Aujourd'hui : Samedi, 20 juillet 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Génocide arménien. La Turquie vent debout
Publié le :

Le Télégramme

24 janvier 2012

Le Sénat a adopté, définitivement, hier soir, le texte pénalisant la négation du génocide arménien de 1915, passant outre les menaces réitérées de représailles diplomatiques et économiques brandies par la Turquie.

Le Sénat français a adopté, hier soir, par 127voix contre 86, la proposition de loi de la députée UMP Valérie Boyer, qui prévoit un an de prison et 45.000euros d'amende en cas de négation de génocides reconnus par la loi française, soit ceux visant les Arméniens en 1915 et les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Malgré les menaces d'Ahmet Davutoglu, le chef de la diplomatie turque, qui avait annoncé un nouveau train de représailles contre la France en cas d'approbation de ce texte. Il avait averti que «la Turquie n'est plus la Turquie de 2001», lorsque le Parlement français avait reconnu le génocide arménien, perpétré en 1915 sous l'Empire ottoman. «Penser que la Turquie imposera des sanctions et qu'ensuite elle les révisera revient à ne pas connaître la Turquie, acteur régional et pays émergent», avait-il menacé.

Représailles économiques

L'adoption du texte par les députés français, le 22décembre, avait entraîné le rappel, pour quelques semaines, de l'ambassadeur de Turquie en France. Surtout, la Turquie, pays membre de l'Otan, avait gelé sa coopération militaire et politique avec Paris, qui voit dans Ankara un partenaire essentiel pour dénouer la crise en Syrie, où la France tente d'être en pointe. Cette fois, la Turquie pourrait rappeler sine die son représentant à Paris, réduire son ambassade et prendre des mesures de représailles dans le domaine commercial et économique, selon des sources à Ankara.

Les sénateurs mal à l'aise

La proposition de loi avait divisé profondément les sénateurs, beaucoup plus que les députés, tous partis confondus. Mais, portée par le président Nicolas Sarkozy, elle bénéficiait du soutien des deux principaux groupes de la Haute assemblée, l'UMP et le PS. Le Sénat était d'autant plus mal à l'aise qu'il y a à peine quelques mois, alors à majorité UMP, il avait rejeté une proposition de loi similaire, votée par les députés en 2006 et que le groupe PS avait inscrit à l'ordre du jour à la demande express de la patronne du PS, Martine Aubry. Le RDSE (Radicaux de gauche et valoisiens essentiellement), dont les 16 membres étaient hostiles au texte, tout comme les sénateurs écologistes, avait défendu, en vain, deux motions de procédure dans l'après-midi, largement rejetées. À quelques mois d'échéances électorales majeures, l'UMP et le PS ne comptaient pas se passer des voix de la communauté arménienne, la plus importante d'Europe occidentale (environ 600.000 membres). Le président Sarkozy, comme le candidat socialiste François Hollande, avaient promis à cette communauté de soutenir cette proposition et leurs troupes ne veulent pas «plomber» leur campagne.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Le Télégramme



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org