Aujourd'hui : Mardi, 19 novembre 2019
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Des chrétiens en perdition
Publié le :

Sud Ouest

Dimanche 12 février 2012 à 06h00 | Mis à jour le 12 février 2012 à 08h58

Par JEAN-CLAUDE GUILLEBAUD

Tous les jours, de sombres nouvelles nous arrivent d'Orient ou d'Afrique. En Irak, en Égypte ou en Palestine, comme au Nigeria, des milliers de chrétiens sont agressés ou assassinés. Ces images d'églises incendiées ; ces appels de détresse des familles - coptes du Caire, chaldéens de Bagdad ou catholiques du Nigeria - font déjà partie de la « routine médiatique ». En vérité, la persécution prend une ampleur effarante. Elle aboutit à de véritables « épurations » confessionnelles. En Irak, la communauté chrétienne a diminué de moitié depuis le début des années 1980. À Bethléem, nombre de vieilles familles chrétiennes, présentes depuis deux millénaires, ont dû s'exiler. En Égypte, les 7 millions de Coptes chrétiens, privés de la très relative protection que leur assurait le régime déchu, sont régulièrement victimes d'attentats.

Depuis quelques semaines pourtant, c'est au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, que la haine antichrétienne se déchaîne avec le plus de violence. Elle est le fait de la secte islamiste Boko Haram, qui n'hésite plus à utiliser les attaques suicides pour tuer des chrétiens jusque dans leurs églises. Certains redoutent que ne se reproduise au Nigeria le sinistre scénario des années 1960. À l'époque, les persécutions des chrétiens Ibos par les Haoussas musulmans du Nord avaient conduit les premiers à se réfugier dans le Sud et à y créer un État sécessionniste : le Biafra. L'effroyable guerre qui s'ensuivit, sur fond d'enjeux pétroliers, fit près d'un million de morts.

Le magazine américain « Newsweek » vient de consacrer un dossier effrayant à ce qu'il appelle (en couverture) « La guerre contre les chrétiens ». En Europe, force est de le reconnaître, ce martyre ne suscite pas l'indignation ni l'élan de solidarité qu'on serait en droit d'attendre. Prudence diplomatique, lâcheté médiatique, christianophobie : il ne paraît pas très urgent de défendre les chrétiens d'Orient ou d'ailleurs. Certes, cette « indifférence » souffre de nombreuses exceptions. Des pétitions sont signées, des protestations émises et des démarches politiques entreprises. Mais tout cela reste bien modeste au regard du drame en cours.

Tout se passe comme si les Européens craignaient que leurs protestations soient taxées de néocolonialisme, l'Europe chrétienne volant au secours des siens, etc. La crainte est absurde. Elle est surtout historiquement infondée. Les chrétiens d'Orient ne sont pas des minorités qui auraient été « importées » ou converties par le colonisateur et laissées ensuite derrière lui. Il s'agit d'autochtones dont la présence en Orient est plus ancienne que l'islam lui-même. À Bethléem ou au Caire, en Syrie ou en Irak, les chrétiens sont chez eux, au plein sens du terme. La relative indifférence des médias européens devant ces crimes répétés est bel et bien un scandale.

Ces choses étant dites, clamées même, j'ajouterai une remarque, au risque de surprendre certains lecteurs. Ces crimes commis au nom de l'islam nous interdisent, c'est vrai, de faire preuve d'angélisme. L'agressivité belliqueuse des groupes salafistes est bien réelle. Certains courants de l'islam représentent une vraie menace. Y compris chez nous. Mais attention au réflexe inverse ! Prendre prétexte de ces groupes criminels pour entretenir une islamophobie obsessionnelle serait insensé.

Il faut dire et redire que les premières victimes de la folie islamiste sont les musulmans eux-mêmes. Répéter que presque tous les Français musulmans aspirent à vivre paisiblement leur foi en se conformant aux règles et aux valeurs de la République. Plus important encore : parmi eux, nombreux sont les intellectuels ou imams qui, par voix de pétitions, d'articles ou de livres, dénoncent à visage découvert les crimes de leurs coreligionnaires, s'exposant aux pires représailles. Ce n'est pas l'imam de Bordeaux, mon ami Tarek Oubrou, qui me démentira. Les médias devraient se bousculer un peu plus pour leur donner la parole.




Retour à la rubrique


Source/Lien : Sud Ouest



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org