Aujourd'hui : Dimanche, 5 avril 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Article du journal franco-turc Zaman - 02/08/2010 - 1
Publié le :

Le Collectif VAN relaye ici les articles du journal franco-turc Zaman (équivalent du Today's Zaman en langue anglaise, diffusé en Turquie). Attention : ces articles ne sont pas commentés de notre part. Il s'agit pour l'essentiel de traductions des versions turque et anglaise du Zaman, journal proche du parti au pouvoir (AKP).




Zaman France

02.09.2010

Référendum : Les minorités diront « oui »

Avocate de la famille de Hrant Dink, le journaliste assassiné en janvier 2007, Kezban Hatemi s’est exprimée sur la réforme de la Constitution qui sera proposée lors du prochain référendum. Dans une interview accordée à Zaman, elle explique qu’il s’agit d’une évolution pour le droit des minorités en Turquie.

Que pensez-vous du paquet dÂ’amendements constitutionnels ?

Si le paquet d’amendements constitutionnels était considéré comme nocif pour la société, la Cour constitutionnelle - qui l’a examiné sans y être obligée - s’y opposerait. La principale raison pour approuver le paquet est qu’il va briser l’ancienne Constitution établie lors du coup d’Etat militaire du 12 septembre. Mais bien sûr que le pays a besoin d’une Constitution entièrement nouvelle […].

A votre avis, comment voteront les communautés minoritaires non-musulmanes lors du prochain référendum ?

Les communautés minoritaires diront « oui » au paquet. Ils sont tout à fait conscients de leur situation, et ils savent qu’il respecte leurs droits.

Les fonctionnaires turcs passent en revue leur stratégie de défense à la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour le procès intenté par Hrant Dink avant sa mort. Maintenant que la Cour a estimé que la Turquie était coupable dans l’affaire Dink, de quelles options disposent le gouvernement ?

Au lieu d’accepter sa culpabilité, l’Etat a repris les arguments de l’ « Etat profond » dans sa défense. C’est une honte et cela ne convient pas à un Etat régi par le droit. La Turquie devrait immédiatement retirer sa défense de la Cour.

Vous attendez-vous à des changements positifs du point de vue de la justice après la décision de la Cour ?

Malheureusement, l’organe judiciaire a été l’institution la plus maladroite du processus de démocratisation. Le pouvoir judiciaire devrait être restructuré en adoptant les principes du droit universel et se débarrasser des « lignes rouges » de l’idéologie officielle. Le pouvoir judiciaire devrait être en mesure de fonctionner en ligne avec la règle de droit. Il conviendrait également qu’il se débarrasse de ses tendances racistes et fascistes.

Liez-vous aussi l’affaire à l’influence des partisans d’Ergenekon ou de l’ « Etat profond » sur le gouvernement ?

Oui. Il y a un défi à la fois contre le gouvernement et au sein du gouvernement. Par conséquent, chaque pas effectué en avant est suivi de deux pas en arrière à l’égard du problème. L’ouverture du séminaire (fonctionnaires turcs qui se regroupent pour leur défense ndlr) est cependant la question pouvant être résolue la plus facilement en Turquie aujourd’hui. Chaque institution étatique a un élément de l’ « Etat profond » en elle, mais le ministère des Affaires étrangères subit le plus cette influence. Il y a des bureaucrates et des professeurs qui interprètent les exigences formulées dans le Traité de Lausanne sur le droit des minorités d’une manière tortueuse. C’est la mentalité. Le désir du Premier ministre de trouver une solution au problème n’est pas suffisant. Il existe des réflexes nationalistes qui se transforment en réactions ultranationalistes même au sein de l’AKP (Parti pour la justice et le développement) ; ce sont ces obstacles qui se posent en face d’un Etat démocratique où la règle de droit devrait régner.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Zaman France



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org