Aujourd'hui : Samedi, 28 mars 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Abyei : le Soudan oppose une fin de non-recevoir aux Nations unies
Publié le :

Article publié le : lundi 06 juin 2011 - Dernière modification le : lundi 06 juin 2011

Par RFI

Le gouvernement de Khartoum a rejeté l'appel du Conseil de sécurité qui exige que l'armée du Nord se retire d'Abyei. Cette ville située à la frontière entre le nord et le sud est occupée depuis le 21 mai par les forces d'Omar el Béchir. Le ministre des Affaires etrangères a affirmé que les troupes se trouvaient en territoire soudanais et qu'elles y resteraient jusqu'à ce qu'un accord soit trouvé. Cette escaladade intervient alors que le Sud-Soudan s'apprête à déclarer «officiellement» son indépendance le 9 juillet prochain.

Le régime de Khartoum souffle, comme souvent, le chaud et le froid. Le 4 juin dernier, le numéro un soudanais tenait des propos conciliants, laissant entendre qu'il était disposé à négocier avec les autorités sudistes mais dans le même temps, il défie la communauté internationale en refusant de retirer ses troupes d'Abyei comme le lui demandent les 15 Etats membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

Pour l'heure, les discussions entre Khartoum et Juba sous l'égide de l'Union africaine n'ont rien donné. L'occupation d'Abyei par les Nordistes et l'afflux des misseryas, tribus d'éleveurs arabes, dans la ville ravive les craintes d'une nouvelle guerre civile après l'indépendance du Sud en juillet prochain.

Bras de fer pour le contrôle des ressources pétrolières du Sud

Pour certains observateurs, Khartoum affiche une position très dure vis à vis du Sud pour démontrer qu'après la partition le Soudan du Nord restera le partenaire le plus puissant. Cela expliquerait la stratégie de la tension maintenue par Kkhartoum dans les champs pétroliers du Sud. Le Nord est soupçonné d'encourager les milices basées dans l'Etat du Nil bleu, l'Etat de l'Unité et le Sud-Kordofan où les violences se poursuivent depuis plusieurs mois. Khartoum, qui va perdre une région qui recèle 75% des revenus pétroliers, veut réaffirmer qu'il contrôle la situation et prouver que la vulnérabilité des Sudistes les oblige à se montrer très accommodants dans le partage des ressources.




Retour à la rubrique


Source/Lien : RFI



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org