Aujourd'hui : Mardi, 23 septembre 2014
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
PHDN
Adhérez au Collectif VAN
Le génocide arménien expliqué aux turcophones
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
Comité international de soutien aux intellectuels de Turquie
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Contre-manif antifasciste spontanée
Publié le : 20-03-2006

à Lyon le 18 mars 2006...

Négationnisme turc : contre-manif spontanée,
répression et espoirs...



Samedi 18 mars, suite à la manif contre le CPE, une foule assez dense avec des drapeaux rouges, plus exactement des drapeaux turcs (de l’Etat...), a commencé à se rassembler place Bellecour à partir de 14 h.

Rapidement dans les quelques rangs restants de la manif anti-CPE, l’information suivante commence à circuler : « c’est l’extrême droite turque de la région qui manifeste contre la reconnaissance du génocide arménien et l’édification d’un monument commémoratif du génocide », monument en début de travaux place Antonin Poncet (place toute proche).

Plusieurs centaines de (contre) manifestant-e-s commencent à entourer le regroupement, qui finit par atteindre le millier de personnes, (Le Progrès de Lyon en annoncera 2 500 dans l’édition du dimanche 19 mars 2006), quelle générosité ! Une quinzaine de bus de compagnies régionales était comptée au départ des manifestants, près du Pont Morand dans le 1er arrondissement.

N’empêche, qu’il n’y avait pas de contre-manifestation prévue, il n’y avait que de la spontanéité de la part de celles et ceux qui refusent le « fascisme », les idéologies négationnistes, autoritaires (...). Malgré leurs slogans affichés, il reste que...

Notez que la police a interdit certaines pancartes jugées comme trop provocatrices, niant le génocide arménien... ça en dit long, ça montre le vrai visage de ceux qui ont organisé cette manifestation ! Que ce soit aux ordres d’Ankara, via les fidèles attachés culturels, ou des fractions des « loups-gris », autres salopards fascistes turcs.

Vers 16 h, le cortège encadré de près par le service d’ordre de la manifestation, tente de s’ébranler pour se rendre sur la rue Edouard Herriot... une foule disparate tente de s’interposer et ce sont les premiers échanges violents avec les forces de l’ordre... Gaz lacrymogène, violences physiques auront raison des premières rangées d’opposant-e-s. Première arrestation... d’un contre-manifestant ( ???).

Le cortège commence a manifesté en direction de la place des Terreaux, sous une fidèle protection, escorté des forces en présence (policiers en civils, CRS et gardes mobiles). L’Etat, ça a toujours du bon pour ce type de manifestations.

Quelques manifestants sortent des rangs, échappant à leur service d’ordre afin de casser la gueule aux contre-manifestant-e-s. Ils seront rapidement rattrapés, et réintégrés dans et par leur propre troupe. Leur violence et leur véhémence seront de nouveau en scène aux Terreaux. Leur vrai visage : des fascistes, des individus qui utilisent les associations culturelles de leur communauté, pour embrigader, manipuler. Ils sont une minorité agissante au sein de la manifestation.

La place Bellecour commence à se vider, les contre-manifestant-e-s, malgré les gaz lacrymogènes, prennent la direction de la place des Terreaux en parallèle du cortège. Ils/elles sont rapidement rejoints par des jeunes présents sur place.

Au passage quelques vitrines volent en éclats, ainsi qu’un abri-bus. La colère gronde, au fait qu’une préfecture (l’Etat) autorise ce type de manifestation, à Lyon de surcroit.

Dans les rangs disparates des contre-manifestant-e-s, aucun slogan contre la communauté turque, car il faut bien comprendre, qu’il n’y a aucun racisme ou amalgame de la part des contre-manifestant-e-s. Contrairement à la présence de quelques fascistes locaux, et pas très besogneux... Eux, par contre sont là, car ils sont opposés à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne. Ils n’aiment pas les turcs, ils n’aiment pas celles ceux qui viennent d’ailleurs et ne leur ressemblent pas.

