationaliste qui s’est déchaînée en Turquie, après le vote, le 4 mars, de la résolution sur le génocide arménien à la Commission des Affaires étrangères du Congrès américain. Certes Ahmet Altan reprend quelques unes des antiennes négationnistes (« Les deux parties dépensent des millions de dollars pour convaincre le monde que leur point de vue est le point de vue valable. C'est presque comme si leurs efforts mutuels avaient créé un « Secteur génocide ». Alors pourquoi ne pouvons-nous pas parler en détail de cet incident ? ») et le terme d’incident n’est pas vraiment approprié pour parler d’un génocide (peut-être est-ce dû à la traduction du turc vers l’anglais). Mais l’appel à briser la chape de silence est clair et sans équivoques : « Si vous vous sentez humiliés, vous devriez jeter un regard critique sur vous-mêmes et sur ce que vous cachez. »
Génocide, par Ahmet Altan



- Le 09 mars 2010: Au moment où le Comité des Affaires Extérieures de la Chambre des Représentants des Etats-Unis adoptait une résolution reconnaissant le terme de « génocide » pour qualifier les massacres d’Arméniens de 1915, la chaîne menait un débat autour de la question. L’émission « Tête à tête » du 9 mars dernier a opposé Yusuf Halaçoglu, l’ancien président de l’Institut turc d’Histoire (TTK), et Sevan Nisanyan, journaliste d’origine arménienne. Ce sont les propos tenus par ce dernier qui ont déplu au Haut Conseil de l’audiovisuel. Afin de sanctionner la chaîne de télévision, le RTÜK a décidé que celle-ci ne pourrait diffuser l’émission incriminée qu’après le 13 juillet. Cette décision, prise le 16 juin, n’a été rendue publique que le 24. En lieu et place de l’émission interdite, la chaîne devra, en attendant, diffuser une émission choisie par le RTÜK.
Turquie: Débat dérangeant sur le génocide arménien



- Le 09 mars 2010: La commission des Affaires étrangères de la Diète suédoise (Riksdag) recommande de ne pas reconnaître le génocide de 1915. Les partis de l’Alliance au pouvoir ( Le Parti du rassemblement modéré (en suédois : Moderata Samlingspartie) le Parti du peuple - Les Libéraux (Folkpartiet liberalerna) le Parti du centre (Centerpartiet), les Chrétiens-démocrates (Kristdemokraterna)) tont basé leur recommandation sur « désaccord parmi les chercheurs sur la nature des événements » et que la reconnaissance d’un génocide n’est pas de la compétence d’un parlement, mais de juridictions internationales.
Départ difficile pour une reconnaissance du génocide des Arméniens en Suède



- Le 10 mars 2010: Une voix de plus se lève en Turquie pour expliquer et dénoncer le tabou du génocide arménien. L’analyse du journaliste turc Erol Özkoray est un élément majeur qui contribue à la recherche de la vérité et de la justice. Erol Özkoray démontre la continuité entre la politique génocidaire de l’Empire ottoman et celle du mouvement kémaliste. Sa conclusion montre, hélas, que la République de Turquie n’est pas encore à la veille d’un changement salutaire qui lui permettrait de surmonter les problèmes hérités du passé.
Turquie : Pourquoi le génocide arménien est-il un sujet tabou ?



- Le 10 mars 2010: Emission Kiosque de TV5 Monde. A la fin de l'émission, à partir de la 51ème minute, Philippe Dessaint consacre la rubrique "Polémique" au "vote d'une commission du congrès américain autour du génocide commis par la Turquie en 1915 contre les Arméniens". Il présente alors différents articles de la presse internationale (Wall Street Journal, L'Orient Le Jour), qui utilisent tous le mot génocide contrairement aux articles de la presse turque cités ensuite. Il interroge ensuite la journaliste Mine Kirikkanat, du journal Vatan et celle-ci se permet d'affirmer que le mot génocide ne passera jamais en Turquie, et que le terme exact a été trouvé par les Arméniens : "Medz Yeghern" ou "Grande Catastrophe", feignant d'ignorer que le concept de génocide a été créé par le juriste américain Raphaël Lemkin en 1943 notamment sur la base de ses travaux sur le génocide arménien. Et que c'est donc en toute logique que les Arméniens ont utilisé de 1915 à 1943 une autre terminologie. Lorsque Philippe Dessaint lui fait remarquer que de nombreux pays d'Europe, et du monde entier (Canada, etc.) ont validé le terme de génocide, et lui demande si la Turquie n'accepterait jamais de l'utiliser, la réponse est claire : "Non!".
Le génocide arménien ne sera jamais accepté



