Aujourd'hui : Lundi, 18 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le génocide arménien présenté comme un docu-fiction à la télévision allemande
Publié le :

ALLEMAGNE

lundi12 avril 2010, par Stéphane/armenews

Il est rare qu’un documentaire soit présenté pour la presse sous la protection d’agents de sécurité. Dans le cas du documentaire richement produit "Aghet - un génocide" la première chaîne publique allemande l’ARD, groupement public de neuf radiodiffuseurs régionaux allemands a voulu prendre toutes les précautions : Le thème du génocide des Arméniens de 1915 à 1917, est pour beaucoup de Turcs, un tabou qui a toujours suscité des violents troubles.

L’ex-rédacteur en chef de l’hebdomadaire Der Spiegel Stefan Aust a déclaré " avoir passé une nuit sans sommeil" après la prévisualisation.

Les images historiques sont impressionnantes et parfois inquiétantes.

" On estime que 1,5 million d’Arméniens sont morts à la fin de la Première Guerre mondiale lors d’un génocide perpétré par les Turcs. Les historiens le décrivent comme un "modèle" pour l’Holocauste. L’histoire de ce crime avec "Aghet" arrive pour la première fois "à la maison avec force et globalement pour un large public" , a déclaré le chef du secteur fiction et programme de divertissement de la NDR (Norddeutscher Rundfunk, une Radio de l’Allemagne du Nord) Thomas Schreiber.

Eric Friedler le directeur du documentaire s’est clairement engagé pour le concept de génocide. Il pose la question, "Pourquoi aucun gouvernement dans le monde n’a de problème pour discuter du génocide au Rwanda ou au Cambodge ou de l’holocauste, mais sur le génocide arménien au niveau international depuis presque cent ans une retenue diplomatique est exercée".

"Aghet" (catastrophe) est le terme que les Arméniens emploient. Le 24 Avril 1915, le gouvernement nationaliste des Jeunes-Turcs a d’abord arrêté toute l’élite arménienne de Constantinople (aujourd’hui Istanbul). Puis les Arméniens vivant principalement en Anatolie orientale ont et raflés et envoyés via des marches de la mort vers le sud pendant des mois. Ce qui les attendait était la mort sûre et prévu - par la faim, la soif, l’épuisement et les mauvais traitements et viols par les gardes turcs et kurdes. La légitimité superficielle a été de dire que les Arméniens avait trahi la Turquie avait trahi pendant la guerre ".

"Avec "Aghet", nous voulions trouver une forme par des documents prouvés, un film narratif qui raconte ce génocide et ses effets jusqu’au 21ème siècle" a dit la productrice Katharina Trebitsch. Matériellement on a assemblé de nombreuses archives internationales.

Il a bénéficié des témoins des faits : de nombreux missionnaires étrangers, membres de consulat, infirmières, officiers allemands et correspondants qui éprouvaient sur place l’expulsion des Arméniens, retenant leur horreur dans des lettres, journaux intimes et rapports. Ces rapports de témoins oculaires sont rendus dans "Aghet" par 23 acteurs renommés, parmi ceux-ci Friedrich von Thun, Martina Gedeck, Burghart Klaußner, Stefan Kurt, Joachim Krol et Ulrich Noethen.

Pour comprendre les motifs derrière le génocide, les propos de l’ambassadeur américain d’alors, à Constantinople, Henry Morgenthau, sont particulièrement enrichissant. Seuls quelques partisans comme le missionnaire allemand Johannes Lepsius ou la danoise Karin Jeppe ont réussi à temps à sauver des déportés au Liban.

L’infirmière suisse Béatrice Rohner, a toutefois dû constater que près d’un millier d’orphelins arméniens ont été transportés dans des wagons à bestiaux. "La dernière fois que j’ai vu les enfants, cela a été dans un train spécial, où ils ont été enlevés, écrit-elle. « Ce fut le voile des ténèbres sur eux. Et autour de moi."

Le documentaire de 90 minutes fera " du bruit" juge le "Frankfurter Allgemeine Zeitung".

"Aghet - un génocide" a été diffusé une première fois vendredi à 23h30. Le docu-fiction d’Eric Friedler sera diffusé mardi 13 Avril, à 20h15 sur le canal Phoenix.

Une table ronde animé par Alexander Kähler suivra la diffusion à 21h45 avec Bahattin Kaya (communauté turque en Allemagne), l’historien Hans-Lukas Kieser (Université de Zurich), Ahmet Külahci (Hürriyet), un représentant de la communauté arménienne en Allemagne et la journaliste Karen Kruger.

Selon le journal "Tagesspiegel" le docu-fiction sera diffusé par Arte.

Pour l’hebdomadaire Die Zeit (Le Temps) " Le lieu ou Talat Pasa repose aujourd’hui dispose de fleurs, ses victimes n’ont même pas une tombe".

L’ARD est une abréviation de Arbeitsgemeinschaft der öffentlich-rechtlichen Rundfunkanstalten der Bundesrepublik Deutschland (Communauté de travail des établissements de radiodiffusion de droit public de la République Fédérale d’Allemagne) et c’est un groupement public de neuf radiodiffuseurs régionaux allemands.

Le groupement ARD n’a pas de personnalité juridique propre. Il se compose de 9 stations de radiodiffusion régionales, seules habilitées à opérer des chaînes de télévision publiques en Allemagne : Bayerischer Rundfunk - Hessischer Rundfunk - Mitteldeutscher Rundfunk - Norddeutscher Rundfunk - Rundfunk Berlin-Brandenburg - Radio Bremen - Saarländischer Rundfunk - Südwestrundfunk - Westdeutscher Rundfunk. La Deutsche Welle, service international de diffusion de l’Allemagne, est également membre de l’ARD.


Lire aussi dans nos Info:

Les Démons du passé secouent l‘Allemagne

L’Allemagne et le génocide arménien




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org