Aujourd'hui : Vendredi, 21 septembre 2018
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Le Collectif VAN, partenaire du Festival de Douarnenez 2016
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Perinçek : Les États Unis reconnaîtront l’indépendance du HK, si...
Publié le : 06-10-2010

mercredi6 octobre 2010, par Jean Eckian/armenews

Au moment où la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale de la République d’Arménie étudie un projet de loi reconnaissant l’indépendance du Haut Karabagh et que le gouvernement arménien estime que le moment n’est pas favorable à la reconnaissance de son indépendance, par la voix du ministre adjoint des Affaires étrangères Shavarsh Kotcharian, s’exprimant hier au Parlement lors du débat sur le projet de loi, le politologue turc, Mehmet Perinçek*, fils du désastreux Dogu Perinçek, chef du Parti des Travailleurs, condamné par la justice Suisse pour négationnisme et arrêté en Turquie pour avoir été l’un des instigateurs du réseau ultra-nationaliste Ergenekon, a déclaré, dans un entretien accordé à Novosti-Azerbaïdjan, que les États Unis reconnaîtraient l’indépendance du Haut Karabagh en échange du retrait des bases russes du territoire arménien...

Selon lui, Moscou est très préoccupé par l’intérêt pressant de Washington dans la préservation du statu quo au nom de son intérêt. « C’est la raison pour laquelle se poursuit le développement des relations entre la Russie et l’Arménie. », a-t-il précisé. Ajoutant « Il est connu que le principal objectif des États-Unis est l’Asie centrale. Pour ce faire, il n’y a pas d’autre moyen, de mettre la Russie à genoux. »

À son avis, les protocoles arméno-turcs visent à réduire la dépendance de l’Arménie à la Russie par l’ouverture de la frontière arméno-turque et l’intégration de l’Arménie au système Euro-atlantique au travers de la Turquie. « Le sujet de la visite de Medvedev en Arménie n’est pas le conflit du Haut-Karabakh, mais bien la rivalité russo-américaine.", a-t-il dit.

M. Perinçek s’oppose vigoureusement aux protocoles, soulignant qu’ils ont été signés sous la pression de Washington et ont endommagés les intérêts nationaux de la Turquie, ainsi que les relations avec Bakou.

Pour lui, la seule issue est la constitution d’une Western-Union protégeant les intérêts et l’intégrité territoriale de la Turquie, de la Syrie, de l’Iran,Irak, Azerbaïdjan et Chypre-Nord.

Dans un article signé Peter Edel, journaliste et photographe pigiste, paru dans Today Zaman, le 3 octobre, ce dernier met l’accent sur les trois idéologies qui meuvent Mehmet Perinçek.

« Il s’agit d’un kémaliste, un eurasiste et d’un marxiste. Toutefois, il a du mal à aligner ces idéologies en raison des différences et de leurs propres contradictions . La combinaison du kémalisme et du marxisme est déjà antinomique pour commencer. Pour prouver son point de vue, Perinçek mentionne les aspects du kémaliste comme étant de l’étatisme et du populisme, qui, selon lui ont été empruntés à l’Union soviétique. Il souligne également le soutien soviétique dans la guerre d’indépendance turque. Le respect mutuel et les relativement bonnes relations entre le début de la République turque et l’Union soviétique ne peut être niée. Il peut également ne pas être nié que Mustafa Kemal Atatürk voulait installer une forme de socialisme. Mais Atatürk a également clairement fait savoir que le communisme de l’Union soviétique était impropre à la Turquie en raison de sa situation particulière. Par conséquent, les partis politiques fondés sur le principe marxiste de la lutte des classes ont été interdites pendant les années Atatürk, tandis que les communistes ont été poursuivis. Quoi qu’il en soit, la Turquie n’a jamais été au point de devenir un pays marxiste. ».

Jean Eckian

* • Mehmet Perinçek, est né à Istanbul. Il est diplômé de la Faculté de droit. De l’Université d’Istanbul, de l’Institut des Principes d’Atatürk et d’Histoire de la Révolution. Il a travaillé comme chercheur invité, durant huit ans, à l’Institut des Relations internationales de Moscou sur les « relations turco-soviétique » et la "question arménienne". Par ailleurs, auteur du Rapport arménien (2007), livre, qui selon l’auteur est actuellement interdit en Arménie et dans les bibliothèques européennes ; Archives d’Etat de la Russie (rapport -non officiel- confidentiel étayé par des témoignages du général de brigade russe Bolhovitinov, parmi lesquels ce dernier révèle que deux mille Arméniens ont été massacrées à Abbasiye.




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org