- Le 12 mars 2010: En Turquie, les révélations sur les plans de l’Armée pour fomenter un putsch militaire, se suivent et se ressemblent. Elles font froid dans le dos. Premières visées, les minorités arménienne, grecque et juive sont dans la ligne de mire des militaires « laïcs » derrière lesquels se cachent de fait, les courants ultra-nationalistes de Turquie. Le journal arménien de Turquie, Agos, revient sur un article de Tuncay Opçin, publié dans le magazine turc Yeni Aktüel, qui détaille le plan de l’opération « La Faucille », l’une des étapes du plan « la Masse », mis sur pied en 2003 et qui a servi de modèle au complot « La Cage », dévoilé récemment. Des personnalités intellectuelles et religieuses des minorités arménienne, grecque et juive sont la cible des putschistes, ainsi que douze associations ou établissements. Les citoyens des minorités sont fichés et menacés en ces termes « vous serez obligés de compter vos cercueils ».
Turquie : « Vous serez obligés de compter vos cercueils »



- Le 13 mars 2010: L’historien turc Halil Berktay a signé le 13 mars dans Taraf un article révélateur de la schizophrénie qui tourmente une grande majorité d’intellectuels de Turquie. Il est intéressant de constater qu’un historien, un intellectuel supposé réfléchir au destin des hommes, peut affirmer que « Non, l'acceptation du génocide n'est pas un but plus grand plus haut et au-dessus de la démocratisation de la Turquie. Non, la reconnaissance du génocide 1915 n'a aucun avantage urgent ou pratique pour le monde. » Selon lui, les demandes internationales de reconnaissance du génocide, portées par la diaspora arménienne sont « un prétexte pour chercher la vengeance à tout prix, justifier l'étroitesse d'esprit pour faire passer un sale moment à la Turquie. »
Turquie : La liberté de l’historien



- Le 13 mars 2010: L’historien turc Taner Akçam, adresse dans le journal turc Taraf, une lettre ouverte au Premier ministre turc et à Bülent Arınç, vice-Premier ministre de Turquie. Taner Akçam est le premier historien turc à s’être courageusement attaqué au tabou du génocide arménien qui hante la société turque. Son ouvrage « Un acte honteux. Le génocide arménien et la question de la responsabilité turque » a été publié en français aux éditions Denoël en 2008. Souvent menacé de mort, l’historien turc qui vit aux Etats-Unis, signe ici un appel fort à l’Etat turc, afin que celui-ci rompe avec la politique négationniste qui perdure en Turquie depuis 95 ans, et qu’il renoue avec les Justes Turcs et musulmans, qui, en 1915, ont sauvé des familles arméniennes au péril de leur vie. Ceux-là même qui criaient à l’époque : « « Il n’y a pas de place dans le Coran pour le meurtre d'innocents ! »
Turquie : renouer avec les Justes turcs



- Le 16 mars 2010: Suite aux reconnaissances consécutives du génocide arménien par le Parlement de Catalogne (Espagne), par une Commission du Congrès des USA et par le Parlement suédois, la presse turque bruisse des menaces de représailles, avec entre autres, l’expulsion des 100 000 Arméniens d’Arménie, souvent clandestins, venus chercher du travail en Turquie. Qu’il s’agisse du CHP (parti « laïc » créé par Mustapha Kemal), du MHP (les ultra-nationalistes) ou du Premier ministre Erdogan du gouvernement AKP (islamiste), tous se rejoignent sur cette mesure visant à l’expulsion des Arméniens. Est-ce vraiment étonnant ?
Turquie : « Expulsons les Arméniens »



- Le 17 mars 2010: « Nettoyage historique » en Ille-et-Vilaine : le Festival Travelling Istanbul s’est déroulé à Rennes du 9 au 16 février 2010, dans le cadre de la Saison de la Turquie en France et « a ainsi profité d’un soutien financier et logistique bienvenu », selon l’éditorial de l’Association Clair Obscur, organisatrice de ce festival de cinéma de Rennes Métropole. Les programmes officiels du Festival Travelling Istanbul, imprimés par l’Association Clair Obscur, qui contenaient à l’origine en page 3, une présentation chronologique de l’Histoire de la Turquie, signalant pour les années 1915-1917, le génocide des Arméniens, ont tous été censurés.
Cachez ce génocide que je ne saurais voir



- Le 22 mars 2010: Quelques centaines de personnes se sont réunis à Sergels torg au centre de Stockholm dimanche pour protester contre la décision du parlement de reconnaitre le génocide de 1915 à l’encontre des Arméniens, Assyriens, Syriaques et Grecs du Pont.
Des organisations turques ont manifesté contre la reconnaissance du génocide arménien en Suède
Génocide Arménien : La Turquie bloque toute association avec la Suède
Turquie : Des manifestations contre le Consulat de Suède
Génocide des Arméniens : Les musulmans suédois déplore la décision du Parlement
Faruk Celik rappelle les massacres contre le peuple turc



