Aujourd'hui : Jeudi, 21 mars 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Le président turc persiste et nie
Publié le :

NAM

Répondant aux questions à l’issue de son discours devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) le 25 janvier, le président turc Abdullah Gül a nié une fois encore publiquement l’existence du génocide des Arméniens et appelé à la création d’une commission historique d’examiner sa véracité. Appelé par une membre de la délégation arménienne à l’APCE, Naira Zohrabyan, à commenter le refus persistant de son pays de reconnaître le génocide des Arméniens, M. Gul a répondu : « Nous ne pensons pas que le mot de génocide soit le terme approprié ni qu’il y a eu un génocide », en ajoutant : « Nous affirmons clairement qu’il est nécessaire de créer une commission, d’ouvrir toutes les archives et d’étudier tous les documents et je serai d’accord avec toute décision venant de cette commission ».

Le président Gul a admis qu’ « il y eu beaucoup de souffrances 100 ans avant, et cela est désolant », mais il s’est empressé de nuancer en ajoutant que "quand on parle de génocide, on entend meurtre délibéré. Or, il n’y a rien eu de ce genre ».

Arcbouté sur le principe d’une commission, dont le principe avait d’ailleurs été plus ou moins admis dans les protocoles d’accord signés le 10 octobre 2009 à Zürich par la Turquie et l’Arménie et non ratifiés depuis par leurs Parlements respectifs, M. Gul a indiqué que si « un pays tiers prétend qu’ il y a eu un génocide, il peut également participer à l’activité de la commission ». Entre temps, le ministre des affaires étrangères turc Ahmet Davutoglu, en réponse aux questions posées par N. Zohrabyan après son propre discours, avait critiqué l’Arménie, qualifiée de pays « occupant » qui a déployé tous ses efforts pour « empêcher la réconciliation ».

Mme Zohrabyan avait demandé au ministre des affaires étrangères turc de s’exprimer sur le refus de la Turquie de ratifier les protocoles visant à normaliser les relations entre l’Arménie et la Turquie. M. Davutoglu, en réponse, avait accusé l’Arménie d’être responsable de l’impasse, et d’avoir causé la rupture du processus qu’aurait engagé selon lui la Turquie dans le but d’améliorer les relations avec son voisin.

Le processus, qui relevait d’une initiative conjointe arméno-turque confirmée par la venue historique à Erevan du président turc, le 6 septembre 2008, à l’occasion du match de football Arménie-Turquie, avait été gelé il est vrai par le président arménien Serge Sarkissian en avril 2010, mais la responsabilité en revenait pour l’essentiel à la Turquie, qui avait mené une politique d’obstruction en conditionnant la ratification des protocoles par le Parlement d’Ankara à un règlement du conflit du Karabagh favorable à l’Azerbaïdjan, alors même que le processus de normalisation arméno-turc devait être exempt de toute condition préalable. M. Davutoglu a toutefois affirmé que son gouvernement était prêt à « discuter ouvertement » toute question se rapportant à ses voisins, y compris l’Arménie, sur la base d’un dialogue et d’engagements conformes aux principes du Conseil de l’Europe, que l’Arménie aurait bafoués selon lui.

« L’Arménie a occupé 20 % du territoire d’un pays qui est aujourd’hui membre du Conseil de l’Europe », a déclaré M. Davutoglu dans une allusion évidente au soutien apporté par l’Arménie à la République du Haut-Karabagh. « En occupant des territoires azéris », l’Arménie porte « atteinte aux principales valeurs » du Conseil de l’Europe, et par leur violation persistante, elle compromet le processus de réconciliation arméno-turc, a poursuivi le chef de la diplomatie turque.

vendredi 28 janvier 2011,
Gari@armenews.com




Retour à la rubrique


Source/Lien : NAM



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org