Aujourd'hui : Jeudi, 20 juin 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Alchimie à la Maison de la Chimie
Publié le :

Colloque du Bureau de la Cause Arménienne

Lundi19 avril 2010, par Jean Eckian/armenews

A l’invitation du Bureau de la Cause Arménienne, une émanation de la FRA Dachnaktsoutioun et du Comité de Défense de la Cause Arménienne, plusieurs personnalités internationales se sont exprimées ce 14 avril à la Maison de la Chimie à Paris.

Au cœur des débats, Les protocoles arménos-turcs, la Reconnaissance internationale du Génocide des Arméniens et les perspectives après les signatures de Zurich.

Tous sont d’accord sur les principes, mais réalistes quant aux applications...

Après le discours de Bienvenue de Mourad Papazian (FRA), évoquant et rendant hommage à Hrant Dink, le Co-président de la FRA pour l’Europe occidentale soulignera de la nécessaire normalisation des relations arméno-turques sans préconditions ; accusant le premier ministre turc de se placer dans le registre du chantage, de la menace et de la rupture ! Et voulant imposer SA propre normalisation. Il rappellera, en outre, qu’en droit international, un blocus est considéré comme un acte de guerre.

Il y avait là :Dogan Ozguden, Journaliste, Président de la Fondation Info Turk

Frédéric Encel, Géopolitologue, Maître de conférence à l’Institut d’Études politiques de Paris.

Pour lui, la reconnaissance du génocide n’est pas pour demain, mais après-demain. Concernant l’affaire des protocoles : La Turquie avait intérêt à engager un processus avec l’Arménie, mais certainement pas de son aboutissement... Quant à la Russie, elle n’abandonnera pas l’Arménie sur la question du Karabagh.

Yaïr Auron, Professeur en Histoire à l’Université ouverte d’Israël

Giro Manoyan, Responsable du Bureau politique et de la Cause Arménienne du Bureau Mondial de la FRA Dachnaktsoutioun

Ali Ertem, Historien et Président de l’Association combattant les génocides (SKD)

L’historien est très inquiet par la tournure que prend l’antisémitisme en Turquie et qui menace la paix mondiale. Toujours sur la question des revendications arméniennes, il dira : La Turquie ne va pas se sanctionner elle-même. Par conséquent il y a des tribunaux internationaux qui doivent prendre en main la question. Les Grecs pontiques ont raison pour leurs spoliations. Nous ne pouvons accepter la spoliation permanente de nos biens, a-t-il dit.

Selon lui, les thèses turques sont en train de se disloquer, et nous devons continuer à combattre le négationnisme et l’antisémitisme.. Visiblement remonté, Ali Ertem colère contre une commission d’historiens qui serait basée sur le mensonge et la négation. Poursuivant : Mais tout est sur le point de s’écrouler, c’est pourquoi il ne faut pas négocier avec ça !

Israël Charny, Président de l’Institut de recherche sur l’Holocauste et le génocide (Jérusalem)

Alfred de Zayas, Historien et juriste international.

Le point le plus important relevé par l’éminent juriste est le fait indubitable qu’en vertu de l’article 144 du Traité de Sèvres, à valeur historique, il est fait obligation de réparations et restitutions des titres de propriété aux arméniens. Selon lui, cette disposition est toujours valable aujourd’hui, et c’est à la société internationale de le faire valoir.

Harut Sassounian, Rédacteur en chef du California Courier.

Le célèbre éditorialiste américain fera un point sur l’historique qui a présidé aux reconnaissances internationales du Génocide Arménien. déplorant que certaines nations, pour des raisons politiques ne se soient pas déclarées. Pour lui la page est tournée. les Arméniens devraient maintenant s’attacher à demander justice et faire valoir leurs droits sur les terres spoliées.

"Après 1915, le génocide a continué. La politique de la jeune République a poursuivie la politique ottomane pour des raisons racistes et établir une Turquie purement turque", dit-il, à l’aquiescement d’Israël Charny et Alfred de Zayas. Et il ajoute : La Turquie a hérité des biens arméniens, elle doit hériter de leur restitutions. C’est la raison pour laquelle elle ne reconnaît pas le génocide. Un point sur lequel Harut Sassounian veut désormais accorder toute son énergie.

Yves Ternon, empêché, s’est adressé aux conférenciers et au public par le truchement d’une video, en disant : On sait que le fait est avéré. D’ici à 2015 l’Arménie aura planté sa tente !

C’est Charles Papazian (CDCA) qui a clôturé le colloque, remerciant les uns et les autres dans la poursuite de la lutte pour la reconnaissance du Génocide des Arméniens et revendiquer notre droit à la justice et à la vérité.

S’il fallait tirer un bilan de cette journée spéciale, nous dirions que ce fut une belle harmonie entre musiciens de la cause, mais que l’heure n’est plus à la lecture de la partition mais à l’écriture d’un nouvel arrangement dans l’application de propositions courageuses.

Jean Eckian




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org