Aujourd'hui : Samedi, 6 juin 2020
 Veille Media Contact



 
 
 
 

 
 
 
Dossier du Collectif VAN - #FreeOsmanKavala ! Liberté pour #OsmanKavala !
PHDN
Rejoignez le Collectif VAN sur Facebook
Cliquez pour accéder au site Imprescriptible : base documentaire sur le génocide arménien
Observatoire du Négationnisme
xocali.net : La vérité sur Khojali !
Cliquez ici !

Imprimer dans une nouvelle fenêtre !  Envoyer cette page à votre ami-e !
 
Raymond Kévorkian: le génocide arménien fait l'objet d'une nouvelle synthèse
Publié le :

Nouveaux regards sur le calvaire des Arméniens

LE MONDE | 01.12.06 | 15h38 • Mis à jour le 01.12.06 | 15h38

Revenu dans l'actualité à l'occasion de l'adoption par l'Assemblée nationale, jeudi 12 octobre, d'une proposition de loi visant à en pénaliser la négation, le génocide arménien de 1915 fait l'objet d'une nouvelle synthèse, la plus vaste publiée en français à ce jour. En 1 000 pages denses et souvent ardues, Raymond Kévorkian décrit le processus qui conduisit à la mort environ 1,5 million d'Arméniens de l'Empire ottoman, soit les trois quarts d'une communauté qui comptait un peu moins de deux millions de membres avant la première guerre mondiale.

Par rapport aux études de référence parues en France ces dernières années, que trouve-t-on ici de nouveau ? D'abord, une histoire des relations entre les comités arméniens et le parti nationaliste jeune-turc avant la guerre. L'évolution générale était connue, mais on connaissait moins les clivages qui, dans les deux camps, opposèrent les partisans de l'affrontement à ceux qui crurent à la possibilité de "faire une partie du chemin ensemble". L'historien relate le vain combat de ces hommes de bonne volonté, qui assistèrent, impuissants, à la radicalisation de l'"ethnonationalisme" turc et à la montée des mouvements révolutionnaires arméniens.

Mais ce sont évidemment les massacres de 1915-1916 qui forment le coeur du livre. Avec, pour la première fois, une plongée au coeur de chaque vilayet (province) de l'empire. Ce détour par la "micro-histoire" donne à voir au plus près la confrontation entre les victimes et leurs bourreaux. Il permet aussi de mieux cerner la chronologie et la géographie d'un processus de destruction qui commença par viser les régions orientales - berceau historique de la "Grande Arménie" - avant de s'étendre aux communautés d'Anatolie, de Cilicie et des grandes métropoles, dépouillées de leurs biens puis éliminées sur place ou déportées vers la Syrie et la Mésopotamie. Avec les déportations, le génocide entra dans sa "deuxième phase". Face au spectacle d'interminables colonnes de déportés épuisés par la faim, la soif et les maladies, les autorités durent réagir en substituant à la relative improvisation des débuts une gestion plus rationnelle. Près de 700 000 Arméniens furent parqués dans ces mouroirs à ciel ouvert. Mais leur sursis fut de courte durée. Malgré les réserves de certains militaires, qui comptaient sur l'enrôlement des Arméniens pour soutenir l'effort de guerre, la direction du parti jeune-turc lança au printemps 1916 une "campagne systématique de liquidation", dont la mise en oeuvre fut confiée aux populations locales. Les sources manquent, cependant, sur la façon dont les décisions ont été prises et les ordres transmis.

On touche ici aux limites d'une étude dont l'érudition ne parvient pas à étancher la curiosité du lecteur. Raymond Kevorkian le reconnaît : tant que la Turquie - qui refuse de qualifier de "génocide" les massacres de 1915-1916 - empêchera les chercheurs indépendants d'accéder librement aux archives du régime jeune-turc, le coeur de la "machinerie génocidaire" restera insondable.

LE GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS de Raymond Kévorkian. Editions Odile Jacob, 1008 pages, 39,90 €.

Thomas Wieder
Article paru dans l'édition du 02.12.06.



Retour à la rubrique



Source/Lien : Le Monde



   
 
   
 
  Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]
BP 20083, 92133 Issy-les-Moulineaux - France
Boîte vocale : +33 1 77 62 70 77 - Email: contact@collectifvan.org
http://www.collectifvan.org