Aujourd'hui : Dimanche, 29 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
La stratégie gagnante d’Erdogan en Turquie
Publié le :

14/09/2010 à 00h00
Par MARC SEMO

Saluée par Bruxelles et Washington, la victoire sans appel du oui (58%) au référendum de dimanche amendant la Constitution héritée du coup d’Etat militaire de 1980 renforce considérablement les islamo-conservateurs de l’AKP, au pouvoir depuis 2002.

Ce que montre le vote.

Il y a une volonté de la majorité des Turcs de sortir du régime de tutelle militaire lié à la Constitution de 1982 et de poursuivre la démocratisation menant vers l’Europe. La principale force de l’opposition, le CHP laïc et de gauche, approuvait la majorité des amendements - limitation des cours militaires, libertés syndicales accrues pour les fonctionnaires, jugement des putschistes de 1980, etc. - en s’opposant à deux articles accroissant le contrôle de l’exécutif sur le Conseil constitutionnel et le Conseil supérieur de la magistrature. Mais il fallait approuver ou rejeter les amendements en bloc. Le scrutin, devenu un plébiscite pour ou contre le bilan du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, montre un pays divisé entre pro et anti-AKP, mais aussi entre Turcs et Kurdes. Le BDP, principal parti kurde, a appelé au boycott. La participation nationale a été de 77%, mais très faible dans les zones à majorité kurde du sud-est, ne dépassant pas 7% dans certains districts.

Est-ce un tournant dans la démocratisation ?

L’Union européenne salue le résultat mais rappelle qu’il ne s’agit que d’un premier pas. L’AKP a préféré repeigner la Constitution plutôt que d’en élaborer une nouvelle par le dialogue et engager une réelle démocratisation garantissant les droits des minorités et les libertés religieuses.

Les seuls changements significatifs sont ceux permettant à l’AKP de mettre en coupe réglée la haute magistrature. D’où l’inquiétude des élites laïques face à ce pouvoir croissant des islamo-conservateurs sur les institutions, sans autre contre-pouvoir que celui d’une armée affaiblie par des affaires de complots et dont personne, y compris au CHP, ne veut plus qu’elle joue un rôle politique.

Les visées d’Erdogan.

Avec ce plébiscite, le Premier ministre relance pour les élections législatives de juillet un parti usé par huit ans de pouvoir et de nombreuses affaires de corruption. Mais il évoque déjà un nouveau référendum pour instaurer une République semi-présidentielle avec un chef de l’Etat disposant de réels pouvoirs et élu au suffrage universel - Erdogan espérant bien en être le premier président. Ainsi, sera achevé le processus de modernisation des institutions mené par l’AKP. Ses opposants, dont nombre d’intellectuels libéraux jusqu’ici favorables aux réformes, s’inquiètent du risque de «poutinisation» à terme du pays, sous la houlette d’un leader populiste au style volontiers autocratique.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Liberation



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org