Aujourd'hui : Samedi, 28 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La Shoah vue dÂ’URSS
Publié le :

samedi21 août 2010

Sylvie Arsever

Réédition d’un «Livre noir» à la triple valeur documentaire

C’est la partie la moins connue de la Shoah. Elle se met en place à partir de juin 1941, derrière le front qui s’enfonce rapidement en URSS: les Juifs sont regroupés, terrorisés et finalement liquidés, le plus souvent par balle, village par village, quartier par quartier, dans une boucherie désordonnée bien éloignée de l’image froide et méthodique souvent attaché à la «solution finale». On estime aux environs d’un million le nombre de ceux, hommes, femmes, enfants, qui ont péri ainsi.

Le Livre noir réédité chez Actes Sud rassemble des récits de rescapés, de témoins et de quelques bourreaux sur cette période, ainsi que sur les ghettos et les camps de la mort mis en place en Pologne occupée. Au-delà de l’horreur des crimes – dont la description n’est soutenable que par bribes –, il témoigne aussi du destin paradoxal des Juifs soviétiques, pour qui les persécutions ont réellement commencé à la fin de la guerre.

Dès le mois d’août 1941, un Comité antifasciste juif, constitué à Moscou, appelle les Israélites du monde entier à soutenir l’effort de guerre russe. L’idée, proposée par deux hommes politiques juifs, a été reprise par Staline. Mais le comité ne se borne pas à recueillir des fonds: il agit comme un foyer culturel. Et s’attache à rassembler les preuves des atrocités antisémites commises par les Allemands.

Une quarantaine de personnes – écrivains, journalistes, poètes – participe au recueil des témoignages sous la direction d’Ilya Ehrenbourg et de Vassili Grossman. Le résultat de leur travail est transmis au procureur russe à Nuremberg et publié partiellement aux Etats-Unis et en Roumanie en 1946. En URSS, on y subodore du déviationnisme nationaliste. Un bon à tirer est obtenu moyennant quelques suppressions mais les épreuves sont saisies en 1947. Le comité est dissous, ses dirigeants arrêtés, torturés et mis à mort après un simulacre de procès en 1952.

Publié pour la première fois en 1995, l’édition française met en regard le texte autorisé en 1947 avec le manuscrit original, retrouvé en 1992. Sa valeur documentaire est triple: il témoigne des faits, au prix semble-t-il de certaines imprécisions. Des efforts des auteurs pour inscrire le martyre juif dans l’épopée de la résistance russe: insistance sur le patriotisme des victimes et sur leurs efforts pour rejoindre les partisans, minimisation des exactions imputables aux populations locales. Et des préjugés des censeurs, attachés à diminuer l’impact de la résistance juive et à gommer les détails susceptibles de personnaliser les victimes.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Temps



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org