Aujourd'hui : Mercredi, 23 octobre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Nicolas Sarkozy toujours tourmenté par le génocide arménien
Publié le :

Par LEXPRESS.fr, publié le 31/01/2012 à 17:07, mis à jour à 18:25

Des parlementaires, dont des dizaines de droite, ont saisi le Conseil constitutionnel pour faire annuler la loi pénalisant la négation du génocide arménien. "Vous ne me rendez pas service", a commenté le chef de l'Etat. En effet.

La question du génocide arménien n'en finit pas de tracasser Nicolas Sarkozy. Dix jours après l'adoption de la loi pénalisant la négation de ce massacre, le chef de l'Etat pensait clore le chapitre en promulguant le texte. Il va pourtant devoir attendre l'avis du conseil constitutionnel, saisi par plusieurs députés et sénateurs, dont certains issu de son propre camp.

Le chef de l'Etat n'a pas caché son embarras face à cette saisine. Devant les parlementaires de la majorité réunis à l'Elysée, il a expliqué qu'elle ne "lui rendait pas service" et qu'il craignait que l'annulation de cette loi n'ouvre la porte à une suppression de l'article condamnant la négation de la Shoah.

Depuis la loi adoptée le 23 janvier dernier, la République française reconnait deux génocides: ceux perpétrés contre les Arméniens en 1917 et les Juifs en 39-45. Une annulation de la première par le Conseil constitutionnel aurait de grandes chances d'entrainer un retour sur la seconde.

Une saisine menée par l'UMP

L'annonce de ce recours est une très mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy. D'abord parce qu'elle rouvre un débat très sensible. A chaque étape de l'adoption de ce texte, la Turquie a menacé la France de mesures de rétorsion. Si le Conseil constitutionnel rejette le recours, Paris s'attend alors à une nouvelle colère noire d'Ankara.

En attendant cette saisine a eu au moins le mérite de calmer le gouvernement turc. Les relations entre les deux partenaires commerciaux "vont se détendre, nous attendons maintenant la décision du Conseil constitutionnel", réagissait ainsi le porte-parole de l'ambassade turque à Paris Egin Solakoglu.

En revanche, les relations entre Nicolas Sarkozy et sa majorité risquent l'effet inverse. La loi sur le génocide arménien a profondément divisé la classe politique française. Preuve en est, le recours a été signé, en majorité par les radicaux de gauche au Sénat, et par de nombreux élus UMP à l'Assemblée, dont le souverainiste et turbulent Jacques Myard. Sur les 65 députés signataires, 52 sont UMP ou Nouveau centre, 11 PS et deux Non inscrits. Côté Sénat, sur les 77 soutiens, on compte 18 UMP et 12 centristes.

L'effet papillon

Ces saisines sont "une bombe atomique pour l'Elysée qui n'a rien vu venir", a déclaré le député UMP Lionel Tardy à l'AFP. Pourtant, Nicolas Sarkozy est bien mal à l'aise pour souffler dans les bronches des frondeurs, vu qu'au sein même de son gouvernement, les avis sont très partagés sur cette loi. Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères lui-même, y est opposé.

Mais, le recours a-t-il une chance d'aboutir ? Pour Jacques Mézard, sénateur radical de gauche, oui: "Le texte méconnaît, outre l'article 34 de la Constitution (portant sur le domaine de la loi, ndlr), plusieurs principes fondamentaux du droit parmi lesquels ceux des libertés de communication et d'expression" ainsi que "de légalité des délits et des peines".

A L'Express, la sénatrice Europe Ecologie-Les Verts, Esther Benbassa explique qu'elle partage le même sentiment: "Les juristes avec qui j'ai discuté estiment que la saisine a des chances d'être satisfaite." Avant d'ajouter: "Le Conseil risque également d'invalider, par le même coup, la loi de 2001 sur la reconnaissance du génocide arménien." L'effet papillon. Un battement d'ailes au Parlement français, une tempête de l'autre côté de la Méditerranée.




Retour à la rubrique


Source/Lien : L'Express



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org