- Le 23 mars 2010: Strasbourg/Une collégienne contredit son professeur sur le génocide des arméniens : D.E, professeur d’éducation musicale d’un collège à Strasbourg, outre la dispense de l’enseignement du bel art, à pour habitude d’éveiller ses élèves au devoir de mémoire. « Un travail transversal », explique-t-il. Ce jour là, en classe de troisième, l’éducateur, en référence au tremblement de terre qui a endeuillé Haïti (12 janvier 2010), diffuse la chanson de Charles Aznavour « Pour toi Arménie », puis il distribue le texte aux élèves avec un avenant sur le génocide. Outre le contexte de la chanson, il explique que le peuple arménien a souffert auparavant d’un génocide. C’est alors qu’une jeune fille, prénommée Edanur, interpelle « gentiment » (sic) le professeur qui explique les événements de 1915 : « Monsieur, ce que vous dites est faux. les Arméniens sont responsables, ils ont trahis la Turquie. »
Nouveau cas de négationnisme au collège



- Le 24 mars 2010: Irrité par les résolutions sur le “génocide” arménien passées par une commission de la Chambre des Représentants américaine et le Parlement Suédois, le Premier ministre de Turquie dit qu’il est prêt à expulser 100000 arméniens vivant illégalement en Turquie si nécessaire. (...) Erdogan se référait à ces gens qui, dû aux privations dans leur propre pays, ont d’une façon ou d’une autre sont venus en Turquie et travaillent ici pour être capable d’envoyer leurs maigres bénéfices à la maison pour supporter leurs familles ou amours.
Les otages arméniens du Premier ministre Erdogan



- Le 26 mars 2010: Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a été interviewé dans le quotidien turc Milliyet. A cette occasion, il choisit la politique de la main de fer dans un gant de velours et s’emploie à faire une distinction entre les ‘bons’ et les ‘mauvais’ éléments de la diaspora : il tend ainsi la main à certaines personnalités de la diaspora arménienne, et applique le concept bien connu de « diviser pour régner ». Mais chassez le naturel, il revient au galop, Davutoglu ne peut s’empêcher de dévoiler ses pensées profondes : « Nous devons faire preuve d'empathie afin de comprendre ce que les Arméniens ont traversé et ce qu'ils ont ressenti, mais ils doivent faire preuve de respect envers notre mémoire. Ils ne doivent pas construire une vision partisane de la mémoire alors qu'ils attendent le respect de leur propre mémoire.»
Davutoglu : les Arméniens doivent respecter notre mémoire



- Le 26 mars 2010: Le lobby turc à Washington veut informer des Membres du Congrès contre "les allégations arméniennes" pour empêcher l’adoption de la résolution sur le génocide arménien. Le lobby turc a préparé une brochure intitulée "des fabrications arméniennes, pouvez-vous croire cela ?" afin "d’informer les membres du Congrès et cercles liés à Washington contre le prétendu génocide arménien".
Le lobby turc distribue des brochures négationnistes à Washington



- Le 27 mars 2010: Peu de temps avant le départ de la chancelière Angela Merkel à Ankara le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a refusé une fois de plus de reconnaître que les dirigeants de l’Empire ottoman avaient commis un génocide contre les Arméniens. "On ne peut pas parler d’un génocide contre les Arméniens" a déclaré Erdogan dans une interview publiée samedi par le magazine de nouvelles "Der Spiegel".
Erdogan nie le génocide arménien et menace de nouveau les Arméniens



- Le 28 mars 2010: Le journaliste turc Yağmur Atsiz, bien qu’étant le fils de Hüseyin Nihal Atsiz, l’un des idéologues et fondateurs du parti MHP [parti ultranationaliste de Turquie], ne manque pas d‘humour. Mais on rit jaune tant sa manière de forcer le trait, décrit avec précision l’état d’esprit réel d’une grande majorité de la société turque. Le journaliste revient ici sur la "fabuleuse" autorisation donnée par le gouvernement turc d’autoriser une messe une fois par an dans l’église arménienne d’Aghtamar sur le lac de VAN.
Turquie : Heureux celui qui dit ‘je suis arménien’ !

© Récapitulatif Collectif VAN (Mise à jour : 17 mai 2010)


Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2006

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2007

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2008 - Part I

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2008 - Part II

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2009 - Part I

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2009 - Part II

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2010 - Part I

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2010 - Part II

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2011

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2012

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2013

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2014 - Part I

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2014 - Part II

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2015 - Part I

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2015 - Part II

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2016 - Part I

Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2016 - Part II

*********************************************

Sommaire de l'Observatoire du Négationnisme

*********************************************

Reproduction autorisée en citant la source :
Collectif VAN - Observatoire du Négationnisme



TÉLÉCHARGER :
 Observatoire du Négationnisme du Collectif VAN - 2010 - I




   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org