Aujourd'hui : Samedi, 28 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Sabah, exfiltrée de l'enfer turc
Publié le :

23 mai 2011 06h00 | Par Christophe Massenot

Sud Ouest

Après quatre années de détention en Turquie, Sabah Ezzedi a revu sa famille, dans sa prison de Fresnes dans le Val-de-Marne.

C'est hier, vers 8 heures, que la délégation est descendue du minibus prêté par la ville d'Agen. À son bord, frères, sœurs et bien sûr les trois enfants de Sabah Ezzedi. Depuis vendredi 17 h 50, l'Agenaise, condamnée en Turquie pour un trafic de drogue dont elle se dit innocente, est incarcérée à Fresnes où elle a reçu, après quatre années de séparation forcée, la visite des siens samedi.

Forcément forte sur le plan émotionnel pour les uns et les autres, cette longue entrevue a aussi confirmé toutes les craintes qui hantent le quotidien de la famille Ezzedi depuis si longtemps. Sabah n'est pas revenue indemne de son calvaire ottoman. Elle ne pèse plus que 39 kilos.

Oublié le français

« C'est horrible, on ne l'a pas reconnue. Ce n'est pas notre sœur. Elle est creusée, fatiguée. Le contour de ses yeux est tout rouge. Ce n'est plus la femme que nous avons vu partir. Ses deux aînés ont été choqués. Sa dernière fille ne l'a pas reconnue », dressait hier matin Bouchra, une des sœurs de la détenue.

Dès aujourd'hui, Sabah Ezzedi devrait intégrer un service hospitalier.

L'ancienne employée du Buffet de la gare d'Agen a aussi oublié son français. « Elle ne s'exprime qu'en turc et en anglais. Les mots de français ne lui viennent plus naturellement à la bouche. Il a fallu lui dire à plusieurs reprises que nous ne comprenions pas ses propos. Il y a tout un apprentissage à refaire. » La famille va lui envoyer des livres, et compte sur les programmes télévisés pour réadapter Sabah à sa langue d'origine.

« Elle est dans une cellule individuelle. Les surveillantes nous ont assuré qu'elles allaient prendre soin d'elle. Je crois que tout le monde a été choqué de la voir revenir aussi affaiblie. La directrice de l'établissement, qui a accepté à la dizaine de personnes que nous étions venues de la voir, nous a dit qu'elle faciliterait les modalités de visites. »
Objectif libération

N'empêche. La famille Ezzedi et le comité de soutien de Sabah nourrissent d'autres projets que d'enchaîner des allers et retours éprouvants entre Lot-et-Garonne et Val-de-Marne.

Le prochain objectif est d'obtenir la libération. « Nous allons continuer le combat avec notre avocat, Me Bruneau, pour que Sabah sorte définitivement de prison », a confirmé Bouchra.

Après de déchirants adieux et la remise de vêtements et d'effets personnels, les proches ont regagné Castelculier non sans oublier de prodiguer ce dernier conseil à Sabah : « Tu es en France maintenant, ce n'est plus pareil. Pense à toi… » Eux n'ont pas cessé de le faire à chaque minute de leur vie, lors de ces quatre dernières années.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Sud Ouest



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org