Les contre-manifestant-e-s hurlent des slogans simples : « Fascistes ! », « Nous sommes toutes et tous des arméniens » (...). Et c’est sous une colère noire, que seront accueillis les manifestants à leur arrivée place des Terreaux... rapidement les CRS seront pris à partie par un troupeau de manifestants qui sortiront des rangs, lançant chaises, pierres, planches en direction des contre-manifestant-e-s. Les CRS finissent par tourner le dos aux contre-manifestants du côté de la rue Romarin. A ce moment-là, tout est possible... Un photographe lyonnais reçoit une pierre des rangs des manifestants, il s’écroule au sol, blessé apparemment à la tête, les manifestants en profitent pour tenter de déborder les CRS, mais en vain...

Les CRS chargent violemment dans la rue Romarin. La colère continue à monter, et des tentatives de blocages de la rue commencent à se faire, de la part des contre-manifestant-e-s excédés, par autant de confusion ou collusion de la part de la police avec les manifestants turcs.

Vers 17 h, l’heure est au rassemblement des manifestants en direction de leurs bus, sur les quais du Rhône à hauteur du pont Morand. Les heurts se poursuivent sporadiquement avec la police et les contre-manifestant-e-s : arrestation devant l’Opéra, puis place Tolozan. La police en civil, mais brassardée la plupart du temps, fera masse sur quelques personnes visées... au tein basané ( ?), jeune de préférence, ça va de soi... le racisme républicain de notre police n’est pas nouveau.

À propos des contre-manifestant-e-s :

Ils/elles étaient scandalisé-e-s par la présence de manifestants d’extrême droite à Lyon. D’autres, plus simplement, n’ont pas accepté que la police les protège, et chargent les contre-manifestant-e-s, question de « justice ». Beaucoup de jeunes étaient présents, beaucoup étaient petits enfants de migrants maghrébins et se sont joints à la contre-manifestation spontanée. Pourquoi ? Allez leur causer extrême droite, fascisme ! L’assimilation au Front National est immédiate, leur colère aussi. C’est une bonne nouvelle.

Ce qui parait important...

Les contre-manifestant-e-s n’avaient aucune hostilité concernant la communauté turque. L’hostilité était dans les rangs des manifestants, essentiellement des hommes, je tiens à préciser.

Ce samedi, j’étais content de voir, que l’esprit dominant n’a pas touché, atteint toutes les cervelles... que l’inter-génération des manifs anti-CPE pouvaient dépasser le cadre de ces manifestations plan-plan (ce n’est pas péjoratif, c’est plutôt de la frustration - sic) face aux atteintes à nos histoires collectives, nos mémoires... Respect, pas d’oubli, reconnaissance aussi car il n’y a pas de justice, ici !

La préfecture du Rhône aurait pu se retrouver dans un scénario terrible, en autorisant cette manifestation, qui est une véritable insulte aux peuples libres (libérés), à la mémoire des arménien-ne-s, un scénario où la violence du nombre de manifestants turcs, aurait pu se répandre aveuglément sur des individus qui défendent avant tout : la LIBERTÉ et l’autonomie des peuples, la paix !

Sans doute, il y avait dans cette manifestation des turc-que-s sincères, qui pensaient « tenter de réhabiliter » un peu leur identité, face à des « européen-ne-s » sceptiques... c’est loupé !

Les associations culturelles turques de la région ont fait le choix de la provocation. Qu’elles l’assument !

Plus tard, dans la soirée, les kurdes de la région lyonnaise, célébraient une fête de libération de leur peuple qui remontent quasiment à notre Moyen-Age... C’était la fête, c’était toute autre chose.

La spontanéité, c’est naturel, rassurant quelque part, c’est même encourageant. Les jeunes sont peu écoutés, rarement entendus. Pourtant, ils, elles, sont l’avenir. Leur sincérité, leur coeur face aux injustices, méritent bien plus...

L’espoir reste, demeure. La solidarité avec les personnes arrêtées ce samedi, doit être la suite logique de cette spontanéité... qu’elle se poursuive !




Voir les photos correspondantes dans la Photothèque


Retour aux News




Source/Lien : AntiSécuritaire



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org